Les travaux pratique de la fraternité N°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les travaux pratique de la fraternité N°1

Message par Nurash le Mar 31 Oct - 18:34

L'académie d'Hermès Trismégiste a écrit:Article N° 1

Tablettes de Thoth l'Atlante
Extrait servant d'étude :

Je fus choisi parmi les enfants des hommes pour recevoir l’enseignement du Gardien afin d’accomplir ses desseins qui mûrissaient dans le sein des Temps.

Sans autre désir que celui d’atteindre la sagesse, c’est dans ce Tabernacle que j’ai passé de l’enfance à la maturité et que j’ai reçu l’enseignement sacré de mon père sur les mystères anciens, jusqu’au moment où le feu éternel de la sagesse vint s’installer en permanence en moi.


Dans cet extrait N°1.4 de la Tablette de Thoth, il est indiqué que "l'enseignement" (la Connaissance) n'est pas un dû, mais une quête qui doit se mériter. L'enfant des hommes qui est ici choisi, l'est nécessairement parce qu'il a su se rendre digne de l'être...

La suite de cet extrait indique, dans sa plus parfaite simplicité, l'exigence à laquelle il a dû satisfaire, à savoir n'avoir d'autre désir que celui d'atteindre la sagesse. Ce désir doit impérativement recevoir l'onction de la Connaissance (l'enseignement) pour activer le feu éternel de la sagesse (sa propre divinité) et l'épreuve de cette Connaissance confèrera une permanence à ce feu de sagesse qui s'allume au sein de la Conscience.

Peu de mots, un texte simple comme un discours pour enfants, et pourtant derrière cette belle simplicité, toute la plus grande sophistication mystique d'une science nécessairement occulte.

Afin de mettre en application cet extrait, je pense qu’il convient de se demander de quelle manière on peut concrètement “n’avoir d’autres désirs que celui d’atteindre la sagesse”. Je pense qu’en se demandant “Quels sont mes désirs autres que celui d’atteindre la sagesse ?”. Et là on se rend assez rapidement compte de l’amplitude du travail à réaliser…

En effet si on reprend la logique de notre fraternité, nous avons la sphère du Destin , de la Conscience et de la Providence et les types de volonté associé : la volonté de ressentir, la volonté de paraître et la volonté d’être.

Seule la volonté d’être peut nous permettre de toucher la part d’immortalité en nous. Il en est de même pour le désir d’atteindre la sagesse. Seul ce désir peut, à terme, nous permettre de retrouver notre nature dévique, tous les autres désirs seront de l’identification à la forme temporaire et périssable… Aussi de manière pragmatique, je pense que l'on peut se demander " A quel point est-ce que je pense que tel ou tel désir va me rendre heureux alors qu'il ne fait que me rabaisser au rang de forme animale ou intellectuelle temporaire ?" alors, et alors seulement on peut remplacer la pensée à l'origine de ce désir dans son corpus et cesser de se voir dérober une part de notre volonté.

Nurash

Messages : 317
Points : 359
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les travaux pratique de la fraternité N°1

Message par Le Moinetagnard le Mar 31 Oct - 22:54

Bonjour,

Un petit message de soutien pour les travaux entrepris avec courage. Et un petit mot aussi puisque je suis là.

Je ne pense pas que l'émergence d'un tel désir providentiel puisse émaner de notre volonté propre et encore moins de la réflexion intellectuelle (ou questionnement) tel que tu le proposes. Tu sembles avoir la conviction intime que seul ce désir là nous   conduit à la nature dévique. D'ou te viens une telle conviction? D'une construction, de ta culture, de tes influences, de ta volonté propre, d'une attirance circonstancielle, ... , ... ? Voilà les question qu'il serait que chacun devrait se poser, car il est aisé de confondre sa propre volonté et le dessein de la Providence. Pour affirmer avec justesse cela et la rendre aussi universel (seul lui pour nous) que tu le fais,  il faudrait avoir fréquenter bien des chemins différents jusqu'à leur terme.  

La Providence descend sur la conscience et l'élève.
La question pragmatique me semble être davantage, de mon point de vue, quelle est l'idée centrale , ce levier secret de notre petit monde; celle qui anime ma vie en ce monde et détermine le potentiel de ma forme modelé par la spécificité de mon Nombre (ou Nom) ?Cette Idée centrale qui est déjà là , peut-être cachée au sein du coeur, et qu'il est possible de découvrir au travers de notre Vie passée, présente et à venir. En effet, si elle constitue bien l'idée centrale, le germe que la Providence à placer en nous, alors nous pouvons être assuré qu'elle est présente à chacune des secondes de notre vie, sans qu'il n'y manque aucune ;-) et cela jusqu'à la perfection de notre forme, c'est à dire, dans le texte,  lorsque le Feu de ce Désir s'est installé si durablement qu'il nous a transmuté" à l'image du forgeron qui nous a choisi".

Ce Désir, n'est pas seulement un choix personnel qui pourrait être fait par élagages successifs, ou choix rationnel, comme tu le proposes, mais par une passion commune car vous vous êtes d'ores et déjà choisis et d'une certaine manière promis fidélité avant même cette présente incarnation. D'ailleurs , le texte commence par "il fut choisi" pour servir une Idée qui le dépasse et dont son Maître est le gardien, ce qu'il deviendra à son tour, selon son mode. Il y a donc bien ce "ferment d'élection".

Par contre, et c'est là que nos chemins se divisent énormément je crois, si j'ai bien compris votre pensée, car pour ma part je ne pense pas que c'est notre noblesse ou notre dignité qui nous permet d'accéder au titre d'élu, mais nous y accédons uniquement parce que le Gardien de cette idée le Veut, quelque soit l'état d'indignité dans lequel nous nous trouvons malgré nos efforts. Cette volonté est pour moi a tout jamais mystérieuse. Il y aurait beaucoup trop d'orgueil sinon... D'autre part ou la ou il y a peut-être incompréhension entre vous et moi, c'est que pour moi la Providence n'est pas quelque chose d'impersonnel, mais offre une relation Personnelle, qui permet par exemple de dire comme l'auteur du texte, j'ai reçu dans l'Eternel Moment Présent un enseignement de mon père (et non pas du père). Il y a donc une préférence intime, un peu comme une mère qui aime différemment chacun de ses enfants sans qu'aucun ne manque jamais d'amour maternel.

Je vous souhaite plein succès dans la vivification et la multiplication de cette vie au sein de vos projets et dans vos aspirations sincères.

_________________
Imitation de J.-C. a écrit: Ne rien s'attribuer et penser favorablement des autres, c'est une grande sagesse et une grande perfection.
avatar
Le Moinetagnard

Messages : 111
Points : 121
Date d'inscription : 17/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur https://radiant.love

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les travaux pratique de la fraternité N°1

Message par enerlibr le Mer 1 Nov - 1:19

Je me permets de rebondir sur  l'extrait servant d'étude de Nurash, pour introduire le livre audio qui suit.
J'avais dit que je me taisais, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

Suite : Tablettes d'émeraude de Thot : 1.6
J'ai appris à voyager vers les étoiles jusqu'au point où l'espace et le temps fusionnent.
Et après avoir bu longuement à la coupe de la sagesse, j'ai appris à plonger dans le coeur des hommes
afin d'y découvrir de plus grands mystères.
Ma joie fut grande parce que mon âme ne trouvait de repos et de satisfaction que dans cette quête infinie de vérité.


Les textes fabuleux sur ce site doivent être lus, relus, pensés, repensés, et puis oubliés.
Ce qui est oublié n'est pas perdu, l'âme n'en perdra pas une miette.
Cependant, s'obstiner dans la pensée et sa traduction verbale par le biais du cerveau,
c'est se refuser l'accès à la Conscience qui permet cette pensée .
Il est encore plus pernicieux d'espérer un quelconque avantage, soi pour soi-même, soi pour l'interlocuteur,
du partage d'un ressenti incommunicable par les mots qui sont un poids mort.
Le premier principe christique qui m'importe est celui de redevenir comme un enfant,
état aussi éloigné que possible de ce qui est ma tare tout aussi première.
Je ressens de manière aiguë la sincère volonté de Nurash de progresser vers le but qu'il s'est fixé, idem pour Moinetagnard.
Je ne juge pas, j'ai fait pire mais suis de plus en plus habité par la conscience que le réel, Dieu ou la Conscience  
ne s'apprivoisera pas de la sorte.
La conscience précède tout ce qui est, elle en est l'essence, pour y accéder, l'être existant doit changer de point de vue.
Mon intervention n'est qu'une simple suggestion. Y être sensible ou pas tient à la manière d'être au monde.

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les travaux pratique de la fraternité N°1

Message par modeste le Mer 1 Nov - 10:39

Coucou mon Moinetagnard,
Nos points de vue ne sont peut-être pas aussi divergents que ce que tu le laisse entendre.
Par exemple, tu nous dis :
Moinetagnard a écrit:
…/…Par contre, et c'est là que nos chemins se divisent énormément je crois, si j'ai bien compris votre pensée, car pour ma part je ne pense pas que c'est notre noblesse ou notre dignité qui nous permet d'accéder au titre d'élu, mais nous y accédons uniquement parce que le Gardien de cette idée le Veut, quelle que soit l'état d'indignité dans lequel nous nous trouvons malgré nos efforts. Cette volonté est pour moi a tout jamais mystérieuse. Il y aurait beaucoup trop d'orgueil sinon...
Je suis quasiment en accord avec toi,
dans la mesure ou ne cherchons pas à nous élever de par nous-même,
mais juste à nous rendre éligibles à cette élévation qui est décidée comme tu le dis si élégamment par le Gardien…

Moinetagnard a écrit:
…/…D'autre part ou la ou il y a peut-être incompréhension entre vous et moi, c'est que pour moi la Providence n'est pas quelque chose d'impersonnel, mais offre une relation Personnelle, qui permet par exemple de dire comme l'auteur du texte, j'ai reçu dans l'Eternel Moment Présent un enseignement de mon père (et non pas du père). Il y a donc une préférence intime, un peu comme une mère qui aime différemment chacun de ses enfants sans qu'aucun ne manque jamais d'amour maternel.

Je vous souhaite plein succès dans la vivification et la multiplication de cette vie au sein de vos.
Là aussi je te suis, à moins que ce soit toi qui me précède.
Pour moi non plus, la Providence n’est pas quelque chose d’impersonnel,
Elle ne distribue pas de manière aléatoire, mais fait bien office de lien entre la personne qui doit recevoir (préférence intime)
et la Divinité qui est en lui (SON Père).

Il me semble que cette Providence n’est impersonnelle que pour ceux qui se contente d’étudier les textes, les concepts,
deviennent de grands érudits et qui, se trouvant coupé du plancher des vaches,
en oublient de mettre en pratique quotidienne ce qu’ils savent ou croit savoir.
Et en cela oui, l’initiative de notre Nurash est plus que de louable et pertinente…

Il semblerait donc que ce qui nous différencie, mon Moinetagrard réside plus dans notre action que dans nos convictions,
et encore ce n’est pas si sûr que cela.
La mise en pratique dont je parlais précédemment, et qui doit nous conduire à l’éligibilité,
ne sera rein d’autre, dans les premiers hectomètres du chemin qui mène vers la Jérusalem céleste,
que la recherche de la mise en pratique des Vertus
(ce que je te l’accorde, pas mal de soi-disant chercheurs de Vérité poussent négligemment du bout du pied sous le tapis).
Et qui n’est, cette mise en pratique des vertus,
ni plus ni moins que la recherche de l’intégration en instinct des dix commandements donnés par Moïse augmentée des deux donnés par le Christ.
Et au moins en cela tu fais partie, toi aussi, mon Moinetagnard,
de ceux qui sont en quête d'éligibilité...
avatar
modeste

Messages : 558
Points : 588
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les travaux pratique de la fraternité N°1

Message par Nurash le Mer 1 Nov - 16:40

Salut Mon Moinetagnard et merci de participer à nos travaux Smile !

Le moinetaganard a écrit:Je ne pense pas que l'émergence d'un tel désir providentiel puisse émaner de notre volonté propre et encore moins de la réflexion intellectuelle (ou questionnement) tel que tu le proposes. Tu sembles avoir la conviction intime que seul ce désir là nous   conduit à la nature dévique. D'ou te viens une telle conviction? D'une construction, de ta culture, de tes influences, de ta volonté propre, d'une attirance circonstancielle, ... , ... ? Voilà les question qu'il serait que chacun devrait se poser, car il est aisé de confondre sa propre volonté et le dessein de la Providence. Pour affirmer avec justesse cela et la rendre aussi universel (seul lui pour nous) que tu le fais,  il faudrait avoir fréquenter bien des chemins différents jusqu'à leur terme.  

Voilà une question formidable, et j'ai pu ressentir le tressaillement du doute dans mon corps tout entier en la lisant ^^ ! Je vais te faire une réponse qui, je pense, va te plaire. A mon sens le désir en général est une forme magnétique. J'insiste sur le terme de forme pour dire que c'est une conscience, une chose qui est soi-consciente. Dans la multitude des désirs que nous avons, il me semble que le désir d'accéder à la sagesse est un désir de notre âme, du fils qui est en nous de nous voir le rejoindre. C'est un désir qui demande à être suivi avec le coeur en délaissant les autres désirs qui empêchent la réalisation de ce dernier. Les autres désirs s'imposent lourdement à la Conscience et ne demandent rien pour être suivis.
Je ne pense pas qu'il y ait un terme à aucun chemin, mais je pense que la prière chez les chrétiens permet de suivre son intuition et son coeur, que le zen consiste en la stabilisation de l'intuition sur le mental et le corps physique et que les taoistes s’entrainent à travers l'orbite microcosmique à devenirs de plus en plus transparents à leurs perceptions intellectuelles jusqu'a ce qu'ils les ait épuisés. Toutes ces pratiques me semblent au final porter la Conscience au même endroit : vers un état de dissipation des tensions et des désirs par l'alignement sur l'intuition depuis le coeur.

Le moinetagnard a écrit:La Providence descend sur la conscience et l'élève.
La question pragmatique me semble être davantage, de mon point de vue, quelle est l'idée centrale , ce levier secret de notre petit monde; celle qui anime ma vie en ce monde et détermine le potentiel de ma forme modelé par la spécificité de mon Nombre (ou Nom) ?Cette Idée centrale qui est déjà là , peut-être cachée au sein du coeur, et qu'il est possible de découvrir au travers de notre Vie passée, présente et à venir. En effet, si elle constitue bien l'idée centrale, le germe que la Providence à placer en nous, alors nous pouvons être assuré qu'elle est présente à chacune des secondes de notre vie, sans qu'il n'y manque aucune ;-) et cela jusqu'à la perfection de notre forme, c'est à dire, dans le texte,  lorsque le Feu de ce Désir s'est installé si durablement qu'il nous a transmuté" à l'image du forgeron qui nous a choisi".
Je suis assez d'accord, je pense que la recherche de la sagesse c'est ce qui est présent dans nos coeurs à tous, elle prend juste des formes différentes en fonction de notre maturité et de nos acquis.

Pour le reste je suis assez d'accord avec notre Modeste, je me permet de spécifier un peu plus en avant quelques points :
Le moinetagnard a écrit:e Désir, n'est pas seulement un choix personnel qui pourrait être fait par élagages successifs, ou choix rationnel, comme tu le proposes, mais par une passion commune car vous vous êtes d'ores et déjà choisis et d'une certaine manière promis fidélité avant même cette présente incarnation. D'ailleurs , le texte commence par "il fut choisi" pour servir une Idée qui le dépasse et dont son Maître est le gardien, ce qu'il deviendra à son tour, selon son mode. Il y a donc bien ce "ferment d'élection".
Je pense que le "il fut choisi" relève plus du fait que ce n'est pas la personne elle-même qui juge de son état de maturité, mais bien les maitres de la sagesse qui l'ont enseigné (difficile autrement d'évaluer son propre état de sagesse). Nous ne pouvons fournir que les efforts et continuer de faire de notre mieux, nous avons donc tous ce "ferment d'élection", ce qui diffère c'est à quel point nous l'aurons développé par la mise en pratique et l'étude.

Le Moinetagnard a écrit:Par contre, et c'est là que nos chemins se divisent énormément je crois, si j'ai bien compris votre pensée, car pour ma part je ne pense pas que c'est notre noblesse ou notre dignité qui nous permet d'accéder au titre d'élu, mais nous y accédons uniquement parce que le Gardien de cette idée le Veut, quelque soit l'état d'indignité dans lequel nous nous trouvons malgré nos efforts. Cette volonté est pour moi a tout jamais mystérieuse. Il y aurait beaucoup trop d'orgueil sinon... D'autre part ou la ou il y a peut-être incompréhension entre vous et moi, c'est que pour moi la Providence n'est pas quelque chose d'impersonnel, mais offre une relation Personnelle, qui permet par exemple de dire comme l'auteur du texte, j'ai reçu dans l'Eternel Moment Présent un enseignement de mon père (et non pas du père). Il y a donc une préférence intime, un peu comme une mère qui aime différemment chacun de ses enfants sans qu'aucun ne manque jamais d'amour maternel.
Pour ce qui est de l'orgueil, je pense qu'il est présent tant que nous utilisons nos efforts en tant "qu'offrandes votives" vis à vis des Dieux. Lorsque le travail est fait dans l'humilité et le désir de servir discrètement autrui, il devient salvateur et libérateur et permet de s'élever tranquillement dans l'amour et le respect de ses proches. Je ne pense pas que le Gardien choisisse de révéler ses mystères à un être qui ne le mérite pas, et je pense qu'il fait cela par miséricorde, pour faire en sorte de ne pas précipiter la chute d'une Conscience qui se verrait révéler un enseignement dont elle ne saurait pas faire bon usage.
La notion de relation personnelle ou non ne me semble pas forcément importante, car nous percevrons toujours à l'aune de ce que nous sommes capable de percevoir. Ainsi Pymandre apparait-il individuel et personnifié, sans pour autant que ce soir une personne, réellement, c'est une Conscience d'une très grande largesse.

Voilà pour ce que j'en pense ^^!

Nurash

Messages : 317
Points : 359
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les travaux pratique de la fraternité N°1

Message par modeste le Mer 1 Nov - 17:59

Coucou mon Nurash, encore bravo pour ton initiative
Le désir auquel il est fait référence n’émane pas du corps astral, corps des désirs,
mais pour avoir reçu l’onction de la connaissance, comme dit notre Lug, a dû passer obligatoirement par le corps spirituel.

Il me semble donc que ton approche est bonne,
Pour marcher dans les traces de Thoth, et que ce Corps spirituel (Divinité intérieure) génère cette aspiration, il faut s’en rendre digne,
Et cela passe obligatoirement par l’épuration des corps de manifestations inferieurs,
même si comme tu dis cela engendre un travail sur soi d’une amplitude gigantesque…
et consiste donc à traiter, un par un, tous les désirs émanant de ces corps.

Le premier travail pourra consister à identifier ces désirs clairement, et à les considérer uniquement pour ce qu’ils sont
c’est à dire rien d’autre que la manifestation de la volonté des asuras qui composent nos corps inferieurs.
Le problème, à ce stade est qu’en fait les désirs à combattre n’émanent pas seulement du plan astral celui des émotions et passions,
Qui sont facilement identifiables mais beaucoup moins à combattre.

Le plan physique dense génère lui aussi un type de désirs organiques sous forme d’appétits physique, faim, soif, sexe,…,
qui ne peuvent être réduit à néant, et qu’il conviendra donc de gérer à l’équilibre.

Le plan intellectuel génère lui aussi son lot de carcans qui viennent enfermer la conscience dans une jolie prison
dont les barreaux sont faits de certitudes, idées reçues, et autre traditions et cultures en tout genre
et qu’il conviendra de s’employer à briser un par un…
avatar
modeste

Messages : 558
Points : 588
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les travaux pratique de la fraternité N°1

Message par Nurash le Mer 1 Nov - 18:31

Coucou mon Enerlib et merci de participer à nos petits travaux Smile !

Enerlib a écrit:Les textes fabuleux sur ce site doivent être lus, relus, pensés, repensés, et puis oubliés.
Ce qui est oublié n'est pas perdu, l'âme n'en perdra pas une miette.
Cependant, s'obstiner dans la pensée et sa traduction verbale par le biais du cerveau,
c'est se refuser l'accès à la Conscience qui permet cette pensée .
Je suis d'accord avec le fait que maintenir une pensée sous forme de mots est un moyen sûr d'égarement. La stabilisation de l'état de penser intuitive se caractérise plus dans la pratique par des "sensations résultantes" en fonction des énergies spirituelles convoyées par les pensées de même type. Cela dit il ne me semble pas intéressant "d'oublier" les textes, je préfère les intégrer à mon corpus. En fait je pense que les mots dans un texte hermétiques sont comme des pointeurs vers des Principes, lorsqu'on a reconnu et compris un Principe il faut prendre l'habitude de le mettre en pratique jusqu'à non pas l'oublier mais jusqu'à ce qu'il fasse partie de nous-même et que cela soit aussi naturel que respirer. Lorsque cela se passe, on a pris un Principe inconscient, qu'on conscientise intellectuellement jusqu'à le rendre à nouveau inconscient mais à l'intérieur de nous-même. Ainsi cela ne génère pas de tensions intellectuelles inutiles, mais cela vient renforcer l'ouverture du coeur et, de mon expérience, ajoute au bien-être quotidien. Le coeur se remplit progressivement d'une joie, d'une allégresse qui est relative au fait d'être intègre et bon autant-que-possible.

Enerlib a écrit:Il est encore plus pernicieux d'espérer un quelconque avantage, soi pour soi-même, soi pour l'interlocuteur,
du partage d'un ressenti incommunicable par les mots qui sont un poids mort.
Le premier principe christique qui m'importe est celui de redevenir comme un enfant,
état aussi éloigné que possible de ce qui est ma tare tout aussi première.
Encore d'accord, un enfant n'utiliserai pas un phrasé si complexe ^^.

Enerlib a écrit:Je ressens de manière aiguë la sincère volonté de Nurash de progresser vers le but qu'il s'est fixé, idem pour Moinetagnard.
Je ne juge pas, j'ai fait pire mais suis de plus en plus habité par la conscience que le réel, Dieu ou la Conscience
ne s'apprivoisera pas de la sorte.
La conscience précède tout ce qui est, elle en est l'essence, pour y accéder, l'être existant doit changer de point de vue.
Mon intervention n'est qu'une simple suggestion. Y être sensible ou pas tient à la manière d'être au monde.
Je pense mon Enerlib que c'est surtout l'idée que tu te fais de la manière dont nous vivons les choses qui ne permet pas d'apprivoiser la Conscience ou Dieu :p !
De mon point de vue la Conscience est substance, elle est véhicule, elle est plastique et elle transmet entre les plans. De mon point de vue la capacité intellectuelle permet de catégoriser, de structurer, de comprendre l'influence intuitive et spirituelle. L'influence intuitive et spirituelle n'est pas la catégorisation, elle est l'essence justement des choses, ce n'est pas elle qu'on catégorise, c'est la perception qu'on en a. Essayer de toutes ses forces de percevoir autrement que de la manière dont perçoit c'est essayer de faire fi de soit-même, or notre individualité est essentielle pour percevoir les choses ; Globalement c'est tâcher de s'amputer de ce qui nous permet la perception. Il vaut mieux à mon sens essayer d'affiner notre outil perceptif, de le régler de manière de plus en plus fine afin de modifier doucement, avec grande industrie cette substance précieuse qui constitue notre être.

Nurash

Messages : 317
Points : 359
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les travaux pratique de la fraternité N°1

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum