Savoir donner

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Savoir donner

Message par Isa le Mar 7 Juin - 19:45

Jeu Sep 04, 2014 10:33 am

Lug a écrit:Pour chacun, donner peut paraître aussi évident que de boire, manger ou respirer, mais pour le chercheur de vérités donner n’est peut-être pas aussi simpliste qu’il y paraît.

Est-ce que j’ai les moyens de donner ? Ce que j’envisage de donner est-il utile, sans intérêt, ou potentiellement nuisible ? Suis-je capable de discerner ce que je dois donner de ce que je ne dois pas donner ?

Donner à qui ? Pourquoi ? Quand ? Comment ? Selon quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour quel dessein ? À quel rythme ? Pourquoi à l’un et pas aux autres ?

Ne croyez pas qu’en répondant d’une façon lapidaire à chacune de ces questions vous démontrerez autre chose que votre incompétence manifeste à pratiquer sérieusement le véritable don...
_________________
Tout est VRAI
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:20

Jeu Sep 04, 2014 11:04 am

Julien a écrit:Un des aspects non intéressés du don, peut être la compassion. L'Homme peut en effet simplement se réjouir de voir son entourage satisfait et comblé par ses dons. Mais peut-être y a-t-il tout de même ici un aspect intéressé car au fond, le donneur reçoit de son don, et il le sait.
Un véritable don sans retour est une preuve d'Amour; à l'image du Divin Créateur, Lui qui donne infiniment sans nul retour.

Le don peut se monter très bénéfique pour le donneur, à ne pas en douter. L'Univers est jeu d'équilibre, ce qui est donné, reviendra, et ce qui est pris, repartira. C'est le principe de la loi du don. Ainsi, il parait avantageux pour le chercheur de vérité, de prendre conscience de ce phénomène naturel, et des aspects karmiques relatifs.

Donner autant que possible dans les limites du mesuré (ne pas se dépouiller), à tout le monde, de manière indifférenciée, permet de développer un bagage karmique positif pour le donneur. Ainsi, donner ce que l'on souhaite recevoir à autrui, pour ensuite le recevoir, voilà le visage pratique, et même, utilitaire, du don, qu'il est judicieux de connaitre.

Si le receveur en est content, tant mieux pour lui, sinon, ce n'est pas grave, au moins, le principe du don aura été mis en jeu, permettant des échanges dynamiques. Pour le meilleur ou pour le pire ? Bonne question, si le don ne provoque pas de souffrance à autrui, où est le mal, si l'intention est bonne? D’ailleurs, le mal, c'est juste une expérience strictement personnelle.

Donner sous toutes les formes agréables, qu'il s'agisse d'amour, de bien matériel, de temps, d'aide, d'humanité... Qu'importe; donner, c'est avant tout recevoir.

L'homme peut-il donner de manière non intéressée, à la manière du Divin Créateur, d'un Amour total et inconditionnel, sans attendre le moindre retour ?
_________________
L'être qui prend conscience de ce qu'il est, peut grandir davantage...
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:24

Jeu Sep 04, 2014 12:54 pm
Lilbudha a écrit:

Est-ce que j’ai les moyens de donner ? Ce que j’envisage de donner est-il utile, sans intérêt, ou potentiellement nuisible ? Suis-je capable de discerner ce que je dois donner de ce que je ne dois pas donner ?


Pour la première question, j'aurais tendance à dire que nous avons tous les moyens de donner, le premier don initial du Divin Créateur étant son don d'Amour absolu.
Sauf que chacun n'est pas en capacité de mesurer cette richesse toute intérieure.
Pour donner, il faut d'abord avoir reçu, or nous avons déjà reçu le plus formidable des cadeaux, sauf que certains n'ont pas conscience d'avoir reçu et sont donc voués à ne pas donner. Le développement de la conscience passera donc par sa capacité à reconnaitre tous les dons du Divin Créateur, sous toutes ses formes, grandes ou petites, visibles ou invisibles, ce qui fera de cette conscience, une conscience riche, en capacité de donner.

Le chercheur de vérités sait qu'il a tout reçu et il s'évertue à déblayer sa conscience à la recherche des trésors perdus, il a entrepris de partir en quête et, muni de sa machette du discernement, il coupe les ronces égotiques. Il parvient quelques fois à se sortir de la forêt des savoirs mal assimilés et profite alors de haltes majestueuses qui donnent sur de vastes clairières où croît l'arbre de la connaissance, il le reconnait toujours entre mille, et à ses pieds il y trouve quelques pommes d'or et des trésors enfouis sous la terre. Il a une besace magique qui permet à chacun de ces trésors de contenir dans celle-ci.

Tout cela pour dire que nous avons tous les moyens de donner, mais il faut d'abord s'en donner les moyens. Pour cela, il suffit de partir en quête des trésors enfouis dans notre conscience, à travers la quête du Dharma par exemple, ou le nom qu'on veut bien donner à la voie. Ceci permet d'accumuler des richesses intérieures qui permettront ensuite, si on le souhaite, de pouvoir donner aux autres.

Il est important de dire ici que le don est avant tout un principe d'échange, on sait qu'on a tellement reçu qu'on ne fait que tenter de rendre ce que l'on a reçu et de remplir notre rôle de plateforme d'échange.

La deuxième question de notre Lug, implique d'avoir un bon sens du discernement et de penser juste.

Une fois que notre chercheur, au détour d'un bivouac, a rencontré un comparse à qui il souhaite donner, il faut d'abord qu'il détermine la justesse de son don par quelques questions:
"Quelle est sa quête, quelles sont ses moyens d'y parvenir ? Est-ce qu'il a besoin de la carte des environs ou l'a t'il déjà ?"
Il faut donc au chercheur déterminer le niveau de conscience de l'individu à qui il souhaite donner et savoir quelles sont ses aspirations et les moyens qu'il met en oeuvre pour y parvenir.
En fonction de ces réponses il pourra déterminer si son don sera utile, sans intérêt ou nuisible.

Essayons d'étudier les différents cas.
Dans quel cas le don sera utile ?
Définitivement, le don sera utile lorsqu'il prendra un sens évolutif. Bien souvent ce don viendra d'une connaissance longuement et patiemment éprouvée, qui donnera ensuite des fruits qu'il saura adapter à l'état d'avancement de son interlocuteur. La connaissance du principe qu'il souhaite partager sera tellement juste qu'elle peut resplendir à travers tous les plans et les Mondes, ce qui fait qu'il saura exactement quoi dire, sous quelle forme et ceci sera bien reçu par le receveur. Ceci nécessite forcement de bien déterminer le niveau de connaissance actuel de son interlocuteur afin de ne pas lui donner des exercices de niveau universitaire alors qu'il en est encore au collège...

C'est d'ailleurs dans ce cas-ci qu'un don peut être inutile, voir nuisible, l'interlocuteur peut très bien se bloquer à la vue d'un exercice si compliqué et notre chercheur aura alors fait plus de mal que de bien.
Revenons à notre bivouac, alors que nos deux chercheurs étaient tous deux en train de converser dans des langues inconnues et que d'ailleurs ils ne se comprenaient pas très bien, notre chercheur offrit un sabre en or à son invité du soir qui pourtant ne demandait qu'un simple épluche patate pour son repas. Il repartit et le lendemain alors qu'il préparait son plat du midi, il entreprit d'éplucher ses patates avec le sabre, il s'est alors bien amoché les doigts, sale histoire...

Tout cela pour dire qu'il n'y a que le discernement qui permet de savoir si notre don est juste ou non. Parfois, surtout avec ses amis, on est pressé qu'ils comprennent, on veut à tout prix leur faire comprendre une pensée juste, on leur donne alors des explications, alors qu'il suffirait simplement de leur donner du temps. Autre exemple, certains interlocuteurs n'ont pas envie d'entendre des réponses, ils ont simplement besoin qu'on leur donne de l'attention.

Bien souvent, le don inutile est entaché par l'émotion, on offre son ego, ou pire son vice à son interlocuteur, pensant pourtant que c'est d'une grande valeur, or celle-ci n'est que sentimentale.

Pour reprendre l'exemple de nos deux chercheurs sur le bivouac, l'un donne à l'autre un simple caillou, mais ce caillou il l'affectionne tout particulièrement car ils ont vécu de belles aventures ensemble, il est rempli de mémoire émotionnelle, pas sur que l'autre perçoive la même richesse quant à ce caillou.

Dernière partie, suis-je capable de discerner ce que je dois donner, de ce que je ne dois pas donner ?

Cette question appelle la Sagesse qui est intelligence en action, en plus d'un très bon discernement, il faut maintenant savoir penser juste en Vertus. Notre chercheur doit maintenant devenir capable de savoir si la personne à qui il souhaite donner a vraiment besoin du don qu'il réclame. Notre chercheur a développé une qualité depuis qu'il a accumulé tant de richesses, il est devenu très généreux. Sauf que cette générosité doit être raisonnable, il faut qu'elle soit mesurée, juste et pondérée. Parfois il ne faut pas donner à celui qui réclame même si l'on possède effectivement ce qu'il réclame car peut être que ses intentions sont mauvaises... Tout dépend donc des intentions de celui qui réclame le don, si je possède des cordes, qu'une personne nécessiteuse en a besoin pour finir son bateau, alors je lui cède volontiers mais si celle-ci a l'intention de se suicider je deviens complice par mon don...

Pour développer ce sage discernement entre ce que je dois donner de ce que je ne dois pas donner, il faut donc nécessairement penser juste en vertus, il faut avoir acquis la sagesse afin de devenir un relai efficace de la Volonté de Bien. Vient alors nous aider dans la tâche notre capacité à l'intuition afin d'être éclairés par la Providence dans nos choix, ceci est primordial car l'on peut penser juste autant dans l'erreur que dans la vérité. Ce sont les vertus bien équilibrées qui viendront faire de nous le serviteur dont les consciences supérieures peuvent se servir afin d'être véritablement une plateforme d'échange à la pointe de la technologie spirituelle.


Dernière édition par Isa le Jeu 9 Juin - 11:32, édité 1 fois
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:28

Jeu Sep 04, 2014 8:23 pm
Setanta a écrit:
Lug a écrit:Est-ce que j’ai les moyens de donner ?

De ce qu'il me semble, on peut faire un parallèle avec le monde physique dense, ne peut donner que celui qui a quelques richesses matérielles. Encore faut il que ces richesses lui appartiennent en propre, les ayant reçu par son travail et qu'il n'aille pas prêter ou donner de l'argent qui ne lui appartiendrait pas.

Pour le monde spirituel, «avoir les moyens» signifie qu'on ne peut donner que ce que l'on a reçu et suffisamment assimiler, cela afin de pouvoir le redonner aussi propre qu'on l'a reçu. Ce qui signifie donc que l'on parle avant tout de CONNAISSANCES et non pas de quelques savoirs plus ou moins mal digérés.

Pour celui qui est dans le dévouement à Dharma, il doit donc s'assurer d'avoir ces moyens avant que de risquer de troubler l'ordre souverain des choses par de mauvais conseils, confondant « savoirs » et « connaissances ». C'est ce qui fait le « Agir sans agir » de Lao-Tseu, ou faire le bien en ayant toujours à l'esprit la première règle : non nocere.
_________________
LE FEU INTÉRIEUR EST LA PLUS GRANDE DE TOUTES LES FORCES... (Tablettes de Thoth)
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:29

Ven Sep 05, 2014 1:05 am
Kreshnok a écrit:Moi, si quelqu’un me demande une corde pour se pendre, je lui donne.

Je m’explique :

Si je ne lui donne pas, il est fort possible qu’il trouve une autre solution pour mettre fin à ses jours. (Quand l’homme cherche, il trouve) Et pas nécessaire une corde, il peut tout simplement se jeté en bas d’un pont.

Si je lui donne, je le place automatiquement sur la balance. Je lui impose à nouveau le choix entre la vie et la mort. Ce qui est à mon avis, plus juste.

________________
Kreshnok ; La question d'un seul est la question de tout les autres, Alors, je me répond.
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:35

Ven Sep 05, 2014 10:26 am
Lug a écrit:
Julien a écrit:L'homme peut-il donner de manière non intéressée, à la manière du Divin Créateur, d'un Amour total et inconditionnel, sans attendre le moindre retour ?

Oui, mon Julien, l'être humain peut donner sans attendre le moindre retour, cela s'appelle : le service désintéressé au profit de l'utilité commune.

Bien évidemment cela suppose l'absence totale de préoccupations égotiques personnelles, la plus grande discrétion et un sens aigu du discernement.

Les Orientaux appellent ce comportement suivre la voie du Dharma.

_________________
Tout est VRAI

avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:38

Ven Sep 05, 2014 10:33 am
Lug a écrit:
Kreshnok a écrit:Moi, si quelqu’un me demande une corde pour se pendre, je lui donne.

Je m’explique :

Si je ne lui donne pas, il est fort possible qu’il trouve une autre solution pour mettre fin à ses jours. (Quand l’homme cherche, il trouve) Et pas nécessaire une corde, il peut tout simplement se jeté en bas d’un pont.

Si je lui donne, je le place automatiquement sur la balance. Je lui impose à nouveau le choix entre la vie et la mort. Ce qui est à mon avis, plus juste.

________________
Kreshnok ; La question d'un seul est la question de tout les autres, Alors, je me répond.

Encourager quelqu’un à suivre une mauvaise route, c’est se rendre complice de cette perversion, mon Kreshnok...

Personnellement, dans une telle situation, je préfère lui faire découvrir ce petit texte :

Suicide mode d'emploi

_________________
Tout est VRAI



Dernière édition par Isa le Lun 13 Juin - 19:13, édité 1 fois
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:42

Ven Sep 05, 2014 10:39 am
Lug a écrit:
Setanta a écrit:
De ce qu'il me semble, on peut faire un parallèle avec le monde physique dense, ne peut donner que celui qui a quelques richesses matérielles. Encore faut il que ces richesses lui appartiennent en propre, les ayant reçu par son travail et qu'il n'aille pas prêter ou donner de l'argent qui ne lui appartiendrait pas.

Pour le monde spirituel, «avoir les moyens» signifie qu'on ne peut donner que ce que l'on a reçu et suffisamment assimiler, cela afin de pouvoir le redonner aussi propre qu'on l'a reçu. Ce qui signifie donc que l'on parle avant tout de CONNAISSANCES et non pas de quelques savoirs plus ou moins mal digérés.

Pour celui qui est dans le dévouement à Dharma, il doit donc s'assurer d'avoir ces moyens avant que de risquer de troubler l'ordre souverain des choses par de mauvais conseils, confondant « savoirs » et « connaissances ». C'est ce qui fait le « Agir sans agir » de Lao-Tseu, ou faire le bien en ayant toujours à l'esprit la première règle : non nocere.


Mon Setanta, si l’on ne peut donner que ce que l’on possède (assimilation) ce don n’a d’intérêt que pour celui qui ne possède pas encore cette richesse, d’où une formulation qui me semble plus juste à savoir :

On ne peut donner que ce que l’on possède et que ne possède pas celui auquel on envisage de donner.

Ici réside la distinction qui permet de savoir si l’on a les moyens de donner.
_________________
Tout est VRAI

avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:44

Ven Sep 05, 2014 10:49 am
Lug a écrit:
Lilbudha a écrit:Pour la première question, j'aurais tendance à dire que nous avons tous les moyens de donner, le premier don initial du Divin Créateur étant son don d'Amour absolu.
Sauf que chacun n'est pas en capacité de mesurer cette richesse toute intérieure.
Pour donner, il faut d'abord avoir reçu, or nous avons déjà reçu le plus formidable des cadeaux, sauf que certains n'ont pas conscience d'avoir reçu et sont donc voués à ne pas donner. Le développement de la conscience passera donc par sa capacité à reconnaitre tous les dons du Divin Créateur, sous toutes ses formes, grandes ou petites, visibles ou invisibles, ce qui fera de cette conscience, une conscience riche, en capacité de donner.

Ta formulation ci-dessus, mon Lilbudha, manque singulièrement de justesse et de pertinence.

Si nous avons tous les mêmes richesses, alors il n’y a donc aucune utilité à vouloir les partager sous forme de dons.

Et si certains n’ont pas conscience d’avoir les mêmes richesses, alors c’est qu’il leur en manque au moins une qui est justement : la Conscience.

Est-ce que la Conscience se développe sans le secours et l’aide de Consciences supérieures ?

L’Histoire de l’humanité nous démontre que non.

Alors, le don repose nécessairement sur la polarité positive du plus riche, devant apporter une part de cette énergie à la polarité négative qu’est le plus pauvre...

La suite de ton texte, qui ne manque de bonnes choses, reste néanmoins confuse et redondante à bien des égards.

Me semble-t-il.
_________________
Tout est VRAI

avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:45

Ven Sep 05, 2014 2:34 pm
Lilbudha a écrit:Oui mon Lug, c'est approximativement formulé. Je vais retenter pour ce paragraphe.

Je pense que nous avons tous les moyens de donner, car il y a toujours des consciences supérieures à d'autres.

Pour le chercheur de vérités, la richesse, qui n'est pas matériel, provient de la somme des connaissances qu'il a su longuement et patiemment éprouver.
Est capable de donner celui qui dispose de connaissances dont un autre a besoin, ne les possédant pas lui même. Celui qui souhaite recevoir doit manifester une volonté d'acquérir cette connaissance. Se crée alors naturellement une relation de donneur et de receveur, de pourvoyeur et de demandeur, de riche et de pauvre. Le riche chercheur de vérités viendra, ou non, combler les attentes du demandeur en fonction de son discernement et des conséquences éventuelles de son don: bénéfique, inutile ou nuisible.

A l'inverse du monde physique, dans le monde spirituel celui qui fait un don ne se départit jamais de son don, on ne perd pas sa connaissance en la transmettant. Lorsqu'une flamme allume une autre flamme, elle ne s'éteint pas.
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:48

Ven Sep 05, 2014 5:42 pm
Lug a écrit:
Lilbudha a écrit:Oui mon Lug, c'est approximativement formulé. Je vais retenter pour ce paragraphe.

Je pense que nous avons tous les moyens de donner, car il y a toujours des consciences supérieures à d'autres.

Pour le chercheur de vérités, la richesse, qui n'est pas matériel, provient de la somme des connaissances qu'il a su longuement et patiemment éprouver.
Est capable de donner celui qui dispose de connaissances dont un autre a besoin, ne les possédant pas lui même. Celui qui souhaite recevoir doit manifester une volonté d'acquérir cette connaissance. Se crée alors naturellement une relation de donneur et de receveur, de pourvoyeur et de demandeur, de riche et de pauvre. Le riche chercheur de vérités viendra, ou non, combler les attentes du demandeur en fonction de son discernement et des conséquences éventuelles de son don: bénéfique, inutile ou nuisible.

A l'inverse du monde physique, dans le monde spirituel celui qui fait un don ne se départit jamais de son don, on ne perd pas sa connaissance en la transmettant. Lorsqu'une flamme allume une autre flamme, elle ne s'éteint pas.

Tu oublies une petite chose, mon Lilbudha, c’est que celui qui ambitionne de donner doit d’abord passer par la redoutable épreuve de la réalité et de l’évaluation de sa richesse acquise.

Redoutable épreuve, car combien, tant par vanité que par aveuglement et ignorance, se croient riche, alors qu’ils n’ont encore que l’apparence de la richesse (du savoir, mais aucune connaissance. De l’illusion, mais aucune réalité). Vouloir donner dans ces conditions n’est rien d’autre que du charlatanisme...

Et une fois cette épreuve surmontée, ce qui supposera une vision juste (grosse difficulté) et beaucoup de modestie (formidable ascèse), il faudra encore apprendre à maîtriser la façon de donner, autre redoutable épreuve qui suppose moult richesses complémentaires, mais ceci est encore une autre histoire.
_________________
Tout est VRAI

avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:51

Sam Sep 06, 2014 3:50 pm
Julien a écrit:
Lug a écrit:Oui, mon Julien, l'être humain peut donner sans attendre le moindre retour, cela s'appelle : le service désintéressé au profit de l'utilité commune.

Bien évidemment cela suppose l'absence totale de préoccupations égotiques personnelles, la plus grande discrétion et un sens aigu du discernement.

Les Orientaux appellent ce comportement suivre la voie du Dharma
.

Non pas que je souhaite diaboliser l'être humain mon Lug, mais, en chaque cas, donner apporte au donneur, ne serait-ce qu'au niveau du patrimoine karmique. Si nous donnons, de manière anonyme et sans attendre le moindre retours, l'auteur du don sera un minimum auto-gratifié de son acte. Non pas nécessairement que l'acte ait pour cause un quelconque intérêt.
Quelle que soit la nature du don, il semble clair que le donneur obtient un bénéfice.

Mais si l'intention, la cause, est totalement dépourvue d'attente égotique, l'homme peut effectivement donner de manière désintéressée.

Ainsi, suivre la voie du Dharma serait, au moins en partie, agir en désintérêt.
_________________
L'être qui prend conscience de ce qu'il est, peut grandir davantage...
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:53

Sam Sep 06, 2014 6:05 pm
Lilbudha a écrit:
Julien a écrit:Ainsi, suivre la voie du Dharma serait, au moins en partie, agir en désintérêt.

Je crois bien mon Julien que l'on foule le chemin du Dharma uniquement et seulement par des actes désintéressés.

Le Bodhisattva souhaite atteindre l'éveil pour le bien de tout les êtres.
C'est lorsqu'il est pleinement dans cet état de conscience qu'il est effectivement un bodhisattva véritable.
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 11:55

Sam Sep 06, 2014 9:03 pm
Domino a écrit:
Julien a écrit:
Quel que soit la nature du don, il semble clair que le donneur obtient un bénéfice.

Ton affirmation mon Julien, ne me semble pas très juste.
Si j'offre un bouquet d'orties à la demoiselle germaine j'obtiendrai le bénéfice d'une claque sur la figure.  Blackeye
D'un certain point de vue ce sera un bénéfice pour moi; celui d'avoir appris que ces dames préfèrent les roses... mais je ne suis pas sûr que tu entendais le bénéfice de cette manière.
D'une manière plus générale, si ma vanité m'amène à induire quelqu'un en erreur (partant d'une certitude non éprouvée propre à l'ego) quel "avantage" karmique vais-je tirer de ce don à autrui?
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:01

Dim Sep 07, 2014 10:49 am
Julien a écrit:
Merci mon Lilbudha.
Domino a écrit:
Ton affirmation mon Julien, ne me semble pas très juste.
Si j'offre un bouquet d'orties à la demoiselle germaine j'obtiendrai le bénéfice d'une claque sur la figure. Blackeye
D'un certain point de vue ce sera un bénéfice pour moi; celui d'avoir appris que ces dames préfèrent les roses... mais je ne suis pas sûr que tu entendais le bénéfice de cette manière.
D'une manière plus générale, si ma vanité m'amène à induire quelqu'un en erreur (partant d'une certitude non éprouvée propre à l'ego) quel "avantage" karmique vais-je tirer de ce don à autrui?

Justement mon Domino, j’entendais bénéfice, entre autre, de cette manière. Smile  La demoiselle germaine ne sera peut-être pas très ravie, mais au moins, elle aura appris que je ne suis pas très doué pour les fleurs, et que les orties ne sont pas très agréables, elle en aura tirée quelque chose (le bénéfice).
Quant à moi, j'aurai appris de mon erreur et si l'intention était bonne (le don sincère), le patrimoine karmique sera un tout petit petit peu, amélioré, grâce à l'intention.

Peut-être serait-il préférable d'employer le terme de retour à la place de bénéfice ? Mais à ce moment, nous perdons la notion d’avantage.
D'une manière plus générale, si ma vanité m'amène à induire quelqu'un en erreur (partant d'une certitude non éprouvée propre à l'ego) quel "avantage" karmique vais-je tirer de ce don à autrui?

Ce que je pense mon Domino, c'est que seule l'intention compte réellement. Si elle est bonne (positif), je tirerai un avantage karmique (même infime), le cas échéant, un désavantage karmique.
_________________
L'être qui prend conscience de ce qu'il est, peut grandir davantage...
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:07

Dim Sep 07, 2014 12:07 pm
Lilbudha a écrit:
Julien a écrit:Ce que je pense mon Domino, c'est que seule l'intention compte réellement. Si elle est bonne (positif), je tirerai un avantage karmique (même infime), le cas échéant, un désavantage karmique.

Tu me sembles oublier la phrase pleine de bon sens et de sagesse qui dit que:
"L'enfer est pavé de bonnes intentions".

Ce pourquoi il faut apprendre à donner avec Sagesse et Discernement, afin que notre bonne intention ne prenne pas de forme maléfique.

Un autre adage qui dit: "à donner sans mérite on cultive paresse et ingratitude."

Il n'y a donc pas que l'intention qui compte, mais aussi, si ce n'est surtout, la forme que celle ci va prendre dans la réalité.
C'est pourquoi notre Lug, m'a répondu ceci:
Lug a écrit:Celui qui ambitionne de donner doit d’abord passer par la redoutable épreuve de la réalité et de l’évaluation de sa richesse acquise.

Redoutable épreuve, car combien, tant par vanité que par aveuglement et ignorance, se croient riche, alors qu’ils n’ont encore que l’apparence de la richesse (du savoir, mais aucune connaissance. De l’illusion, mais aucune réalité). Vouloir donner dans ces conditions n’est rien d’autre que du charlatanisme...

Et le charlatanisme peut faire des ravages malgré les bonnes intentions de ceux qui le font, ils sont bien souvent victimes de leur ignorance et des propagateurs de celle-ci.

avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:10

Dim Sep 07, 2014 3:57 pm
Julien a écrit:
Lilbudha a écrit:
Julien a écrit:Ce que je pense mon Domino, c'est que seule l'intention compte réellement. Si elle est bonne (positif), je tirerai un avantage karmique (même infime), le cas échéant, un désavantage karmique.

Tu me sembles oublier la phrase pleine de bon sens et de sagesse qui dit que:
"L'enfer est pavé de bonnes intentions".

Ce pourquoi il faut apprendre à donner avec Sagesse et Discernement, afin que notre bonne intention ne prenne pas de forme maléfique.

Un autre adage qui dit: "à donner sans mérite on cultive paresse et ingratitude."

Il n'y a donc pas que l'intention qui compte, mais aussi, si ce n'est surtout, la forme que celle ci va prendre dans la réalité.
C'est pourquoi notre Lug, m'a répondu ceci:
Lug a écrit:Celui qui ambitionne de donner doit d’abord passer par la redoutable épreuve de la réalité et de l’évaluation de sa richesse acquise.

Redoutable épreuve, car combien, tant par vanité que par aveuglement et ignorance, se croient riche, alors qu’ils n’ont encore que l’apparence de la richesse (du savoir, mais aucune connaissance. De l’illusion, mais aucune réalité). Vouloir donner dans ces conditions n’est rien d’autre que du charlatanisme...

Et le charlatanisme peut faire des ravages malgré les bonnes intentions de ceux qui le font, ils sont bien souvent victimes de leur ignorance et des propagateurs de celle-ci.


Merci mon Lilbudha, j'y ai réfléchit, et je crois que j'avais complétement occulté cet aspect  Smile . Il semble logique que donner puisse avoir un effet néfaste, si nous donnons du néfaste.
Par exemple: le fait de donner un médicament à autrui sans être médecin et qui, malgré la bonne intention, lui causera beaucoup de tort car ce médicament est dangereux pour ce dernier. L'intention est bonne, mais l'effet est néfaste.

Ainsi, une bonne intention, offre un effet positif relatif (à cette intention) au karma de l’auteur du simple fait de cette intention positive, sans pour autant empêcher toute retombé négative si l'effet de cette intention (du don) est négatif. Donc un don peut être globalement négatif, en aillant tout de même une composante positive (la bonne intention).


Bonne intention : +1
Effet négatif : -3

Résultat : -2 (négatif, malgré la composante positive)
Ceci est uniquement au niveau du point de vue du donneur.
_________________
L'être qui prend conscience de ce qu'il est, peut grandir davantage...
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:14

Dim Sep 07, 2014 4:34 pm
Domino a écrit:
Julien a écrit:Merci mon Lilbudha, j'y ai réfléchit, et je crois que j'avais complétement occulté cet aspect  Smile . Il semble logique que donner puisse avoir un effet néfaste, si nous donnons du néfaste.
Par exemple: le fait de donner un médicament à autrui sans être médecin et qui, malgré la bonne intention, lui causera beaucoup de tort car ce médicament est dangereux pour ce dernier. L'intention est bonne, mais l'effet est néfaste.

Ainsi, une bonne intention, offre un effet positif relatif (à cette intention) au karma de l’auteur du simple fait de cette intention positive, sans pour autant empêcher toute retombé négative si l'effet de cette intention (du don) est négatif. Donc un don peut être globalement négatif, en aillant tout de même une composante positive (la bonne intention).


Bonne intention : +1
Effet négatif : -3

Résultat : -2 (négatif, malgré la composante positive)
Ceci est uniquement au niveau du point de vue du donneur.

A quelle source s'abreuve ton intention mon Julien?
Si cette source est polluée et néfaste pour le receveur que reste-il de positif pour le donneur comme pour le receveur?
N'aurait-il pas été plus utile par prudence de ne rien donner?
Et dans ce cas par quelle justice cette imprudence se verrait-elle récompensée?
Mais j'arrête là, en relisant attentivement la question de notre Lug tu verras qu'elle englobe déjà mes remarques
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:16

Lun Sep 08, 2014 1:15 pm
Lilbudha a écrit:
Lug a écrit:Est-ce que j’ai les moyens de donner ? Ce que j’envisage de donner est-il utile, sans intérêt, ou potentiellement nuisible ? Suis-je capable de discerner ce que je dois donner de ce que je ne dois pas donner ?

Il me semble voir dans ces questions trois niveaux de discernement.

J'y vois dans la première question, le discernement propre à l'individu, lorsqu'il sonde en son âme et conscience, les richesses qu'il a su recevoir par une constante et patiente volonté d'assimilation qui l'aura confrontée avec les réalités, ce qui lui aura permis d'évaluer le bien fondé de ces richesses et permettant de valider si c'est bien de la vrai monnaie, ou de la fausse monnaie.

Dans la deuxième question, il me semble y voir un discernement qui implique d'être identifié à la conscience d'un groupe. L'individu ne se contente pas de ses richesses, il souhaite les partager afin de faire bénéficier au groupe auquel il s'identifie, les fruits de son labeur. Ce qui n'épargnera pas aux receveurs de faire le travail d'assimilation, mais au moins l'individu qui est riche aura eu l'opportunité de baliser le chemin avec ceux à qui il souhaite donner.
Etablit dans cette conscience du groupe, il discerne ce qui serait utile à l'évolution de ce groupe, sans intérêt ou nuisible.

Dans la troisième question, il me semble y voir un discernement lié à la Sagesse universelle, d'un initié qui est au fait de l'ordre socio cosmique de l'univers. Il est je crois au dessus de la simple conscience du groupe de forme auquel il s'identifie. Il s'identifie à présent à la Création elle même(visible, et invisible) et cherche, dans une volonté de Bien, à la servir autant que possible. Cette conscience propre au Sage, lui permettra de discerner ce qu'il DOIT donner, de ce qu'il ne DOIT PAS donner, ceci suppose d'être perpétuellement guidé par son intuition, qui provient des consciences supérieur. C'est, me semble-t-il, la condition pour être capable de discerner ce que je dois donner de ce que je dois pas donner, dans le cadre d'un service désintéressé de la volonté de Bien.
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:17

Lun Sep 08, 2014 4:16 pm
Domino a écrit:Je dirais que donner suppose la compréhension d'un « système » de pensée et la possibilité de participer à un élargissement de ce système vers une vérité plus grande (une poupée russe qui en contient une plus grande).
Il est (ce don) proportionnel au champs de conscience de celui qui se propose de donner. La responsabilité est elle aussi proportionnelle.
Celui qui possède la compréhension des lois et principes de la Création n'aura pas la même capacité à donner ni la même responsabilité que celui qui n'a en sa possession que son intellect.
Pourtant, si ce dernier est plus en situation de recevoir (s'il le souhaite) que de donner, l'absence de don le condamnerait à une attitude totalement passive.
Je sais, c'est bien maigre, mais mes cogitations ne m'ont pas menées plus loin que ça pour le moment.
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:24

Lun Sep 08, 2014 7:13 pm
Lug a écrit:
Lilbudha a écrit:Il me semble voir dans ces questions trois niveaux de discernement.

J'y vois dans la première question, le discernement propre à l'individu, lorsqu'il sonde en son âme et conscience, les richesses qu'il a su recevoir par une constante et patiente volonté d'assimilation qui l'aura confrontée avec les réalités, ce qui lui aura permis d'évaluer le bien fondé de ces richesses et permettant de valider si c'est bien de la vrai monnaie, ou de la fausse monnaie.

Dans la deuxième question, il me semble y voir un discernement qui implique d'être identifié à la conscience d'un groupe. L'individu ne se contente pas de ses richesses, il souhaite les partager afin de faire bénéficier au groupe auquel il s'identifie, les fruits de son labeur. Ce qui n'épargnera pas aux receveurs de faire le travail d'assimilation, mais au moins l'individu qui est riche aura eu l'opportunité de baliser le chemin avec ceux à qui il souhaite donner.
Etablit dans cette conscience du groupe, il discerne ce qui serait utile à l'évolution de ce groupe, sans intérêt ou nuisible.

Dans la troisième question, il me semble y voir un discernement lié à la Sagesse universelle, d'un initié qui est au fait de l'ordre socio cosmique de l'univers. Il est je crois au dessus de la simple conscience du groupe de forme auquel il s'identifie. Il s'identifie à présent à la Création elle même(visible, et invisible) et cherche, dans une volonté de Bien, à la servir autant que possible. Cette conscience propre au Sage, lui permettra de discerner ce qu'il DOIT donner, de ce qu'il ne DOIT PAS donner, ceci suppose d'être perpétuellement guidé par son intuition, qui provient des consciences supérieur. C'est, me semble-t-il, la condition pour être capable de discerner ce que je dois donner de ce que je dois pas donner, dans le cadre d'un service désintéressé de la volonté de Bien.

Pour évaluer ses richesses, mon Lilbudha, il vaut mieux être objectif et réaliste. Ceci pour dire que cette évaluation doit se faire non pas à l’aune d’une autoproclamation, mais sur des bases un peu plus crédibles.

D’où vient ce que le donneur prend pour des richesses ?

Si c’est de ses semblables en complexion, il y a fort à parier qu’elles ne valent pas tripette. Si c’est de faux prophètes, de prétendus initiés ou de faux illuminés (mystiques, gourous et autres grands mamamouchis de la crédulité), ce n’est pas mieux.

Pire encore, si c’est issu d’une profonde méditation d’une Conscience peu ou pas épurée et stabilisée dans un corps spirituel, alors nous devons redouter les facéties des petits démons de la vanité et de la quête de pouvoirs égoïstes qui viendront subjuguer l’impétrant qui veut devenir ce qu’il n’a pas la possibilité d’être.

Je crois utile, à ce niveau de nos petits travaux, d’attirer vos attentions sur cette notion de groupe, utilisée par d’illustres grands Maîtres, auxquels j’accorde toute ma considération, et qui me semble contenir un germe pernicieux de division et d’intolérance. Je préfère de loin l’expression qui me semble être épurée de cette imperfection latente à savoir : le service désintéressé au profit de l’utilité commune.

Cette utilité commune ne se limitant pas qu’un un groupe d’individus, ni même qu’à l’espèce humaine, mais à ce qui constitue la structure de l’Humanité et qui inclue tout la chaîne du vivant.

Cette précision pour dire que donner ne se limite donc pas à un groupe, petit ou grand, d’individus d’une même espèce, mais peut parfaitement s’entendre entre différentes espèces (la défense des espèces menacées, le droit de l’animal, la lutte contre la souffrance et la cruauté envers ces animaux...). Donner sa compassion, sont temps et consacrer une partie de son énergie vitale pour ce genre de cause, contribue tout autant à l’utilité commune, me semble-t-il.

Je crois qu’un initié qui serait, comme tu l’indiques, mon Lilbudha, au fait de l’ordre socio cosmique, aurait, en toute modestie, le sentiment d’en faire partie sans pour autant se méprendre sur l’état de développement, relativement retreint de son niveau de Conscience, eu égard à toutes celles qui le dépassent et desquelles il aspire à tant recevoir. De là à avoir la prétention de s’identifier à la Création elle-même, faudrait croire alors qu’il s’est pris les pieds dans une vanité déguisée en fausse humilité, le contraire d’un initié au fait de l’accomplissement de son propre dessein. Il sait simplement qu'il en fait partie, et cela est déjà considérable compte tenu des conséquences et répercussions que ça a sur son évolution.

Il ne sert à rien d’être guidé par son intuition, si celle-ci n’est pas reliée aux bonnes énergies praniques...

Comme le disait si justement Stephen Hawking, dans son livre «l’univers dans une coquille de noix» : quelle que soit la puissance d’un ordinateur, si l’on y entre des paramètres vaseux, il en sort des données merdiques.
_________________
Tout est VRAI



avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:25

Mer Sep 10, 2014 11:13 pm
Sa-Ousir a écrit:Ha, très intéressant sujet, sur lequel il serait bien que je me penche dessus vu la difficulté que j'ai à donner. (Pour preuve le peu de participation écrite à ces forums). Bon, à chaud...

Si l'intention est là, il faudrait encore que je trouve quelque chose à donner, et c'est bien là le problème. Je n'ai rien, rien qui ne m'appartienne en propre. Tout ce qui m'entoure, les personnes, les choses et la multitude d'être qui peuple tous les plans , tels que je les perçois, tout semble contenir plus de richesses, semble plus intéressant que ce que j'ai de mieux à offrir à mes yeux.

A défaut d'avoir confiance en moi, en ces richesses que je refuse de m'attribuer, la confiance que je reçoit temporairement de la Vie me semble plus à même de me faire avancer... Même cette Foi, éprouvée, ne m'appartient pas, elle s'écoule sans cesse de la divinité, comme les autres Vertus, et j'en reçoit au passage, parfois, quelques gouttes salvatrices.

Je reçoit, transforme (en plus lumineux, autant que possible), et fais circuler (sans résistance, autant que possible), voilà tout. Quand ma main fait un mouvement pour distribuer ce qu'elle vient de prendre, elle est soutenue par une ribambelle de petits êtres qui permettent ce mouvement. Donnent-elles moins que moi ? Que puis-je donner sans elle ? Que puis-je d'ailleurs donner pour l'utilité commune qui ne vienne pas d'autres êtres d'en-haut, et qui de ce fait, ne m'appartient pas (pas davantage qu'à eux) ? Et que dire de la participation de ces dieux géants du « haut-astral » pour qui je suis si petit et si insignifiant et qui pourtant un jour, soutiendront, je l'espère, ce que j'aurai trouver à offrir pour l'utilité commune.

Est-ce que ce qui transite par moi m'appartient ? Est-ce que ce que je fais venir à l'existence, ces êtres, ces pensées, sont à moi, pour moi ? Est-il même possible de conserver quoi que ce soit éternellement sans devoir le rendre ou le voir disparaître prochainement?

Tout au plus, je crois, nous ne pouvons que soutenir de concert avec les êtres qui nous entoure, par nos maigres moyens, autant-que-possible, le Don permanent que le Créateur fait à ses Créatures. Reste à savoir comment il fait, Lui, pour éviter le gaspillage!!!*

Donner, serait-ce alors travailler à la multiplications des richesses reçues? (et non à leur division).
----------------
* Un rapport avec la Loi d'Economie certainement, dont l'épargne ne fait pas partie

Bises
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:28

Jeu Sep 11, 2014 7:53 am
Setanta a écrit:
Sa-Ousir a écrit:Ha, très intéressant sujet, sur lequel il serait bien que je me penche dessus vu la difficulté que j'ai à donner. (Pour preuve le peu de participation écrite à ces forums). Bon, à chaud...

Si l'intention est là, il faudrait encore que je trouve quelque chose à donner, et c'est bien là le problème. Je n'ai rien, rien qui ne m'appartienne en propre. Tout ce qui m'entoure, les personnes, les choses et la multitude d'être qui peuple tous les plans , tels que je les perçois, tout semble contenir plus de richesses, semble plus intéressant que ce que j'ai de mieux à offrir à mes yeux.

Si tu ne mets pas à l'épreuve ce que tu as reçu mon Sa-Ousir, et ce par l'échange, il me paraît difficile de pouvoir donner quoi que ce soit.

Il y a plusieurs façons de donner, la bonne et la mauvaise. Les petites choses que l'on sait plus ou moins et que l'on peut donner avec prudence et réserve sous la forme du conditionnelle. C'est l'humilité de comprendre que les vérités que nous possédons, nous ont été prêté par d'autres plus avancés (en attendant que nous puissions aller les chercher nous-même à la source). Des vérités en plomb(savoirs) qu'il faut transformer lentement en Or(connaissances).

Une intention puise sa Force dans l'Humilité mon Sa-Ousir et la seule condition pour recevoir est de savoir donner... et vice et versa. Qu'il me semble.
_________________
LE FEU INTÉRIEUR EST LA PLUS GRANDE DE TOUTES LES FORCES... (Tablettes de Thoth)
avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 12:37

Jeu Sep 11, 2014 6:31 pm
Lug a écrit:
Sa-Ousir a écrit:Ha, très intéressant sujet, sur lequel il serait bien que je me penche dessus vu la difficulté que j'ai à donner. (Pour preuve le peu de participation écrite à ces forums). Bon, à chaud...

Si l'intention est là, il faudrait encore que je trouve quelque chose à donner, et c'est bien là le problème. Je n'ai rien, rien qui ne m'appartienne en propre. Tout ce qui m'entoure, les personnes, les choses et la multitude d'être qui peuple tous les plans , tels que je les perçois, tout semble contenir plus de richesses, semble plus intéressant que ce que j'ai de mieux à offrir à mes yeux.

A défaut d'avoir confiance en moi, en ces richesses que je refuse de m'attribuer, la confiance que je reçoit temporairement de la Vie me semble plus à même de me faire avancer... Même cette Foi, éprouvée, ne m'appartient pas, elle s'écoule sans cesse de la divinité, comme les autres Vertus, et j'en reçoit au passage, parfois, quelques gouttes salvatrices.

Je reçoit, transforme (en plus lumineux, autant que possible), et fais circuler (sans résistance, autant que possible), voilà tout. Quand ma main fait un mouvement pour distribuer ce qu'elle vient de prendre, elle est soutenue par une ribambelle de petits êtres qui permettent ce mouvement. Donnent-elles moins que moi ? Que puis-je donner sans elle ? Que puis-je d'ailleurs donner pour l'utilité commune qui ne vienne pas d'autres êtres d'en-haut, et qui de ce fait, ne m'appartient pas (pas davantage qu'à eux) ? Et que dire de la participation de ces dieux géants du « haut-astral » pour qui je suis si petit et si insignifiant et qui pourtant un jour, soutiendront, je l'espère, ce que j'aurai trouver à offrir pour l'utilité commune.

Est-ce que ce qui transite par moi m'appartient ? Est-ce que ce que je fais venir à l'existence, ces êtres, ces pensées, sont à moi, pour moi ? Est-il même possible de conserver quoi que ce soit éternellement sans devoir le rendre ou le voir disparaître prochainement?

Tout au plus, je crois, nous ne pouvons que soutenir de concert avec les êtres qui nous entoure, par nos maigres moyens, autant-que-possible, le Don permanent que le Créateur fait à ses Créatures. Reste à savoir comment il fait, Lui, pour éviter le gaspillage!!!*

Donner, serait-ce alors travailler à la multiplications des richesses reçues? (et non à leur division).
----------------
* Un rapport avec la Loi d'Economie certainement, dont l'épargne ne fait pas partie

Bises

Mon Sa-Ousir, concernant les richesses dont on est en droit de revendiquer le légitime droit de propriété (appropriation), je te communique ce petit extrait de mon néanmoins petit ouvrage : La Dictature à la Française.

La Dictature à la Française a écrit:
La propriété est un droit inviolable.

Article 17 - La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.
Tout comme pour le droit à la sûreté, j’avais lors de l’article 2, indiqué que je reviendrai sur ce droit naturel et imprescriptible qu’est la propriété, le contenu de cet article 17, m’en fournit l’occasion.

Lorsque j’ai lu pour la première fois cet article 17, la première réflexion qui m’est venue à l’esprit a été de me demander comment les esprits illustres qui avaient été capables de produire cette admirable Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, inspirée par la Divine Providence dans ce qu’elle a de plus spirituel, comment avaient-ils pu s’égarer dans un matérialisme infiniment réducteur venant clore par une note grotesque une oeuvre si lumineuse...

La propriété (l’appropriation sous toutes ses formes), expression de ce que la nature humaine a de plus cupide, sordide, vorace et égoïste, ne pouvait pas, me semblait-il, pouvoir prétendre au mérite nécessairement vertueux, d’un droit naturel, inaliénable, sacré et imprescriptible. Le sens même d’appropriation de quoi que ce soit par un individu à la durée de vie souvent infiniment plus éphémère que ce qu’il envisage de s’approprier, me paraissait relever de la plus grossière incongruité. Notre temps de passage sur cette terre étant biologiquement limité, il m’était de prime abord difficile de croire que nous sommes autre chose que les usufruitiers d’une propriété revenant de plein droit à la Nature et l’ordre souverain des choses. À la rigueur, je concevais aisément que cette notion de propriété devait être plus en rapport avec ce principe collectif connu sous le vocable d’État ou de Nation, dont la continuité historique s’étend sur des siècles ou des millénaires, qu’avec nos malheureux 70 à 100 d’âge que peut espérer un individu dans la plénitude de ses capacités physiques et intellectuelles. Ce qui symbolise cet État ou cette Nation pouvait donc naturellement, comme l’avait fait Louis XIV, dire l’État c’est moi ! Et tous les biens de mes sujets appartiennent au roi, non pas la personne physique, mais la personne morale que symbolise cette distinction.

Je ne doutais pas que les esprits brillants et inspirés qui se trouvaient réunis au sein de la Constituante, avaient dû s’interroger sur cette très discutable notion de droit de propriété. Et comme le rapporte Alexis Bertrand, dans son livre : La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, - livre qui a été pour moi une source d’informations précieuses et d’inspiration -, de nombreux débats eurent lieu sur ce sujet si délicat et controversé. L’extrait qui suit me semble parfaitement résumer et le problème et la résolution élégante de celui-ci :

Qui soutiendrait que c’est la Révolution qui a fondé parmi nous le droit de propriété serait certainement accusé de paradoxe. Pourtant, rien n’est plus vrai, bien qu’on nous assure que le droit de propriété a reçu en 1789 “un coup terrible”, et que s’il y a survécu jusqu’ici, s’il est parvenu à s’en relever, c’est uniquement parce que, “en dépit des sophistes, la loi divine et l’enseignement de l’Église n’ont pas perdu tout leur empire sur les âmes”. Louis XIV avait si bien pressuré ses sujets qu’il eut un jour des remords et, pour rassurer sa conscience, consulta son clergé et ses jurisconsultes. Tous les biens de ses sujets appartiennent au roi : telle fut la réponse ; et Louis XIV ne l’oublia jamais, car il légua cette précieuse consultation à son fils dans son testament. De cette doctrine résulte que tout ce que le roi laisse à ses sujets est un don et une grâce. C’était du reste la tradition des pères de l’Église et leur constante théorie de la propriété : “Hors le droit des empereurs, dit saint Augustin, personne ne peut dire : “cette maison est à moi.” Et Bossuet, le dernier des pères de l’Église, dans sa Politique tirée de l’Écriture sainte : “ Ôtez le gouvernement, la terre et tous ses biens sont aussi communs entre les hommes que l’air et la lumière. Selon le droit primitif de la nature, nul n’a de droit particulier sur quoi que ce soit, et tout est en proie à tous... Du gouvernement est né le droit de propriété, et en général tout doit venir de l’autorité publique.

Selon le législateur de 1789, au contraire, le gouvernement consacre, garantit la propriété, mais ne la crée pas : elle lui est antérieure et résulte immédiatement de la liberté et du travail. Voilà pourquoi les vilains ne sont plus taillables et corvéables à merci. Il ne faut pas dire simplement que la Révolution a créé la petite propriété, mais qu’elle a donné pour la première fois sa véritable base au droit de propriété.

Sieyes (homme d’Église et homme politique 1748 - 1836), me semble le théoricien orthodoxe de la doctrine de la Constituante sur la propriété. Il établit d’abord que l’état social favorise et augmente la liberté, puisqu’il assure et étend l’usage de tous nos droits naturels. Mais la liberté ne doit pas être refoulée dans le for intérieur : il faut qu’elle agisse, s’exerce, se déploie. Il faut donc qu’elle ait un instrument ; la première propriété de tout homme, c’est sa personne, son corps, ses actions, son travail ; sans le travail, nos facultés resteraient comme ensevelies, et la liberté serait vaine et paralysée. Or, le travail suppose des outils, et nos premiers outils sont nos organes ; il suppose en outre une matière extérieure que nous transformons et que nous tournons à notre usage. Primitivement, ni l’air ni l’eau n’appartiennent à personne : mais dès que nous respirons et que nous buvons, l’air et l’eau deviennent notre substance ou notre propriété, puisqu’ils nous sont assimilés. Semblablement, le bloc de marbre enfoui dans la carrière n’appartient à personne ; mais que je l’amène à la lumière, que je le taille, que je le transforme en Vénus ou en Hercule, le voilà mien, non par le seul droit de premier occupant, mais parce qu’il est la réalisation extérieure de mes facultés, l’oeuvre de ma volonté, et qu’il porte l’empreinte de ma personnalité. Voilà un droit antérieur et supérieur à celui des empereurs et des rois.

La propriété n’est donc pas l’appropriation d’une chose commune, mais le droit que possède celui qui par son génie, son travail, son talent, ses capacités et/ou ses vertus, a fait d’une chose commune, une chose possédant ses propriétés. L’artiste ou l’artisan est dans son oeuvre, il est donc naturel que cette oeuvre soit sa propriété et qu'il puisse en disposer comme il l'entend et selon sa liberté.

Il découle de cette remarquable définition de la propriété qu’en ont fait nos pères fondateurs de la citoyenneté, qu’il faille, pour pratiquer son droit naturel, inaliénable, sacré et imprescriptible à la propriété, que le propriétaire soit directement ou indirectement impliqué dans ce qu’il revendique. La propriété issue d’un privilège, qui par essence ne repose sur aucune expression du génie, du travail, du talent, de capacités particulières et/ou de vertus, ne saurait être légitime. Non seulement cette propriété n’est pas légitime, mais elle caractérise une injustice flagrante

Beau sujet de réflexion qui a toute sa place dans ce topic, ne trouves-tu pas ?
_________________
Tout est VRAI


avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Isa le Jeu 9 Juin - 14:07

Jeu Sep 11, 2014 10:52 pm
Sa-Ousir a écrit:
Setanta a écrit:Si tu ne mets pas à l'épreuve ce que tu as reçu mon Sa-Ousir, et ce par l'échange, il me paraît difficile de pouvoir donner quoi que ce soit.

Il y a plusieurs façons de donner, la bonne et la mauvaise. Les petites choses que l'on sait plus ou moins et que l'on peut donner avec prudence et réserve sous la forme du conditionnelle. C'est l'humilité de comprendre que les vérités que nous possédons, nous ont été prêté par d'autres plus avancés (en attendant que nous puissions aller les chercher nous-même à la source). Des vérités en plomb(savoirs) qu'il faut transformer lentement en Or(connaissances).

Une intention puise sa Force dans l'Humilité mon Sa-Ousir et la seule condition pour recevoir est de savoir donner... et vice et versa. Qu'il me semble.

Mon Setanta, -comment vas-tu?-
Cela fait bien longtemps que je ne m'amuse plus à décider de mettre à l'épreuve ou non ce que je reçois. La Vie s'en charge terriblement bien à chaque instant bien que souvent j'en ignore le dessein final (et je dois t'avouer que parfois j'ose naïvement espérer un peu de répit  Sleep  , mais Elle n'a de cesse de vouloir me montrer que ce que je pense être mes limites n'en sont pas selon Elle et ses serviteurs. Comme j'ai plus confiance en Elle qu'en moi, je rame   Suspect  pale  ?!? Pale )
L'échange, pourquoi pas, après cela doit dépendre des tendances individuelles et du parcours de chacun, selon moi. Connaissant ma propension naturelle pour le mysticisme et l'abstrait, il est préférable pour mon alignement de mettre une grande part d'énergie volontaire dans l'abandon à l'expérience positive et opérative. D'ailleurs quand je suis plus dans le speculatif -certainement souvent à l'excès- , j'en arrive vite à me considérer bien plus grand et puissant que je ne le suis seul; jusqu'à me croire posséder suffisamment de "volonté de maîtrise" pour décider seul de mon chemin...ce qui me coupe inévitablement de ma relation à l'Autre. Au contraire du plongeon dans le Vie et de son brassage permanent d'innombrables forces, influences qui, conjointement à mes tendances naturelles, semble donner des résultats plus équilibrés. Finalement tout se mêle, et l'équilibre précaire depends de la morphologie du cycliste, de ses forces, de sa bécane comme du terrain qu'il emprunte. L'échange n'est de loin pas la seule mise à l'épreuve, c'en est une parmi tant d'autres. Il n'y a pas de règle rigide qui détermine combien de temps il est bon de passer dans l'oratoire et combien de temps il est bon de passer dans le laboratoire, si ce n'est autant que nécessaire -et celui ci évolue selon les circonstances-. Ce qui est nécessaire pour l'un, ne l'est pas forcécment autant pour l'autre. Enfin peut-être que je me trompe.

Tu vois, c'est comme d'affirmer: recevoir pour donner et donner pour recevoir. Théoriquement, j'aurai envie de dire: OUI, c'est certain. Mais l'expérience donne un ressenti différent, moins net, moins défini. Par exemple, nous avons été créé, nous sommes! Même mieux, nous sommes Vivant, nous avons reçu la vie (avec tout ce que cela implique), p'tain, mais c'est juste énorme! Perso, j'ai rien demandé mais je suis sacrément content de cet Eternel Présent. Qu'ai je donner pour recevoir cela ? RIEN. Idem pour la Conscience. Est-ce que je dois donner pour conserver l'état d'être-étant, l'état d'être-vivant? Même pas... Tout au plus je dois "donner" -faut-il encore que l'on s'entende sur ce terme- pour continuer d'en avoir conscience. HA piste intéressante! Du coup je vais arrêter de radoter Very Happy

Bises
PS:
Il y a plusieurs façons de donner, la bonne et la mauvaise

c'est un peu comme les chasseurs quoi !

avatar
Isa

Messages : 239
Points : 261
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savoir donner

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum