L'histoire de l'impétrant en tongs

Page 16 sur 19 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18, 19  Suivant

Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Kanzi le Mar 3 Avr - 16:43

Je vais faire une pause et tu devrais faire de même. Quoi qu'il en soit et quelque soient mes arguments si quelqu'un nuit ne serait-ce qu'à une personne il faut faire en sorte que ça cesse.
Et bien au contraire mon Lilbudha sachant que la nature humaine est faible et si tu relis un peu entre les torchons et les serviettes tu constateras que mon discours est justement de ne pas condamner, et donc de ne pas trop rester sur le doigt pointé...

_________________
Tout est Juste
avatar
Kanzi

Messages : 1306
Points : 1458
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Netzach le Mar 3 Avr - 17:40

Nurash a écrit:Que de la Connaissance de la notion de réalisation de l'harmonie à travers le conflit. Je tente de le faire de temps à autre et généralement ce que je fais est plutôt mauvais.
Dans ce que je perçois également, dans notre société, beaucoup des progressions professionnelles se font sur la base de la compétition et de la volonté égotique de domination. Du coup ce carburant même si il est nocif amène toujours a des réalisations plus grande.

Oui, clairement.

Tu sais, en sortant de l'école, j'étais un peu fleur bleue, je pensais que tout le monde il était beau, et puis c'est en prenant des coups, des gifles de réalismes dans la tronche, que je me suis rendu compte que j'étais trop doux, trop empathique, trop sentimental, trop disponible, trop bavard. En somme, j'étais un bon steak à point pour le premier prédateur qui eût croisé ma route. L'adulescent que j'étais, avec une superbe casquette à hélice multicolore, ne voulait pas admettre qu'il y a, dans la société, 90 % d'esclave et 10 % de joueur de pipeau vivant confortablement, et que tous les gens jouent un rôle quand ils sont au travail.

Depuis un an ou deux, j'ai bien compris qu'il fallait que je devienne, à contrecoeur, un Rastignac patient, pour pouvoir, dans un premier temps, survivre décemment, et puis, dans un second temps, amasser suffisamment d'argent pour envoyer bouler tous ceux qui souhaiteraient m'utiliser pour accomplir leurs petits desseins de nihilistes fraîchement déchristianisés.

Quand on est pauvre et qu'on ne peut compter que sur ses deux bras et sa cervelle, on n'a pas le temps de se demander si ce qu'on fait est juste, vrai et bon : non, au contraire, il faut faire des choses qu'on n'a pas vraiment envie de faire, et par conséquent, notre marge de manœuvre est très très réduite.

Il n'y a que les profs, les rentiers et les retraités qui ont l'opportunité de choisir ce qu'ils vont faire demain et de s'interroger sur la nature de leurs actes, en vue de devenir des êtres plus moraux, plus justes, etc.

Dans le monde de l'argent, vaste océan où s'affrontent des milliards de pavillons noirs, il n'y a pas de place pour la morale et le bien commun : celui qui veut réussir doit abattre symboliquement des concurrents moins bons que lui. D'ailleurs, on prend toujours toujours la place de quelqu'un, que ça soit après l'entretien d'embauche réussi ou lors d'une promotion. L'ascension sociale sans tâches noires n'existe pas. Le jeune qui se lance doit obligatoirement passer par une phase de dévoiement et se faire les dents, s'il veut s'en sortir au milieu des autres requins, ayant déjà dix ou vingt ans de métier. Dommage qu'on ne m'aie pas dit tout cela quand j'avais 15 ans. Au moins, ça m'aurait permis de me préparer et d'éviter quelques contusions à la mâchoire.
avatar
Netzach

Messages : 603
Points : 609
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 25
Localisation : Arras

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Nurash le Mar 3 Avr - 21:25

Georgius a écrit:
Nurash a écrit:Que de la Connaissance de la notion de réalisation de l'harmonie à travers le conflit. Je tente de le faire de temps à autre et généralement ce que je fais est plutôt mauvais.
Dans ce que je perçois également, dans notre société, beaucoup des progressions professionnelles se font sur la base de la compétition et de la volonté égotique de domination. Du coup ce carburant même si il est nocif amène toujours a des réalisations plus grande.

Oui, clairement.

Tu sais, en sortant de l'école, j'étais un peu fleur bleue, je pensais que tout le monde il était beau, et puis c'est en prenant des coups, des gifles de réalismes dans la tronche, que je me suis rendu compte que j'étais trop doux, trop empathique, trop sentimental, trop disponible, trop bavard. En somme, j'étais un bon steak à point pour le premier prédateur qui eût croisé ma route. L'adulescent que j'étais, avec une superbe casquette à hélice multicolore, ne voulait pas admettre qu'il y a, dans la société, 90 % d'esclave et 10 % de joueur de pipeau vivant confortablement, et que tous les gens jouent un rôle quand ils sont au travail.

Depuis un an ou deux, j'ai bien compris qu'il fallait que je devienne, à contrecoeur, un Rastignac patient, pour pouvoir, dans un premier temps, survivre décemment, et puis, dans un second temps, amasser suffisamment d'argent pour envoyer bouler tous ceux qui souhaiteraient m'utiliser pour accomplir leurs petits desseins de nihilistes fraîchement déchristianisés.

Quand on est pauvre et qu'on ne peut compter que sur ses deux bras et sa cervelle, on n'a pas le temps de se demander si ce qu'on fait est juste, vrai et bon : non, au contraire, il faut faire des choses qu'on n'a pas vraiment envie de faire, et par conséquent, notre marge de manœuvre est très très réduite.

Il n'y a que les profs, les rentiers et les retraités qui ont l'opportunité de choisir ce qu'ils vont faire demain et de s'interroger sur la nature de leurs actes, en vue de devenir des êtres plus moraux, plus justes, etc.

Dans le monde de l'argent, vaste océan où s'affrontent des milliards de pavillons noirs, il n'y a pas de place pour la morale et le bien commun : celui qui veut réussir doit abattre symboliquement des concurrents moins bons que lui. D'ailleurs, on prend toujours toujours la place de quelqu'un, que ça soit après l'entretien d'embauche réussi ou lors d'une promotion. L'ascension sociale sans tâches noires n'existe pas. Le jeune qui se lance doit obligatoirement passer par une phase de dévoiement et se faire les dents, s'il veut s'en sortir au milieu des autres requins, ayant déjà dix ou vingt ans de métier. Dommage qu'on ne m'aie pas dit tout cela quand j'avais 15 ans. Au moins, ça m'aurait permis de me préparer et d'éviter quelques contusions à la mâchoire.
Hahaha personnellement j'irai juste à l'opposé de ce que tu racontes mon Georgius Wink !
De mon coté j'ai quitté un boulot qui ne me convenait pas par intégrité et je suis devenu entrepreneur, après quelques déboires et des contrats que j'aurais pas du signer, je suis retourné vers mon anciens Job. Plus prudent par contre parce que cette fois-ci je n'ai pas pris le premier boulot qui passait, j'ai vérifié le coté humain, une boite sans (trop) de joueurs de pipeau et je suis arrivé dans une qui me convient, qui redistribue de manière à peu près correcte les dividendes à ses employés et qui n'est pas coté en bourse.
Je n'ai plus besoin d'essayer de bouffer personne, par contre effectivement maintenant je flaire ceux qui essayent de m'entourlouper... Au final je l'ai plus ou moins toujours su, c'est juste que je voulais pas y croire... Ca ne me semblait pas concevable que l'humain soit si superficiel et intéressé Laughing (welcome to the Kali yuga). Depuis peu, je fais en sorte de transmettre la Connaissance que j'ai acquise gratuitement ( Si les gens veulent donner quelque-chose, je reçoit avec beaucoup de gratitude). hébin figure-toi que je commence à rencontrer des gens passionnants, avec qui on peut s'apporter mutuellement énormément et j'ai vraiment la sensation d'être bien aligné, d'agir suivant mes plus hautes valeurs, ce qui me donne plus d'énergie pour continuer à diffuser autour de moi. Peut-être que je me plante mais j'ai la sensation de "changer d'harmonique" de ne plus créer la réalité désespérante que je voyais autour de moi et dont je me faisait complice passif.

Tout ça pour dire que je pense sincèrement que lorsqu'on commence l'ascèse pour les bonnes raisons "le reste est donné de surcroit" mais c'est vrai aussi que du coup je peux me contenter de peu Wink.
avatar
Nurash

Messages : 816
Points : 876
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Eléa le Mar 3 Avr - 22:01

Nurash a écrit:La synthèse que je donne à ça c'est que si j'ai besoin du regard d'autrui pour exister alors forcément j'aurais à m'opposer à quelque-chose pour pouvoir exister alors que quelque-part la salade qui pousse toute seule elle est en compet' qu'avec elle-même. 
http://fraternite-hermes.forumactif.org/t351p350-presentation#9131 

On a beaucoup à apprendre de la salade mon Nurash, beaucoup... pour le côté compète avec soi-même...

Soÿ a écrit:Et pour ce qui est d'être dominant dans je ne sais quoi... la liberté, la vraie passe par la pensée juste en Vertus et par sa mise en pratique... qui permet la seule et unique domination et le seul et unique dépassement de soi-même... je dis ça... je dis rien...
http://fraternite-hermes.forumactif.org/t366p25-chemin-de-vie#8779


Dernière édition par Soÿ le Mar 3 Avr - 22:46, édité 1 fois

_________________
En libérant ceux qui nous entourent, nous nous libérons nous-mêmes
Transsubstantiation
avatar
Eléa

Messages : 543
Points : 555
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Netzach le Mar 3 Avr - 22:12

J'imagine déjà notre Nurash au taff... Razz

- Bonjour, je travaille pour une boite qui redistribue de manière correcte les dividendes à ses employés, et qui n'est pas côtée en bourse... [i]Que puis-je faire pour vous ?[/i

avatar
Netzach

Messages : 603
Points : 609
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 25
Localisation : Arras

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Eléa le Mar 3 Avr - 22:42

Soÿ a écrit:
Radié a écrit:Je viens de faire ta petite manip, et non, impossible de retrouver le message que j'avais fait en réponse au Lug.

D'ailleurs maintenant que je navigue ce n'est pas le seul manquant!

Comme j'ai dit, je m'en moque bien que c'ait été supprimé, que ce soit le maître de ces lieux comme tu l'as supposé, ou même un modérateur ou même bien un bug système.

Je dirai juste, et là ce n'est que mon petit avis bien à moi, qu'il est fort regrettable que dans un lieux, qui se veut public et dans le quel le respect des libertés individuelles est si souvent prôné, qu'un message, qui se voulait être une réponse directe à une critique émisse à mon égard, disparaisse aussi facilement. M'extirpant de force mon droit le plus élémentaire à répondre d'une agression (se défendre).

Quelques années de pratique de ces forums ("ces forums" dans le sens pas que ceux-là, mais aussi les précédents) me permettent de constater que les messages qui sont supprimés ou modifiés et leurs auteurs peuvent même être bannis dans un seul cas, celui du non respect de la charte : 
http://fraternite-hermes.forumactif.org/t1-charte-des-forums-de-la-fraternite-d-hermes

Et c'est possiblement ce qui a eu lieu, si l'un ou plusieurs de tes messages "ont disparu" (je note néanmoins que pas tous, et que tu n'es pas non plus banni)... parce que c'est ce qui arrive quand on confond comme tu viens de le faire : 
- lieu public 
et 
- lieu ouvert au public.
échange ici : http://fraternite-hermes.forumactif.org/t351p275-presentation#8956

Comme je le disais dans "Chemin de vie" :

Remarque 1 :

La pensée juste en Vertus n'est pas à géométrie variable.

Même si la loi est ce qui s'applique à tous, et la morale, ce qui ne s'applique qu'à moi-même, n'empêche qu'une pensée juste en Vertus sera aussi juste que l'on pense à soi-même, à ceux qui sont dans les cercles proches de la famille ou des amis, autant qu'à ceux qui y sont extérieurs et même que l'on ne connaît pas.

Une pensée juste en Vertus reste juste, peu importe que celui qui la porte soit un homme ou une femme, peu importe l'âge, les origines etc... parce qu'une pensée juste en Vertus fait l'effort de dépasser le plus possible le relatif pour se hisser le plus possible vers l'absolu...

Le bon cheminement est donc de partir des questions posées pour trouver les réponses les plus justes et les moins relatives, au lieu de faire le chemin inverse que vous venez de faire : vous enferrer dans le cas spécifique de James. Une fois la réponse trouvée, si elle est "le plus juste possible", elle marchera pour James, mais pas que...

Remarque 2 :

Une pensée juste en Vertus dépasse nécessairement le périmètre de confort d'un humanoïde moyen. Parce que... à part à envisager un coup de bol (qui n'est pas à exclure, puisqu'une horloge en panne donne l'heure juste 2 fois par jour mais qui ne représente alors qu'un accident et pas une Connaissance), une pensée juste en Vertus n'a donc que très peu de chances d'être juste si elle est construite :

  • à froid (intellectuel)...
  • à chaud (émotionnel)...
  • à très chaud (physique)... 

Donc, pour vous mettre en état de trouver la réponse, je vous suggère de faire tout le chemin inverse de celui qui vient d'être fait, parce que si vous vous maintenez sous l'emprise des différents échanges qui viennent d'avoir lieu, et donc sous le coup de l'émotion ou bloqué dans les limites des productions de l'intellect raisonneur, vous ne serez définitivement pas en mesure de trouver la solution...

Remarque 3 :

Trouver les réponses les plus justes possibles, ça commence TOUJOURS par l'opération qui consiste à se poser les questions les plus justes possibles... ce qui exclu autant que possible tout tortillage bidouillage tripatouillage et triffouillage spécieux dans l'énoncé de la question !!! 

Et c'est pas en vous envoyant à la tronche des remarques qui les unes après les autres vous éloignent de la question et vous crispent sur vos égos que vous trouverez la réponse...

==================

Comment on résout ce qui semble être impossible à résoudre : le respect du libre arbitre... donc la difficulté de choisir entre "de quoi je me mêle" et "je DOIS expliquer et donner l'exemple" ?
Et "accessoirement", on répond en même temps à... que se cache-t-il derrière la Loi de Maât : 16 : je garde mon propre conseil

Le "hasard" fait magnifiquement les choses, puisqu'après les forums ici, hier soir, je suis partie continuer ma lecture de Transsubstantiation, et suis tombée pile sur la réponse.
Et je vais vous indiquer quelles pages dans un instant.

Juste avant de le faire : pour vous mettre en état de recevoir la réponse, je vous suggère à nouveau de faire tout le chemin inverse de celui qui vient d'être fait, parce que si vous lisez ces pages alors que vous êtes encore sous l'emprise des différents échanges qui viennent d'avoir lieu, et donc sous le coup de l'émotion ou bloqué dans les limites des productions de l'intellect raisonneur, vous ne serez vraiment pas en mesure de recevoir la solution dans toute sa profondeur, tant elle est :

  • simple 
  • élégante
  • subtile
  • lumineuse


https://sites.google.com/site/grandoeuvre/telechargements-gratuits/telechargement-adam-et-eve/telechargement-adam-et-eve-2/suicide-mode-d-emploi/les-clavicules-de-la-sapience-1
Transsubstantiation, pages 59 à 66 pour comprendre de quoi on parle et pourquoi cette réponse est celle-là, et pages 65 et 66 pour la réponse précise aux questions suivantes.

Après lecture et méditation sur le contenu de ce chapitre "Dialogue N° 8 : Le choix de l'itinéraire, de l'enseignement et l'indication du Bouddha." et un focus" sur ces 2 pages, quelle réponse la plus juste en Vertus apporteriez-vous à :

Comment on résout ce qui semble être impossible à résoudre : le respect du libre arbitre... donc la difficulté de choisir entre "de quoi je me mêle" et "je DOIS expliquer et donner l'exemple" ?

Et "accessoirement", que se cache-t-il derrière la Loi de Maât : 16 : je garde mon propre conseil
?
Ma Nevada, vu ta réponse précédente... si tu le sens, ce serait bien d'éclairer à nouveau les copains qui sont manifestement passés à côté de ce que tu as écrit... et avec en plus l'aide de ce chapitre et aussi de ces 2 pages, tu disposes d'un bel outillage pour t'aider à nous guider encore mieux 
flower
mais bien entendu, l'exercice de mise en pratique est open bar, tout le monde peut jouer !!!

_________________
En libérant ceux qui nous entourent, nous nous libérons nous-mêmes
Transsubstantiation
avatar
Eléa

Messages : 543
Points : 555
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par nevada le Mer 4 Avr - 8:48

nevada a écrit:
Soÿ a écrit:
Georgius a écrit:C'est marrant parce que chaque communauté dispose d'anticorps uniques qui attaquent instantanément les êtres nuisibles venus perturber l'ordre établi.

Puis, une fois que l'élément perturbateur a été neutralisé, les membres de la communauté reparlent de l'accrochage, ils le revivent en analysant toutes les scènes délicates, et ils développent une réflexion commune autour de cet événement, pour, au final, s'aligner sur la décision qui a été prise par l'autorité du groupe.

In fine, le groupe en ressort gagnant : il a gagné en cohésion et a développé des anticorps encore plus puissants, qui neutraliseront les futures menaces avec plus d'efficacité.

Vasanakshaya a écrit:
Georgius a écrit:In fine, le groupe en ressort gagnant : il a gagné en cohésion et a développé des anticorps encore plus puissants, qui neutraliseront les futures menaces avec plus d'efficacité.

Je rajouterais également que ce genre d'événement est une mise à l'épreuve qui permet de voir si les actes du groupe sont conforment avec ce qui est établi comme règle. De plus, si le résultat est positif, autant pour le groupe que pour l'individu au cœur de l'événement (pour rester dans l'innocuité), cette mise à l'épreuve permet de démontrer la justesse en vertus des pensées du groupe, mais également la justesse en vertus de l'application de ces pensées.

Georgius a écrit:
Oui, et ce que tu décris permettra au groupe de revoir intégralement le fonctionnement de ses deux hiérarchies (officielle et dissimulée).


En fait, c'est précisément du côté inverse que je pense qu'il est utile et enrichissant de se poser des questions. Soit, s'interroger, non pas en tant que groupe, mais en tant qu'individu, personne responsable. Et je ne remets pas en cause notre Lug, qui a été en tous points juste remarquable de patience et d'accompagnement, jusqu'en message privé, pour finir par faire plus que légitimement ce qui devait être fait.

Le questionnement concerne chacun de nous...

Ai-je fait les bons choix, ai-je dit ce que je devais, ai-je agi de la meilleure façon et avec les intentions les plus justes ?

La mise en pratique offre des perspectives et des potentialités qu'on ne trouve pas dans la théorie seule (connaître par cœur la recette du kouign amann ne fait pas pour autant de nous de bons pâtissiers... même s'il est indiscutable que pour réaliser un bon kouign amann il nous faut commencer par en apprendre la recette). 

Et comme le jus qu'on peut prendre quand on met les doigts dans la prise peut vraiment nous secouer, je vous proposais... en gros... d'amortir de choc et de faire l'exercice en facilitant la tâche : en prenant comme support mon intervention.

=====================

Et je vous propose d'y réfléchir en dépassant la théorie, et en entrant dans la pratique... 
Soÿ a écrit:
Radié a écrit:Je viens de faire ta petite manip, et non, impossible de retrouver le message que j'avais fait en réponse au Lug.

D'ailleurs maintenant que je navigue ce n'est pas le seul manquant!

Comme j'ai dit, je m'en moque bien que c'ait été supprimé, que ce soit le maître de ces lieux comme tu l'as supposé, ou même un modérateur ou même bien un bug système.

Je dirai juste, et là ce n'est que mon petit avis bien à moi, qu'il est fort regrettable que dans un lieux, qui se veut public et dans le quel le respect des libertés individuelles est si souvent prôné, qu'un message, qui se voulait être une réponse directe à une critique émisse à mon égard, disparaisse aussi facilement. M'extirpant de force mon droit le plus élémentaire à répondre d'une agression (se défendre).

Quelques années de pratique de ces forums ("ces forums" dans le sens pas que ceux-là, mais aussi les précédents) me permettent de constater que les messages qui sont supprimés ou modifiés et leurs auteurs peuvent même être bannis dans un seul cas, celui du non respect de la charte : 
http://fraternite-hermes.forumactif.org/t1-charte-des-forums-de-la-fraternite-d-hermes

Et c'est possiblement ce qui a eu lieu, si l'un ou plusieurs de tes messages "ont disparu" (je note néanmoins que pas tous, et que tu n'es pas non plus banni)... parce que c'est ce qui arrive quand on confond comme tu viens de le faire : 
- lieu public 
et 
- lieu ouvert au public.
échange ici : http://fraternite-hermes.forumactif.org/t351p275-presentation#8956

Comment on résout ce qui semble être impossible à résoudre : le respect du libre arbitre... donc la difficulté de choisir entre "de quoi je me mêle" et "je DOIS expliquer et donner l'exemple" ?
Fallait-il ou non que je mette la charte des forums sous le nez de James, et fallait-il ou non parler de différence entre lieu public et lieu ouvert au public ?


Si je reprends ce que tu dis mon Lilbudha (et tu n'es pas le seul) : http://fraternite-hermes.forumactif.org/t351p325-presentation#9102
Lilbudha a écrit:On résout cette équation en distinguant au préalable à quel niveau de compréhension en est son interlocuteur et surtout s'il est disposé ou non à recevoir. Tant que notre interlocuteur n'a pas clairement manifesté la volonté de recevoir, et bien, le mieux est encore de s'abstenir. Et ceci, pas dans le but de cacher ou voiler sa propre lumière mais au contraire, de préserver l'intégrité psychique de notre interlocuteur (Primum non nocere)
Il semblerait que ce qu'on pourrait en déduire, vu que sur ces forums, je ne suis que touriste (ni admin ni même modérateur), vu que James n'avait clairement pas demandé s'il y a une charte, et qu'il n'était clairement pas non plus dans les meilleures dispositions pour la recevoir... ce qu'il valait mieux faire était s'abstenir ? Pour le protéger ?

Vous voyez combien on change de dimension et combien ça change tout, quand on passe de la théorie à la pratique ?

Personnellement je vois chaque échange comme une opportunité de se changer soi même tout en respectant le libre arbitre de l'autre avec bienveillance. Je trouve que la suggestion permet de ne pas enfreindre ce principe du respect du libre arbitre. Je ne trouve pas ma soÿ que tu "lui a mis la charte sous le nez", je pense qu'au contraire tu l'a cordialement inviter à en prendre connaissance, ce qui est totalement différent. Tu lui a suggéré....

Après ce qui se passe n'est plus de notre ressort. Chacun est libre d'en prendre connaissance, par contre nous nous devons de nous y conformer parce qu'elle représente les limites, le cadre que nous nous devons de respecter pour être fidèle à dharma.

Je pense que notre James avait à sa disposition tout le matériel nécessaire pour que ses échanges restent alignés sur une pensée juste en vertus. Il a librement décider d'en user autrement, non pour servir le groupe, mais pour son propre intérêt. Alors comme dit notre Lug, on ne peut pas faire boire un âne qui n'a pas soif, et il est vain que de vouloir changer l'ordre des choses.

La recette du Kouign amann est extrêmement difficile à réaliser car il faut respecter scrupuleusement chaque étape sans en oublier une seule....

Selon moi les échanges houleux sont quelques peu destructeurs et dévastateurs en ce sens qu'ils ne permettent pas aux interlocuteurs de sortir de leur prison de certitudes et de plus font perdre un temps précieux. Je pense que premièrement, il est absolument indispensable d'arriver à identifier son ego qui ne manque pas une occasion pour se manifester.

Personnellement j'essaye au maximum de ne jamais répondre dans la réaction, (j'ingère, je digère et je réponds), mais de tirer de chaque réponse ce qu'il y a de meilleur ( de plus conforme à dharma)  et qui me permettra de progresser sur la voie. c'est un peu comme l'histoire de l'enfant qui tape et qui n'a pour réponse qu'une même tape. Il ne saura jamais faire la différence entre ce qui est de l'ordre du bien et du mal, et de plus entretiendra cette action de taper comme ultime réponse...
 
Deuxièmement, Il s'agit véritablement de donner sans jamais rien attendre en retour, c'est-à-dire offrir à l'autre l'opportunité de grandir, de renaître afin qu'il soit en mesure de comprendre que son intervention houleuse n'est que le fruit d'un ego mal maîtrisé, et lui permettre humblement et discrètement de rectifier le tir. Cela n'est véritablement possible que si nous savons où nous allons (Foi) et si nos motivations sont de l'ordre du service désintéressé pour servir le groupe et non se servir soi même.

Nous avons tous à dispositions les outils nécessaires pour y parvenir, libre à nous de nous en servir ou pas. Il s'agit de mettre en application la loi de Maât non de temps en temps, mais à chaque instant, chaque seconde, et ce avec endurance, persévérance, rigueur dans une totale abnégation. Chaque réponse doit être une ouverture motivée par une Volonté de Bien.

C'est en ce sens que je me dis que pour faire un bon Kouign amann, il faut véritablement respecter chacune des étapes sans en oublier une seule... Notre Lug nous dit souvent que nous avons tous les mêmes ingrédients sur la table pour faire un bon gâteau, reste à acquérir le savoir-faire, pour que ce dernier soit le plus exquis possible.

Être en désaccord n'est pas une mauvaise chose en soi, parce que cela nous permet de mettre sur l'enclume de la contradiction nos certitudes. Ce qui est une mauvaise chose c'est de ne pas se donner les moyens d'exprimer son désaccord par une pensée juste en vertus qui, seule, permettra d'évoluer.

nevada

Messages : 175
Points : 179
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Nurash le Mer 4 Avr - 8:57

Georgius a écrit:J'imagine déjà notre Nurash au taff... Razz

- Bonjour, je travaille pour une boite qui redistribue de manière correcte les dividendes à ses employés, et qui n'est pas côtée en bourse... [i]Que puis-je faire pour vous ?[/i


lol! lol! lol!
Comment t'as trouvé ma photo mon Georgius Laughing ?
avatar
Nurash

Messages : 816
Points : 876
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Nurash le Mer 4 Avr - 9:21

Je comprend "intellectuellement" que le Dharma n'est pas à géométrie variable mais dans l'application je ne le "ressent" toujours pas pour ma part...
Dans ma tête une pensée subjective, de part son caractère subjectif justement, est nécessairement fluctuante dans la mesure où le cadre de notre point de vue est perpétuellement en train d'évoluer et le rapport de "toile d'araignée" des concepts entre eux est nécessairement en évolution permanente.
Je me dis que la "clée" pour résoudre ce paradoxe est sans doute le liens entre la morale personnelle et la Loi... Mais dans ma posture actuelle je ne m'estime pas capable de capter de manière autre que parcellaire une Loi, ce qui remet en cause son caractère absolu.
Du coup je me dis qu'en employant la rectitude du geste on peut au moins tâcher de se conformer à un certain nombre d'applications d'un Principe qu'on a au moins identifier... Histoire d'avoir un minimum de base stable tout de même...

_________________
ou la foi est totale ou elle n'est pas.
avatar
Nurash

Messages : 816
Points : 876
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Eléa le Mer 4 Avr - 9:26

Tu t'enfermes dans le tout ou rien mon Nurash, et c'est aussi là-dedans que s'enfermait systématiquement James.
Et en s'enfermant dans le tout ou rien, on se met des fers aux pieds qui nous empêchent d'avancer, même d'un millimètre.

_________________
En libérant ceux qui nous entourent, nous nous libérons nous-mêmes
Transsubstantiation
avatar
Eléa

Messages : 543
Points : 555
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Nurash le Mer 4 Avr - 9:51

Rah encore le chien de la voisine Razz ... Oui je comprend, faut que je rajoute une "dimension" à ça, je continue à distiller toutes les indications données et je fais en sorte de revenir vers vous Wink.

En fait je commence à percevoir à quel point l'égo "referme" le monde, comme si au lieu d'avoir un planisphère bien à plat sur la table on s'en servait pour emballer quelque-chose, à ce moment là il n'y a plus qu'une infime partie du planisphère qui deviens visible et on peut nier en toute quiétude l'existence du reste parce que cette vision extrêmement limitée et temporaire devient "vraie".

Quand on se prend la tête avec quelqu'un lors d'un échange houleux on se bat avec la projection qu'on se fait de la personne, c'est d'ailleurs ce qui nourrit l'envie de continuer à échanger. Rester dans le général sans tomber dans le personnel et être individuel en favorisant la croissance du groupe sans pour autant tomber dans le consensus...

_________________
ou la foi est totale ou elle n'est pas.
avatar
Nurash

Messages : 816
Points : 876
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Lilbudha le Mer 4 Avr - 10:03

Je vois franchement pas de quoi vous parlez avec cette histoire de débat houleux et d'égo, vous n'avez juste pas compris que je voulais juste dire à notre Kanzi qu'elle devrait avoir un peu plus de considération pour les membres de son groupe de travail dont VOUS faites parti ! Bon, c'est vrai j'en fais parti aussi, mais ce n'est là qu'un concours de circonstance fortement fortuit.

Rolala, faut tout leur expliquer aux ploucs quoi... Rolling Eyes Razz
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 887
Points : 911
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Lug le Mer 4 Avr - 10:40

Georgius a écrit:

Quand on est pauvre et qu'on ne peut compter que sur ses deux bras et sa cervelle, on n'a pas le temps de se demander si ce qu'on fait est juste, vrai et bon : non, au contraire, il faut faire des choses qu'on n'a pas vraiment envie de faire, et par conséquent, notre marge de manœuvre est très très réduite.

Il n'y a que les profs, les rentiers et les retraités qui ont l'opportunité de choisir ce qu'ils vont faire demain et de s'interroger sur la nature de leurs actes, en vue de devenir des êtres plus moraux, plus justes, etc.

Dans le monde de l'argent, vaste océan où s'affrontent des milliards de pavillons noirs, il n'y a pas de place pour la morale et le bien commun : celui qui veut réussir doit abattre symboliquement des concurrents moins bons que lui. D'ailleurs, on prend toujours toujours la place de quelqu'un, que ça soit après l'entretien d'embauche réussi ou lors d'une promotion. L'ascension sociale sans tâches noires n'existe pas. Le jeune qui se lance doit obligatoirement passer par une phase de dévoiement et se faire les dents, s'il veut s'en sortir au milieu des autres requins, ayant déjà dix ou vingt ans de métier. Dommage qu'on ne m'aie pas dit tout cela quand j'avais 15 ans. Au moins, ça m'aurait permis de me préparer et d'éviter quelques contusions à la mâchoire.

Mon Georgius, si je comprends ta perception des choses, de là où tu tiens, car je suis aussi passé par là, je peux te garantir qu’il n’est pas nécessaire d’attendre d’être profs (fonctionnaire) rentier ou retraité pour changer ce que nous imposent la pré-programmation génétique et la programmation collective de la normalité ambiante.

Il y faut réflexion, discernement, patience, volonté, endurance, détermination, et de la Connaissance pour passer de la transformation du noir au blanc, et de la transmutation du blanc au rouge.

Je ne dis pas que c’est facile, ni que c’est à la portée du seul Guna Tamas, mais que c’est faisable pour peu que l’on croie fermement la chose possible.

Ce que nous impose la normalité ambiante n’est que fatalité et destin tant que nous n’avons pas été capables de dire NON, et d’en tirer les conséquences. La liberté commence toujours par un acte rebelle, c’est la loi du genre.

Quant à dire que dans le monde de l’argent il n’y a pas de place pour la morale et le bien commun, si ça, ce n’est pas un préjugé ridicule, alors c’est que j’ai encore du cassoulet sur ma clairvoyance et des saucisses de Toulouse dans ma clairaudience...

Je ne t’en parle pas selon une vague idée que chacun pourrait s’en faire, mais bien parce que j’ai eu l’occasion, lors d'une longue pratique, de mettre en accord la morale et le bien commun dans ce que tu appelles le monde de l’argent.

L’argent, c’est comme l’eau ou le feu, il n’est que ce qu’en font ceux qui l’utilisent, soit une bonne, soit une mauvaise chose.

Alors, camarade, décrasse un peu tes écoutilles, car la traversée du jardin du «Bien» et du «Mal» n’est pas du cabotage pour marin d’eau douce, mais une navigation hauturière au long cours par gros temps.

_________________
Tout est Vrai
avatar
Lug
Admin

Messages : 1649
Points : 1722
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur http://fraternite-hermes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Netzach le Mer 4 Avr - 17:52

Oui, je me suis emporté au moment où j'ai écrit ce message, et j'ai oublié de nuancer mon propos.

Il faut que j'arrête de nourrir, chaque jour, mon ressentiment à l'égard de la société, sinon je vais tomber dans un puits boueux, et la remontée ne sera plus possible dans ma présente incarnation terrestre.

Merci pour ton message, mon Lug.
avatar
Netzach

Messages : 603
Points : 609
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 25
Localisation : Arras

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Vasanakshaya le Mer 4 Avr - 18:57

Georgius a écrit:Oui, je me suis emporté au moment où j'ai écrit ce message, et j'ai oublié de nuancer mon propos.

Il faut que j'arrête de nourrir, chaque jour, mon ressentiment à l'égard de la société, sinon je vais tomber dans un puits boueux, et la remontée ne sera plus possible dans ma présente incarnation terrestre.

Merci pour ton message, mon Lug.

Personnellement mon Georgius, j'essaie de toujours garder dans ma Conscience que l'expérience terrestre n'est qu'une école, un apprentissage. De cette manière, on se laisse moins emporter par le courant, souvent destructeur, de cette redoutable époque. De plus, cette vision des choses offre une certaine prise de distances quant à la densité et au tourbillon dans lequel sont pris nos incarnations. La condition humaine est une épreuve et par là même une belle opportunité d'apprendre. Smile

C'est facile à dire, difficile à faire, surtout à voir les nombreuses injustices apparentes, que ce soit pour nous même ou pour les autres. Pour ma part, je me dis que l'injustice n'est pas, chacun est strictement responsable de ce qu'il reçoit. Souffrir aujourd'hui pour notre ignorance, pour nos actes d'hier me semble être une étape obligatoire.

C'est surtout, me semble-t-il, la manière d'appréhender cette souffrance qui fait la différence. Se lamenter en criant à l'injustice, c'est ne pas apprendre et se condamner à la subir de nouveau. L'accepter en tentant de se rectifier au mieux, c'est faire un pas en avant pour se sortir de la fange dans laquelle nous avons nous même plongé.

Bon après, il faut mettre en pratique. Personnellement, je crois que ça cloche pour moi à ce niveau. Evil or Very Mad

_________________
Sur la verticale: reçois et remercie ; sur l'horizontale, donne, reçois et remercie.
avatar
Vasanakshaya

Messages : 409
Points : 419
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Normandie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Eléa le Jeu 5 Avr - 0:03

Petit coup de pouce pour l'aspect mise en pratique via la loi de Maât, ascèse... qui consiste à, autant qu'on le peut et aussi haut qu'on le peut, être  :
Juste de pensée, juste de parole, juste d'action, et trop de Maât n'est plus Maât.
https://sites.google.com/site/grandoeuvre/bourdon-et-mérelle/balade-cosmique/loi-de-maât
et Transsubstantiation page 244
https://sites.google.com/site/grandoeuvre/telechargements-gratuits/telechargement-adam-et-eve/telechargement-adam-et-eve-2/suicide-mode-d-emploi/les-clavicules-de-la-sapience-1 

==================

A/ se confectionner un post-it magique...

  1. je prends un post-it, de préférence de grande taille
  2. je prends un stylo rouge
  3. en lettre majuscules et à l'encre rouge, sur mon post-it, j'écris le texte suivant
  4. une fois l'opération réalisée, je me colle le post-it sur le front et ne l'enlève plus jamais :

texte à inscrire sur le post-it magique :

J'ABANDONNE LE TOUT OU RIEN
ET A LA PLACE
JE PENSE, JE PARLE, J'AGIS
LE PLUS JUSTEMENT POSSIBLE
AUTANT, AUSSI SOUVENT ET AUSSI HAUT QUE JE LE PEUX
SIMPLEMENT AVEC LES MOYENS DU BORD



B/ relire et méditer la Table d'Emeraude...
https://sites.google.com/site/grandoeuvre/Table-Emeraude 
 
Il monte de la terre au ciel, et redescend en terre, et reçoit la force des choses d'en haut et de celles d'en bas. Ainsi, tu auras la gloire du monde entier. Et c'est pourquoi toute l'obscurité te fuira. Voici l'énergie forte de toutes les énergies, qui vaincra toutes choses subtiles et pénétrera toutes choses solides.

Ce qui donne au ralenti et décomposé :

  1. Il monte de la terre au ciel, 
  2. et redescend en terre, 
  3. et reçoit la force des choses d'en haut et de celles d'en bas. Ainsi, tu auras la gloire du monde entier. Et c'est pourquoi toute l'obscurité te fuira.

soit, traduit :

  1. je pars de quelque chose de ma vie de tous les jours, dans le dense, et je bosse  essayer de le comprendre en remontant le flux de l'effet à la cause et de la cause au principe... je travaille du dense vers le subtil, du particulier vers le général, du relatif vers l'absolu pour arrêter de me prendre les pieds dans le tapis des effets et remonter jusqu'à ce qui se cache derrière et comprendre pourquoi et comment ce qui arrive se produit comme ça
  2. une fois que j'ai trouvé, au niveau du principe, dans le subtil, le général, le plus absolu possible pourquoi et comment ça se passe comme ça, je reste à ce niveau pour essayer de trouver maintenant ce que je vais en faire... c'est à dire ce qu'il faudrait que je pense, fasse, dise, pour être, face à cette situation, être le plus juste possible, et je ne me contente pas d'y penser, ensuite je le "redescend" : je manifeste mon propre "le plus juste possible", en partant de ce que je pense et continuant avec ce que je dis et ensuite je finis la boucle jusque dans mes actions, avec ce que je fais... j'aligne les 3 en redescendant les plans
  3. en agissant ainsi, et peu importe mon niveau, je renforce ma justesse : même si je me suis trompée, parce que je vais m'apercevoir très vite de mon erreur, et je vais pouvoir la corriger, soit dans ma lecture du subtil, soit dans la "redescende" que j'en fais dans mes pensées, paroles et actes, et si je me suis moins trompée ou peu trompée, j'en serais encore plus renforcée, parce que la Connaissance va devenir réellement un composant de mon corps spirituel, et les principes que j'ai commencé à identifier, jour après jour, je vais les lire plus facilement, jusqu'à les lire directement... ce qui me permettra dans un premier temps de raccourcir considérablement le temps de la boucle 1-2-3, et dans un second temps, me fera petit à petit carrément changer d'état, changer de plan d'existence, changer de niveau de conscience, changer de dimension vibratoire... et non, on ne parle pas d'un ailleurs hasardeux et hypothétique... mais bel et bien de Soi dans la vie de tous les jours.


Tu sépareras la terre du feu, le subtil du grossier, doucement, avec grande ingéniosité.

On ne devient pas subitement juste, un beau jour, ailleurs, on devient chaque jour un chouya plus juste en y bossant tous les jours... en aiguisant notre discernement en remontant le flux effets / causes / Principes et en en redescendant sur 3 plans pensées / paroles / actes ... notre manifestation de notre propre justesse (plus qu'hier et moins que demain)

Et c'est pourquoi toute l'obscurité te fuira. Voici l'énergie forte de toutes les énergies, qui vaincra toutes choses subtiles et pénétrera toutes choses solides. 
Ainsi fut créé le monde. Voici que seront des adaptations admirables, dont voici la manière.
C'est pourquoi je m'appelle Hermès le Trois Fois Grand, possesseur des trois parties de la philosophie du monde entier. Ce que j'ai dit de l'opération du Soleil est terminé.

Inscription de Connaissance dans mon ADN, sortie progressive de l'ignorance, élargissement de mon champ de Conscience, montée de mon niveau vibratoire, transformation de ma propre substance... ... ... peu importe mon niveau de départ, simplement grâce à post-it magique et en gardant bien en tête la boucle de la Table d'Emeraude... du bas vers le haut puis à nouveau vers le bas...

================
C/ et on s'y colle now !


---------------------------------
1-Il monte de la terre au ciel, 
(Cf. ci-dessus)
je pars de quelque chose de ma vie de tous les jours, dans le dense, et je bosse  essayer de le comprendre en remontant le flux de l'effet à la cause et de la cause au principe... je travaille du dense vers le subtil, du particulier vers le général, du relatif vers l'absolu pour arrêter de me prendre les pieds dans le tapis des effets et remonter jusqu'à ce qui se cache derrière
---------------------------------

Soÿ a écrit:
Radié a écrit:Je viens de faire ta petite manip, et non, impossible de retrouver le message que j'avais fait en réponse au Lug.

D'ailleurs maintenant que je navigue ce n'est pas le seul manquant!

Comme j'ai dit, je m'en moque bien que c'ait été supprimé, que ce soit le maître de ces lieux comme tu l'as supposé, ou même un modérateur ou même bien un bug système.

Je dirai juste, et là ce n'est que mon petit avis bien à moi, qu'il est fort regrettable que dans un lieux, qui se veut public et dans le quel le respect des libertés individuelles est si souvent prôné, qu'un message, qui se voulait être une réponse directe à une critique émisse à mon égard, disparaisse aussi facilement. M'extirpant de force mon droit le plus élémentaire à répondre d'une agression (se défendre).

Quelques années de pratique de ces forums ("ces forums" dans le sens pas que ceux-là, mais aussi les précédents) me permettent de constater que les messages qui sont supprimés ou modifiés et leurs auteurs peuvent même être bannis dans un seul cas, celui du non respect de la charte : 
http://fraternite-hermes.forumactif.org/t1-charte-des-forums-de-la-fraternite-d-hermes

Et c'est possiblement ce qui a eu lieu, si l'un ou plusieurs de tes messages "ont disparu" (je note néanmoins que pas tous, et que tu n'es pas non plus banni)... parce que c'est ce qui arrive quand on confond comme tu viens de le faire : 
- lieu public 
et 
- lieu ouvert au public.
échange ici : http://fraternite-hermes.forumactif.org/t351p275-presentation#8956

https://sites.google.com/site/grandoeuvre/telechargements-gratuits/telechargement-adam-et-eve/telechargement-adam-et-eve-2/suicide-mode-d-emploi/les-clavicules-de-la-sapience-1
Transsubstantiation, pages 59 à 66 pour comprendre de quoi on parle 


---------------------------------
2-et redescend en terre, 
une fois que j'ai trouvé, au niveau du principe, dans le subtil, le général, le plus absolu possible pourquoi et comment ça se passe comme ça, je reste à ce niveau pour essayer de trouver maintenant ce que je vais en faire... c'est à dire ce qu'il faudrait que je pense, fasse, dise, pour être, face à cette situation, être le plus juste possible, et je ne me contente pas d'y penser, ensuite je le "redescend" : je manifeste mon propre "le plus juste possible", en partant de ce que je pense et continuant avec ce que je dis et ensuite je finis la boucle jusque dans mes actions, avec ce que je fais... j'aligne les 3 en redescendant les plans
---------------------------------

Quelle réponse la plus juste en Vertus apporteriez-vous à :

Comment on résout ce qui semble être impossible à résoudre : le respect du libre arbitre... donc la difficulté de choisir entre "de quoi je me mêle" et "je DOIS expliquer et donner l'exemple" ?
Et "accessoirement", que se cache-t-il derrière la Loi de Maât : 16 : je garde mon propre conseil
?

Réponses pages 65 et 66.

_________________
En libérant ceux qui nous entourent, nous nous libérons nous-mêmes
Transsubstantiation
avatar
Eléa

Messages : 543
Points : 555
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Nurash le Jeu 5 Avr - 11:56

Soÿ a écrit:

J'ABANDONNE LE TOUT OU RIEN
ET A LA PLACE
JE PENSE, JE PARLE, J'AGIS
LE PLUS JUSTEMENT POSSIBLE
AUTANT, AUSSI SOUVENT ET AUSSI HAUT QUE JE LE PEUX
SIMPLEMENT AVEC LES MOYENS DU BORD

Avant d'aller plus loin ma Soÿ, je souhaiterai revenir sur ton post-it magique...
"J'abandonne le Tout ou Rien" OK je suis d'accord, mais avant ça question bête : comment donc que je fais pour reconnaître que je suis dans le Tout ou Rien ? Parce que si je veux l'abandonner il faut bien entendu que je le reconnaisse il me semble, et c'est un important point de départ.

Je vais toutefois appliquer ta méthodologie :
je monte : Le Tout ou Rien est une manière binaire de voir les choses sans nuances ni discernement. C'est un mode de penser "A froid" qui si il est meilleur qu'à chaud ou a très chaud ne conduit pour autant pas à la pensée Juste en Vertus. Ce tout ou rien doit avoir pour base une énergie fossile morte, un truc que je garde dans ma tête pour ne jamais l'avoir remis en cause. C'est donc aussi le fait de se scléroser sur une voie sans issue.

Je redescend : Globalement il y a un caractère émotionnel très fort dans le Tout ou Rien, généralement il est ressentit comme une émotion forte à l'encontre d'un jugement sur une chose : Bonne ou Mauvaise, Possible ou impossible. Donc chaque fois que je remarque une absence de nuance dans mon propos et un fort attachement à une idée je peux me demander si je ne suis pas dans le "Tout ou Rien".

Je renforce : à priori ce mode de pratique va me permettre d'être plus responsable et plus juste si je veux m'extirper du bourbier intellectuel que je subit dans le remettre en cause, sachant qu'à partir de maintenant je n'ai à priori plus d'excuse pour continuer à conserver ces limitations puisque je travail à en prendre conscience de mon mieux.
avatar
Nurash

Messages : 816
Points : 876
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Lilbudha le Jeu 5 Avr - 14:06

Ma Soÿ, plusieurs réponses t'ont été données auparavant sans que tu expliques en quoi elles manquaient de justesse et de vertus. Pour faire avancer le schmilblik, je pense que l'on pourrait s'attarder sur le manque de justesse et de vertus des réponses qui t'ont déjà été donné afin que chacun réalise ses errances et puisse par la suite te fournir une réponse plus conforme à celle d'une pensée juste en vertus.

En l'état, presser le citron alors qu'il n'a plus de jus ne me semble pas trop fonctionner si tu veux mon avis Smile
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 887
Points : 911
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Nurash le Jeu 5 Avr - 14:14

Mon Lilbudha il me semble qu'il s'agissait plus d'un problème de "cadre" et "d'état d'esprit" à adopter durant la pratique qui nous a fait louper la rectitude du geste (comme nous l'indiquait la Nevada).

Ce que je veux dire c'est que si j'ai la bonne recette et que je foire mon gatal (un gatal des gâteaux) parce que je suis énervé et pas très concentré, je ne suis pas sûr qu'il soit particulièrement intéressant de comprendre en quoi l'énervement m'a fait rater mon ouvrage pâtissier. Il me semble plus constructif de me calmer, de retenter la recette et de voir ce que je peux encore améliorer à mon tour de main...
avatar
Nurash

Messages : 816
Points : 876
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Lilbudha le Jeu 5 Avr - 14:18

Je te suis mon Nurash, mais je pensais à la méthodologie employé notamment par notre Tamas mais pas que (notre Lug aussi peut le faire à l'occasion) et qui m'a aussi semblé efficace : celle de pointer les errances et tâches émotionnelles ou spirituelles qui sont venues entraver la bonne préparation du gâteau.

Après chacun sa méthodologie, mais vu que la question est revenu par trois fois déjà cela ne me semblait pas inutile d'en passer par là Smile
Surtout que parfois, en tant qu'aspirant, ben tu te rends pas trop compte que t'as foiré le gâteau.


Dernière édition par Lilbudha le Jeu 5 Avr - 14:27, édité 2 fois
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 887
Points : 911
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Nurash le Jeu 5 Avr - 14:24

Je comprend mon Lilbudha, pour ma part j'aurais tendance à penser qu'il s'agit là de sujets d'introspections personnels dans une recherche d'autonomie et de responsabilité.

_________________
ou la foi est totale ou elle n'est pas.
avatar
Nurash

Messages : 816
Points : 876
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Eléa le Ven 6 Avr - 1:02

Lilbudha a écrit:Je te suis mon Nurash, mais je pensais à la méthodologie employé notamment par notre Tamas mais pas que (notre Lug aussi peut le faire à l'occasion) et qui m'a aussi semblé efficace : celle de pointer les errances et tâches émotionnelles ou spirituelles qui sont venues entraver la bonne préparation du gâteau.

Après chacun sa méthodologie, mais vu que la question est revenu par trois fois déjà cela ne me semblait pas inutile d'en passer par là Smile
Surtout que parfois, en tant qu'aspirant, ben tu te rends pas trop compte que t'as foiré le gâteau.
J'aimerais savoir quelque chose mon Lilbudha, et ce sont de vraies questions, sans préjugé ni jugement ni rien :

  • est-ce que tu as pris le temps de redescendre en température, as-tu fait un vrai "nettoyage intérieur" ou au moins essayé ?
  • est-ce que tu as pris le temps de lire, vraiment, à chaque fois que j'ai reposé les questions, ce qui entourait les dites questions ? Et si tu l'as fait, combien de fois l'as-tu fait ?
  • est-ce que, si tu l'as fait, tu a patiemment fait aussi l'exercice d'aller lire avec détermination, volonté, discernement, endurance, les pages que je conseille d'aller lire dans Transsubstiation pour aller y trouver les réponses ?
  • si oui, mais sans un succès complet immédiat, as-tu essayé "avec grande industrie" d'au moins trouver le rapprochement entre les questions et peut-être ce que tu pourrais envisager comme étant les réponses dans Transsubstiation, même si tu n'en es pas sûr ?

_________________
En libérant ceux qui nous entourent, nous nous libérons nous-mêmes
Transsubstantiation
avatar
Eléa

Messages : 543
Points : 555
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Lilbudha le Ven 6 Avr - 1:51

J'imagine, ma Soÿ, que tu attends que je répondes à tes questions de la même manière que tu attends que l'on réponde à ta question sur le libre arbitre.

C'est à dire, en faisant de son mieux et en acceptant sereinement les conséquences de ses actes. En prenant conscience qu'il n'y a d'échec que pour celui qui ne persévère pas et ne fait pas les efforts nécessaires en vue de dépasser ses limites.

En clair, on résout l'équation de savoir quand on doit ou quand on ne doit pas en aiguisant sans cesse son discernement subtil. Et pour l'aiguiser ben faut pratiquer avec rigueur et rectitude du geste, tout en acceptant les échecs qui jalonnent nécessairement le chemin de la réussite. Progressivement et à force de pratique on saura de mieux en mieux distinguer le moment où l'on doit montrer l'exemple et expliquer du moment où il vaudrait mieux garder silence, ou son conseil ça marche aussi Wink
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 887
Points : 911
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Eléa le Ven 6 Avr - 2:07

Lilbudha a écrit:J'imagine, ma Soÿ, que tu attends que je répondes à tes questions de la même manière que tu attends que l'on réponde à ta question sur le libre arbitre.

C'est à dire, en faisant de son mieux et en acceptant sereinement les conséquences de ses actes. En prenant conscience qu'il n'y a d'échec que pour celui qui ne persévère pas et ne fait pas les efforts nécessaires en vue de dépasser ses limites.

En clair, on résout l'équation de savoir quand on doit ou quand on ne doit pas en aiguisant sans cesse son discernement subtil. Et pour l'aiguiser ben faut pratiquer avec rigueur et rectitude du geste, tout en acceptant les échecs qui jalonnent nécessairement le chemin de la réussite. Progressivement et à force de pratique on saura de mieux en mieux distinguer le moment où l'on doit montrer l'exemple et expliquer du moment où il vaudrait mieux garder silence, ou son conseil ça marche aussi Wink
Ben tu vois... quand tu t'y colles... en ayant ton post-it magique sur le front... comment ça marche tout seul !!!

Ceci étant, le meilleur de cette histoire est que les réponses sont VRAIMENT écrites précisément dans Transsubstantiation, noir sur blanc, dans les pages que j'indique.
Et elle sont absolument limpides, lumineuses, simples, élégantes, subtiles, CLAIRES... 
mais ce qui les rend difficilement identifiables... c'est qu'elle ne sont pas les réponses auxquelles vous vous attendez ... et que pour les détecter, il faut faire l'effort (et j'entends bien qu'il soit intense, vraiment) de lire avec votre intuition, avec votre corps spirituel, en commençant par faire l'effort de remettre en question ce sur quoi jusque là vous vous appuyez.
C'est pour ça que, pour le moment, vous ne parvenez pas à matcher questions et réponses... n'ayant pas encore déployé l'effort suffisant vous permettant de faire la jointure.

Plus c'est difficile, plus ça demande d'effort... et en même temps, plus c'est difficile, plus quand on décroche le prix, il a une saveur inégalable...

Alors, tu t'y recolles tout seul à l'exercice d'essayer de faire à nouveau le rapprochement entre questions ici et réponses dans Transsubstantiation et tu nous fais des propositions de ce que tu auras trouvé qui peut "jointer", ou tu te poses sur ton royal fessier en attendant que je te drive ?

Dernière remarque : ma série de questions ici qui t'a subitement éclairé : http://fraternite-hermes.forumactif.org/t351p375-presentation#9175  je conseille, pour avancer sur le camino et dans l'application de la Connaissance via la loi de Maât de faire systématiquement soi-même cette remise en question, sans attendre qu'on nous la mette sous le nez... depuis déjà le 24 mars... http://fraternite-hermes.forumactif.org/t351p275-presentation#8970 

Extrait :
===================
C'est pas avec des formules conditionnelles du type, je te cite : «  Et c'est possiblement ce qui a eu lieu » que tu  pourras approcher la vérité ma Soÿ

Fou rire...
j'entends bien (et j'ai pu le remarquer) que ce ne soit pas ta tasse de thé, mais à chacun sa méthode pour tenter de s'approcher de la Vérité
et la mienne est bien basée sur le conditionnel, le doute, la remise en question, la responsabilité
qui pour paraphraser Arthur C. CLarke sont mon levier quotidien pour m'aventurer au-delà des limites du possible
et me permettent jour après jour, grâce à la Foi, de tenter d'aller un cran plus loin dans la justesse :

Juste de pensée, juste de parole, juste d'action, et trop de Maât n'est plus Maât.

.../...
Bien entendu ce ne sont que des exemples possibles... de mon côté, je n'attends pas qu'on me les mette sous le nez, ni d'y être confrontée lors d'épreuves et difficultés, je fais le job toute seule, à chaque seconde, et sans concession. Et je ne prétends pas être arrivée au bout du chemin, mais cette méthode jusque là me permet d'élargir mes horizons et de sanifier l'air que je respire à vitesse grand V...
===================
je dis ça... je dis rien...


Dernière édition par Soÿ le Ven 6 Avr - 3:07, édité 10 fois

_________________
En libérant ceux qui nous entourent, nous nous libérons nous-mêmes
Transsubstantiation
avatar
Eléa

Messages : 543
Points : 555
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Eléa le Ven 6 Avr - 2:34

Nurash a écrit:
Soÿ a écrit:

J'ABANDONNE LE TOUT OU RIEN
ET A LA PLACE
JE PENSE, JE PARLE, J'AGIS
LE PLUS JUSTEMENT POSSIBLE
AUTANT, AUSSI SOUVENT ET AUSSI HAUT QUE JE LE PEUX
SIMPLEMENT AVEC LES MOYENS DU BORD

Avant d'aller plus loin ma Soÿ, je souhaiterai revenir sur ton post-it magique...
"J'abandonne le Tout ou Rien" OK je suis d'accord, mais avant ça question bête : comment donc que je fais pour reconnaître que je suis dans le Tout ou Rien ? Parce que si je veux l'abandonner il faut bien entendu que je le reconnaisse il me semble, et c'est un important point de départ.

Je vais toutefois appliquer ta méthodologie :
je monte : Le Tout ou Rien est une manière binaire de voir les choses sans nuances ni discernement. C'est un mode de penser "A froid" qui si il est meilleur qu'à chaud ou a très chaud ne conduit pour autant pas à la pensée Juste en Vertus. Ce tout ou rien doit avoir pour base une énergie fossile morte, un truc que je garde dans ma tête pour ne jamais l'avoir remis en cause. C'est donc aussi le fait de se scléroser sur une voie sans issue.

Je redescend : Globalement il y a un caractère émotionnel très fort dans le Tout ou Rien, généralement il est ressentit comme une émotion forte à l'encontre d'un jugement sur une chose : Bonne ou Mauvaise, Possible ou impossible. Donc chaque fois que je remarque une absence de nuance dans mon propos et un fort attachement à une idée je peux me demander si je ne suis pas dans le "Tout ou Rien".

Je renforce : à priori ce mode de pratique va me permettre d'être plus responsable et plus juste si je veux m'extirper du bourbier intellectuel que je subit dans le remettre en cause, sachant qu'à partir de maintenant je n'ai à priori plus d'excuse pour continuer à conserver ces limitations puisque je travail à en prendre conscience de mon mieux.

Nurash a écrit:je monte : Le Tout ou Rien est une manière binaire de voir les choses sans nuances ni discernement
Ce tout ou rien [supprimé] c'est un truc que je garde dans ma tête pour ne jamais l'avoir remis en cause.
C'est donc aussi le fait de se scléroser sur une voie sans issue.
super

Nurash a écrit:[Le binaire] C'est un mode de penser "A froid" qui si il est meilleur qu'à chaud ou a très chaud ne conduit pour autant pas à la pensée Juste en Vertus.
le binaire on peut le retrouver autant dans le froid que dans le chaud que dans le très chaud mon Nurash. Donc cette clé de lecture, c'est pas la bonne.


Avant de redescendre, et en restant au niveau des principes, il faut essayer de chopper le bon cap qu'on va suivre à la redescende... et redescendre sur le même fils thématique que celui sur lequel on est monté. Ici, au hasard, chercher le cap, en restant au niveau des principes, pour ensuite redescendre, ça pourrait être :
- je dois être attentif à nuancer mes pensées, mes paroles, mes actes
- je dois appliquer autant que je le peux mon discernement, en commençant par remettre systématiquement en cause ce que je pense, dis et fais
- si je reste sur une idée en boucle, et que je vois que je fais du sur-place et qu'elle ne débouche jamais sur plus grand ou plus loin, je suis sur une voie sans issue, et faut que ça change alors j'hésite pas à changer, quand je vois qu'il le faut, mes pensées, mes paroles et mes actes.

Tu vois, j'ai rien inventé, j'ai juste reprise exactement tout ce que tu as identifié à la montée.

Et pour la redescente, c'est simple, y'a plus qu'à appliquer dans tout ce qu'on pense, dit et fait... en appliquant le plus justement possible, autant, aussi haut et aussi souvent qu'on le peut.

Et je peux te dire que ce qui est écrit ci-dessus c'est de l'or en barre... et c'est TOI qui vient de le produire ...

On monte en s'appuyant sur la Connaissance, on reste en haut, au niveau des principes pour tracer précisément la piste de la descente qu'on va faire, et on redescend en appliquant "le plus justement possible" sur les 3 plans. Et on n'applique pas "en théorie"... on applique vraiment !!! Dans la vraie vie !!! Dans tout ce qu'on pense, dit et fait !!!

Top facile, non ?

_________________
En libérant ceux qui nous entourent, nous nous libérons nous-mêmes
Transsubstantiation
avatar
Eléa

Messages : 543
Points : 555
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de l'impétrant en tongs

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 16 sur 19 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18, 19  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum