La réflexion d'enerlibr

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lug le Jeu 26 Oct - 16:58

enerlibr a écrit:
Tout à fait mon Domino, pour la simple raison que nous sommes en quête de la même chose.
Tu n'es pas obligé de me croire, tu peux même imaginer que mon seul but est d'épater la galerie,
mais il y a belle lurette que je suspecte la modestie d'être une fausse amie dès que  l'ego s'en empare.
Il y a aussi bien longtemps que je me suis noyé dans la pensée de Maître Eckhart, là il s'agit de pauvreté,
et de comprendre tout ce que ce terme implique.
Mais il y a loin de la coupe aux lèvres, si tu es aussi assoiffé que moi, je ne peux te dire comment et que boire
ni toi ne peux me le dire.
De la pauvreté en esprit

Rien n'a changé depuis Platon et les sophistes, c'est toujours la même irréductible opposition.
Le logos platonicien signifie que quelque chose qui lui est extérieur pré-existe à la discussion ou l’action.
La conception sophiste du discours, au contraire, est le signe que rien n’existe avant la parole :
c’est le discours qui produit la réalité, la seule que l’homme puisse appréhender.
Le projet de Platon est de débarrasser le champ du logos de la parole séductrice et manipulatrice des sophistes,
parole qui ne serait que simulacre et tromperie —et non expression de l’Etre.

Socrate veut toujours définir les conditions préalables à l’action alors que les sophistes n’existent qu’à travers elle.
Nous sommes tous des sophistes, et moi le premier.
Il est très cocasse de constater que dévaloriser mes écrits, et moi à travers eux,
c'est ipso facto s'admettre les mêmes caractéristiques "philosophiques" que celles qu'on cherche à réduire.
Les sophistes montrent que la connaissance de l’homme n’est pas le fruit du monde des Idées platoniciennes,
mais bien résultat et condition en même temps de la démocratie.
Celle-ci repose sur le compréhension de l’Autre et sur une mutuelle capacité d’écoute.

Wikipedia a écrit:Un sophisme est une argumentation à la logique fallacieuse.
C'est un raisonnement qui cherche à paraître rigoureux mais qui n'est en réalité pas valide
au sens de la logique (quand bien même sa conclusion serait pourtant la « vraie »).

Nous sommes tous des sophistes car nous confondons le Logos avec la logique.
En réalité, ce qui se passe ici, c'est que inconsciemment on veut suivre Platon alors que c'est impossible,
Kant distingue bien le phénomène du noumène mais dit qu'il est inaccessible, au contraire de Husserl :

Husserl a écrit: le noumène n'est effleurable qu'aux confins de l'intelligence, lorsque l'agitation des mots et des concepts cesse,
lorsque l'intelligence à l'état pur n'est qu'intuition silencieuse, ou lorsque les mots ne sont plus des mots
et alors toute tentative d’accéder au monde nouménal relève davantage de la poésie et de l’art.
Le noumène est la réalité intemporelle, indéfinissable. Telle qu'elle est, on peut au mieux la percevoir,
sans jamais pouvoir la décrire avec des mots ou la cerner à l'aide de concepts.

Proche du noumène, la "chose en soi"  (Kant) est un concept pensable mais par l'usage de ce concept,
rien de son essence n'est vraiment connu. La chose en soi est ce que l'intuition sensible ne peut atteindre.
La conscience est ce qui me connaît. L'être étant avant tout conscience, la question est :
L'être peut-il connaître ce par quoi il connaît ?

Mon enerlibr, chaque fois que je lis ta prose je ne peux m’empêcher de me dire : quel esprit tourmenté que tu es, empêtré dans la toile arachnéenne de tes réflexions uniquement soumises aux dictats d’une intelligence, pour aussi brillante qu’elle soit, mais résolument et obstinément causale. Et, comme je le répète si souvent, cette intelligence n’a pas d’autre finalité, selon l’ordre souverain des choses, que de finir par l’absurde et ses délires inévitablement nihilistes, tant qu’elle n’accepte pas le secours de la Foi (rien à voir avec une quelconque religion) et de sa sublime inspiration.

Tu ne prends pas la peine de vérifier la justesse de chacun de tes postulats, ce qui fait qu’entrainer sur leurs trajectoires irrésistiblement aliénantes, tu es passé grand pontifiant en matière de production de paradoxes, dont tu ne maîtrises hélas! aucune des conséquences autoréalisatrices, invariablement déprimantes et sans issue.

Malgré tes travers, qui ne sont que la confirmation de ton entêtement à vouloir avoir raison tout seul, je ne te crois pas pour autant malveillant, mais simplement un peu égaré et manquant terriblement de rigueur. Ce qui, de là où je me tiens, me semble pouvoir servir de matière sur laquelle nous pouvons (l’ensemble de la Fraternité), parfaitement travailler

Ta façon de te raccrocher à quelques «grands penseurs», comme celui ne sachant pas nager se raccroche à la première planche, plus ou moins pourrie, qui passe à sa proximité, est souvent pathétique, car à aucun moment ils n’ont évité le naufrage de tes tentatives manquant singulièrement de cohérence et surtout d’inspiration, cette précieuse source sans laquelle l’intellect raisonneur est condamné à la sécheresse la plus aride et la plus stérilisante.

Tu prétends que nous sommes tous des sophistes. Petite remarque au passage, tu utilises souvent le «nous» pour évoquer uniquement ce qui te concerne, alors même qu’il me semble quelque peu prétentieux d’imaginer que tes travers puissent être considéré comme une généralité universelle n’appelant aucune contestation.

Si tu veux en faire une généralité, ce qui est ton droit, alors tu dois aussi être en mesure de le démontrer, ce qui implique l’acceptation d’une libre et loyale contestation, sinon tu dois, par simple modestie que tu ne sembles pas priser particulièrement, reconnaître que tu es un sophiste, ce que nous pouvons démontrer tant l’ensemble de tes arguments ne repose que sur des postulats aussi vaseux les uns que les autres.

Dieu, le Divin Créateur, le Noumène ou la réalité intemporelle indéfinissable, contrairement à ton affirmation indémontrable, on ne peut ni la percevoir ni la connaître, mais on peut parfaitement commencer à la décrire ne serait-ce que par ce qu’elle ne peut pas être...

Si la Noumène est un concept pensable, son essence est donc parfaitement connue, puisqu’il s’agit de cette Énergie vitale se manifestant en premier par la Pensée... Et contrairement à ce que tu affirmes gratuitement, l’usage de ce concept est la source même de notre propre évolution.

Ce n’est pas parce que La Chose en Soi n’est pas entièrement accessible à l’état d’évolution de la minuscule Conscience des cavernicoles velus, qu’elle n’a aucune utilité, et qu’il n’est pas nécessaire d’essayer de l’atteindre. Et ce, pour la bonne raison que c’est le plus puissant vecteur de l’évolution verticale de la Conscience humaine, pour que cette dernière parvienne à passer de son état d’animal à celui d’Humain dans sa forme la plus évoluée, puis à celle qui la rapproche de sa nature originelle dévique.

Et à ta mauvaise question : l’être peut-il connaître ce par quoi il connaît ?

Je dirais que toute Conscience, pas seulement humaine, peut parfaitement connaître, si elle en manifeste la volonté, tout ce qui est différent d’elle et lui renvoie l’image de sa propre identité provisoire par ce qu’elle n’est pas.

Un peu comme le Divin Créateur peut commencer à être connu par ses créatures lorsque celles-ci cherchent d’abord à savoir ce qu’Il ne peut pas être.

_________________
Tout est Vrai
avatar
Lug
Admin

Messages : 1203
Points : 1266
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur http://fraternite-hermes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lug le Jeu 26 Oct - 18:11

enerlibr a écrit:
Domino a écrit:Mon enerlibr, loin de moi l'idée de te rabaisser, ce que tu me dis ne manque pas d'intérêt mais ressemble trop à un cours de philo scolaire susceptible de m'égarer un peu plus dans les méandres de mon intellect et je ne veux pas y consacrer du temps. Je préfère reprendre les travaux collectifs en cours.
D'acord mon Domino, mais juste une question :
Pourquoi le terme "conscience" est-il du genre féminin et non épicène (neutre)
comme l'inconscient, ce mal aimé ?
S'obstiner à posséder sa conscience, qui est pure réceptivité, pour lui extorquer ses secrets est typique de l'attitude mâle,
aussi grave que l'écriture inclusive qui devient actuellement l'obsession   d'un féminisme à outrance.
La conscience est dans l'inconscient, mais comme l'inconscient, disqualifié par l'arrogance de Freud,
donne mauvaise conscience, on le féminise.
A contrario, le rêve, si on en parle, est disqualifié en rêveries, du genre féminin.
Il y a une conscience, un champ qui se déplace à travers tout. Il se produit en nous et en tant que nous,
on retrouve là "le champ et le connaisseur du champ" (Baghavad Gita)
Au réveil, on se rend compte que tout ce rêve était soi.
Parler de la conscience, c'est se remémorer un rêve dont la clé ne se trouve pas chez d'autres rêveurs
mais dans la Conscience qui les rêve toutes, ou si tu veux, dans les annales akashiques.

Ne me répond pas, j'apprécie ta constance.

Encore une de tes questions très imparfaites, mon enerlibr...

Pourquoi le terme «Conscience» est du genre féminin ?

Parce que l’Académie française en a décidé ainsi, et ce, depuis 1635. Avant cette date l’absence de règle commune faisait que chacun pouvait écrire selon ce qu’il comprenait phonétiquement, et beaucoup de noms étaient tantôt masculins tantôt féminins, il suffit pour s’en convaincre de lire les lettres de la reine Catherine de Médicis, qui écrivait phonétiquement tous ses courriers, y compris les diplomatiques.

Il n’y a donc rien qui relève de l’ordre souverain des choses dans le genre attribué à un nom, mais juste un rituel purement humanoïde qui peut parfaitement changer demain si l'Europe en décide ainsi.

Sans aborder le cas du père Freud, ce cocaïnomane notoire et de surcroit pédophile, comme référence philosophique y a quand même mieux, la Conscience est à la connaissance ce que l’inconscience est à l’ignorance, ceci pour dire que tes explications sur la «Conscience» empruntent des raccourcis en rase campagne plus prompte à égarer le pèlerin qu’à lui servir de guide. La Conscience est indissociable de l'inconscience, comme la Connaissance est toujours nimbée d'ignorance.

La Conscience, cette indéfinissable part d’incréée qui fait que nous sommes toujours plus que la somme des éléments qui nous composent, est le processus qui nous permet, si nous voulons en exploiter les ressources, de percevoir les réalités subjectives abstraites,  afin de sortir du rêve (cauchemar) des illusions objectives concrètes et éphémères.

Tu devrais peut-être relire un peu plus attentivement la Baghavad Gita, je ne suis pas certain que tu en aies perçu toutes les subtilités du sens Cachant.

_________________
Tout est Vrai
avatar
Lug
Admin

Messages : 1203
Points : 1266
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur http://fraternite-hermes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Jeu 26 Oct - 18:13

Je salue ta tentative pleine de compassion, mon Lug, d'éclairer un peu les ténèbres de notre enerlibr. Ton analyse est le reflet de ce que je pensais en mon for, sans l'exprimer aussi clairement.

Cela dit quand je prends en compte son ancienneté, les diverses choses que toi et notre Tamas lui avez déjà dites, sans qu'il ne change jamais d'un iota la trajectoire causale, paradoxale et tortueuse de sa pensée, je ne peux m'empêcher de me dire que s'il n'y a pas malveillance, il y a au moins mauvaise foi. Peut-être un des plus surs chemins vers la malveillance.

Ce que j'ai aussi particulièrement de mal à comprendre, c'est l'insistance avec laquelle notre enerlibr veut nous indiquer que notre démarche en ces lieux est vaine. Ce pourquoi je lui reproche de verser dans un prosélytisme particulièrement lourdingue. Lorsque l'on cite des auteurs prônant le fait de ne "rien vouloir" j'imagine que c'est parce que l'on se sent en phase avec ces derniers. Pourtant, notre enerlibr semble avoir au moins la volonté d'être entendu, compris, et suivi. Sûrement un de ces nombreux paradoxes qu'induisent ses réflexions...
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Jeu 26 Oct - 22:51

Mon Lug, dire, à propos du genre de la conscience que c'est "parce que l’Académie française en a décidé ainsi ",
est loin de me satisfaire. Ta réponse dit par qui le genre féminin a été décidé,
elle dit le comment mais pas le pourquoi, la seule chose qui devrait satisfaire le chercheur, en terme de subtilité, j'ai vu mieux.
Si l'inconscient est du genre masculin, pourquoi la conscience est-elle du genre féminin ?
Probablement pour qu'ils se marient, pour le meilleur et pour le pire, jusqu'à ce l'amertume de Lug les sépare.
Bon, c'est de l'humour, hein, relax, pfff....
L'inconscient est créateur, la conscience manifeste cette création, comme Dieu est masculin / féminin.
L'inconscient n'est pas l'inconscience, et la conscience n'est pas le conscient,
qui est l'ensemble des phénomènes psychiques dont le sujet a une conscience claire.
Donc ne confondons pas le contenant avec le contenu, la conscience et le conscient.
Lug a écrit:La Conscience, cette indéfinissable part d’incréée qui fait que nous sommes toujours plus que la somme des éléments qui nous composent, est le processus qui nous permet, si nous voulons en exploiter les ressources, de percevoir les réalités subjectives abstraites,  afin de sortir du rêve (cauchemar) des illusions objectives concrètes et éphémères.
Tout à fait d'accord mon Lug, figure-toi que je ne trouve strictement rien à redire., eh oui ça arrive !
Petit bémol cependant : objectiver, analyser cette perception des réalités subjectives demeure pour moi illusoire,
ce n'est d'ailleurs rien d'autre que retomber dans la matrice,
cette simulation que la mécanique quantique qualifie d'effondrement de la fonction d'onde.

Mais pourquoi diable t'obstines-tu à toujours vouloir finir en apothéose dans une dévalorisation systématique
de l'interlocuteur soupçonné vouloir t'égaler ?
Ces paroles creuses et vaines n'augmentent pas l'estime que je te porte mon Lug ,
décréter ex abrupto mon incapacité à lire la Baghavad Gita tient de la magie, et pas haute du tout.
Si on te demande si je suis apte à percevoir toutes les subtilités du sens cachant, dis que tu n'en sais rien.
Ah au fait : "cachant" sans majuscule, s'il te plaît, que signifie cette préciosité ?

Petit retour vers ce détestable Platon qui fait rien que dire des âneries:
Platon a écrit: Effectivement, ce n'est pas un savoir qui,  à l'exemple des autres,
puisse aucunement se formuler en propositions mais le résultat  de l'établissement d'un commerce répété
avec ce qui est la matière même de ce savoir, résultat d'une expérience qu'on partage avec elle."
( La Pleïade,

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Ven 27 Oct - 0:23

Quelle tristesse de voir une main tendue aussi bienveillante se faire rabrouer de la sorte, sans une once de subtilité.

Tu as à peine lu notre Lug, mon enerlibr, que déjà tu étais en train de répondre sous les impulsions bouillonnantes de ton égo froissé, pfff, comme tu dis.

Tu fais une fixation sur ton explication du féminin de la Conscience croyant avoir touché là quelque chose de précieux à quoi tu pourrais te raccrocher sans perdre ta superbe, or notre Lug t'explique simplement que cela aurait pu être masculin ou féminin. L'Académie a dû trancher, c'est ainsi et demain cela pourrait en être autrement, il y a donc bien une réponse au pourquoi : l'arbitraire... D'autre part, il t'aurait suffit d'imaginer que nous parlions dans une autre langue, comme le néerlandais par exemple où le mot conscience est neutre, pour réaliser que le superbe de ta réflexion n'était qu'un vulgaire vernis bon marché. Pour une pensée qui souhaite toucher à l'universalité, on a vu mieux que celle ne se basant que sur la langue française. Tu ne la vois toujours pas ta mauvaise foi ?

En parlant de mauvaise foi, je constate aussi que tu as bien pris le soin d'éviter de répondre au reste des subtiles indications de notre Lug, comme celle indiquant ta tendance compulsive à dire "nous" lorsqu'il s'agit de parler de tes propres errements, ou celle indiquant ta tendance à te raccrocher derrière tes citations à chacune de tes interventions. J'imagine que ces vérités élémentaires te passent au dessus.

J'en conclue que ton ardent prosélytisme est une tentative désespérée de ton ego de se conforter dans sa paresse sclérosante. Si nous ne devons pas parler de Conscience, de Dieu, d'Amour, de Vertus, de Connaissances, et de tout ce qui nous dépasse. Cela t'autorise à rester bien "sagement" assis au fond de ton canapé de certitudes. Il n'y a plus rien à faire, juste à laisser l'être être. Formule pernicieuse d'où sortira d'innombrables paradoxes comme tu nous en fait la magistrale démonstration. Mais comme cela n'est apparemment pas très satisfaisant, alors tu cherches du réconfort à l'extérieur, chez les autres. Des individus susceptibles de te comprendre et te suivre dans ce "laisser aller", qui n'a rien à voir avec le non-agir de Lao Tseu.

Autre chose, tu cherches à opposer les sophistes à Platon, comme étant là la source de nos différentes incompréhensions. Tu oublies que Platon ne fait que s'inscrire dans une longue lignée d'enseignements de la Sagesse Immémorial. Ce qu'il dit, bien d'autres avant lui et après lui l'ont dit, et parfois de manière bien plus juste et vertueuse, il y eut les égyptiens, les perses, les atlantes, les hindous, les chinois, les premiers chrétiens, les tibétains, les alchimistes etc, tous se rejoignent et trouvent des points de convergences essentiels que tu préfères occulter. Ben oui, sinon ce serait admettre qu'il te faille faire des efforts (de vertus), remettre de l'ordre dans ta Conscience et hiérarchiser tes pensées. Quelle horreur n'est-ce pas ?
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Nurash le Ven 27 Oct - 13:19

enerlibr a écrit:Mon Lug, dire, à propos du genre de la conscience que c'est "parce que l’Académie française en a décidé ainsi ",
est loin de me satisfaire. Ta réponse dit par qui le genre féminin a été décidé,
elle dit le comment mais pas le pourquoi, la seule chose qui devrait satisfaire le chercheur, en terme de subtilité, j'ai vu mieux.
Si l'inconscient est du genre masculin, pourquoi la conscience est-elle du genre féminin ?
Probablement pour qu'ils se marient, pour le meilleur et pour le pire, jusqu'à ce l'amertume de Lug les sépare.
Bon, c'est de l'humour, hein, relax, pfff....
L'inconscient est créateur, la conscience manifeste cette création, comme Dieu est masculin / féminin.
L'inconscient n'est pas l'inconscience, et la conscience n'est pas le conscient,
qui est l'ensemble des phénomènes psychiques dont le sujet a une conscience claire.
Donc ne confondons pas le contenant avec le contenu, la conscience et le conscient.
Lug a écrit:La Conscience, cette indéfinissable part d’incréée qui fait que nous sommes toujours plus que la somme des éléments qui nous composent, est le processus qui nous permet, si nous voulons en exploiter les ressources, de percevoir les réalités subjectives abstraites,  afin de sortir du rêve (cauchemar) des illusions objectives concrètes et éphémères.
Tout à fait d'accord mon Lug, figure-toi que je ne trouve strictement rien à redire., eh oui ça arrive !
Petit bémol cependant : objectiver, analyser cette perception des réalités subjectives demeure pour moi illusoire,
ce n'est d'ailleurs rien d'autre que retomber dans la matrice,
cette simulation que la mécanique quantique qualifie d'effondrement de la fonction d'onde.

Mais pourquoi diable t'obstines-tu à toujours vouloir finir en apothéose dans une dévalorisation systématique
de l'interlocuteur soupçonné vouloir t'égaler ?
Ces paroles creuses et vaines n'augmentent pas l'estime que je te porte mon Lug ,
décréter ex abrupto mon incapacité à lire la Baghavad Gita tient de la magie, et pas haute du tout.
Si on te demande si je suis apte à percevoir toutes les subtilités du sens cachant, dis que tu n'en sais rien.
Ah au fait : "cachant" sans majuscule, s'il te plaît, que signifie cette préciosité ?

Petit retour vers ce détestable Platon qui fait rien que dire des âneries:
Platon a écrit: Effectivement, ce n'est pas un savoir qui,  à l'exemple des autres,
puisse aucunement se formuler en propositions mais le résultat  de l'établissement d'un commerce répété
avec ce qui est la matière même de ce savoir, résultat d'une expérience qu'on partage avec elle."
( La Pleïade,

Je pense que je comprends ce que tu veux dire vis à vis du genre de la conscience mon Enerlib, mais mis à part dans le rapport qu'entretien une personne avec l'inconscient collectif (qui sert surtout à palier une ignorance où une incompétence) je ne vois pas ce qui peut aider la personne qui cherche à se faire une idée personnelle de la chose. Bien évidemment que cette notion de genre aura une influence sur la connotation émotionnelle attachée au nom... Et après ? On en saura pas plus long sur ses propriétés, ses facultés etc...

Pour ce qui est de ta capacité à Lire le sens cachant de la Baghavad Gita, il en ressort que si tu n'es pas capable de mettre en application la compréhension de ce qu'est le champ de bataille et de lutter contre tes démons intérieurs, il devient évident que tu n'es pas capable de te mettre en résonnance vibratoire avec le texte et que tu passes a coté de pleins de choses (tu en perçois évidemment certaines, mais Est-ce que tu t'es déjà demandé ce que tu ne percevais pas et pourquoi ?). Ca ne relève pas de la magie mais d'une déduction relativement élémentaire... Quand une personne prétend savoir parler dans une langue et qu'elle n'est pas capable de répondre à une élémentaire salutation de politesse dans cette langue, nul besoin d'être magicien pour comprendre que c'est de la vantardise...

Nurash

Messages : 317
Points : 359
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Sam 28 Oct - 0:22

Dans ma grande naîveté, je croyais sincèrement qu'apporter un témoignage relevant d'une autre manière
d'appréhender l'ésotérisme pourrait appuyer et vérifier les différentes thèses présentes sur ce forum.
Mais non, ce qui se voulait être une  mise en parallèle amicale est reçu comme une attaque frontale.
Il faut jeter des ponts entre les concepts. Les différents textes ici présents s'en trouveraient confortés.
alors vous pourriez avoir envie de ne pas zapper ce qui suit :

Le cerveau reçoit des fréquences vibratoires "téléchargées" du champ puis les convertit en notre réalité physique holographique.
L'expérience suivante en est la preuve éclatante :
- Le cerveau est analysé au PET scan, aidé de la technologie informatique.
- Mesure de la cnductivité de la peau (électrodes).
- Fréquence cardiaque et autres paramètres.

Assis devant un écran d'ordinateur, vous appuyez sur un bouton.
5 secondes plus tard une photo s'affiche.
L'image sera de type paisible ou émouvant, choisie de façon aléatoire par le PC, juste avant son affichage.
Ainsi quand vous cliquez sur le bouton, le futur n'est pas encore fixé,
il vous faudra faire preuve de préscience pour bondir dans le futur et le deviner.
Comme on surveille votre physiologie, on connaît vos réactions à la vue d'images émouvantes ou d'images paisibles.
La question est :
Est-ce que cette expérience future influence votre présent, et cela avant de voir la photo ?
Appuyez sur le bouton, que va-t-il se passer ?
Si les constantes s'élèvent avant l'apparition de l'image, cela suggère que vous allez voir une image émouvante.
Si elles ne bougent pas, l'image sera probablement paisible.
Les gens s'agittent avant l'apparition de l'image émouvante, choisie au hasard dans le futur,
et ils restent calmes avant le choix d'images paisibles.
C'est attesté par les changements de fréquence cardiaque, dans le cerveau, et systémiquement dans tout le corps.

La seule conclusion valide de cette expérience, qui fasse sens, est que le cerveau connaît à l'avance l'image
que le PC va choisir d'afficher avant que la personne n'en soit consciente,
( * Attention ! Dans ce cas "être conscient de" signifie "réaliser" Ce glissement sémantique est tout aussi troublant
et montre bien que la véritable conscience précède tout ce qu'elle induit, un peu comme la foi.)

bien sûr, avant que l'ordinateur ait choisi l'image à afficher, et le corps répond en conséquence.
Notre cerveau semble savoir ce qui va se passer avant tout processus cognitif.
Les fréquences qu'ils reçoit sont traduites  en un hologramme particulaire et projeté là dehors pour être perçu.
C'est en percevant et interagissant avec cet hologramme particulaire que nous devenons conscient(*) de ce qui se passe.
Tout le processus prend jusqu'à 6 secondes.

Maintenant, si vous n'y pigez rien, - j'entends déjà vos sarcasmes - vous avez vos raisons, et je n'ai pas y intervenir.

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Sam 28 Oct - 0:55

Et il insiste, encore et encore et encore, comme un cd rayé qui ne parvient pas à lire une piste mais répète sa fonction de recherche sans être bien sûr en mesure de comprendre que la piste est devenu illisible, vidé du message qu'elle contenait.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Sam 28 Oct - 0:58

Lilbudha a écrit:Et il insiste, encore et encore et encore, comme un cd rayé qui ne parvient pas à lire une piste mais répète sa fonction de recherche sans être bien sûr en mesure de comprendre que la piste est devenu illisible, vidé du message qu'elle contenait.
Sempiternelle dissonance cognitive, fléau de l'humanité !

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Sam 28 Oct - 1:06

Qui te dit qu'elle est de mon côté mon enerlibr ?

Tu joues maintenant les caliméros après avoir craché sur les mains qu'on te tendait et tu continues ton numéro en solo croyant nous renseigner sur quoi ? Je suis pas bien sûr que toi-même tu le saches.

Ton numéro de contorsionniste pour tenter de retomber sur tes pattes et en évitant la loyale contradiction est ridicule, c'est pas joli et empli de mauvaise foi.

Petit aparté sur l'expérience que tu décris et qui est connue des cercles new age, elle n'a malheureusement pas été reproduite et n'a pas un taux de réussite à 100% loin de là.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Sam 28 Oct - 1:11

Mon Lilbudha, il est évident que ton activité principale consiste à faire feu de tout bois
pour réduire à rien ce que tu estimes aller à l'encontre de tes présupposés.
Cette expérience a été faite par des gens hyper sérieux, et répétée cent fois,
arrête de dire n'importe quoi.
Pour reprendre ta charmante expression : "C'est à croire que tu le fais exprès"
Soit gentil d'arrêter de sans cesse me jeter à la figure cette mauvaise foi qui te sied si bien.

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Sam 28 Oct - 1:13

Très bien, as-tu des sources crédibles et sérieuses pour vérifier tes dires, je suis prêt à faire mon méa culpa sur ce sujet si tel était le cas.

Concernant la mauvaise foi mon enerlibr, relis toi un peu, vois comme tu évites soigneusement les sujets qui fâchent, sautes sur un nouveau sujet quand ça t'arrange, fait dire tout et son contraire à un mot. Comme un vrai sophiste finalement, ce que tu revendiques être par ailleurs.

C'est dommage que tu ne le réalises pas, principalement pour toi, même si en l’occurrence tu viens aussi polluer ces forums ce pourquoi je pense que la mauvaise foi mène directement à la malveillance.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Sam 28 Oct - 1:29

Mais bon dieu de miséricorde, je répète : Tu le fais exprès ou quoi ????
Je ne me revendique pas d'être sophiste, essaie de lire avec ton cerveau en état de marche. Au contraire, je hurle à qui veux bien m'entendre que être sophiste est une tare
dont il est très difficile de se défaire, et que j'en ai conscience.
Bien sûr, tu sembles incapable de résister à la tentation de me servir "tout et son contraire". Tu es invivable mon vieux, soigne-toi, hein !!!

Qu'est-ce qu'un sujet qui fâche ? ... Qu'est-ce qu'un sujet qui m'arrange ? Celui qui ne t'arrange pas probablement.

Bonne nuit

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Sam 28 Oct - 1:31

Bah en voilà un sujet qui fâche apparemment. Wink
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Sam 28 Oct - 1:32

Allez bisous !

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Sam 28 Oct - 1:51

Plus sérieusement, tu devrais prendre l'expérience que nous vivons au sérieux et comme une opportunité d'élévation, ce qu'elle est.

Pourquoi, à ton avis, la plupart des membres actifs de ce forum, dont son créateur, ne considèrent pas que tes prestations contribuent à l'élévation de la tonalité vibratoire du lieu ? D'ailleurs, si tu ne l'avais pas relevé, suite à tes diverses interventions tonitruantes, deux sujets particulièrement subtiles ont été supprimés.

Penses-tu, et ce serait commode, que c'est parce qu'il y a une aversion particulière contre l'entité se trouvant sous le pseudonyme d'enerlibr ?

As-tu déjà envisagé que les multiples reproches à propos de tes agissements et tes réflexions purement causales, comme te l'indiquent nos Lug et Tamas entre autres, puissent être un minimum fondées ?

Être stoïque, dans ces circonstances, n'est-ce pas une forme de lâcheté qui consiste à s'éviter l'effort salvateur de voir les choses bien en face ?

Ça ce serait intéressant et enrichissant comme réflexions et conclusions à partager, que je me dis mon enerlibr.
Cela dit, le choix est tien, et comme tu le sais, on ne fait pas boire un... non je plaisante, je sais que tu n'aimes pas cette phrase mais disons, formulé autrement, qu'il y a un moment où il ne faudrait pas basculer dans l'acharnement thérapeutique, d'un côté comme de l'autre finalement.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par modeste le Sam 28 Oct - 10:23

Coucou mon Enerlibr,
Il ne fait aucun doute que tu es doté d’un outil intellectuel très performant,
mais considérant le fait qu’un penseur n’est pas les pensées qu’il manipule,
Il en découle qu’intrinsèquement, tu n’es pas, toi non plus, cet outil,
qui appartient au domaine du non-soi…
Il est constitué, cet outil, de photons/pensées (tiens, ça me rappelle quelque chose)
que tu as intégrées dans ton corpus intellectuel,
et qui se constituent en une entité propre et consciente d’elle-même( suivant le principe de l’hylozoïsme)
qui « « travaille » » pour elle-même et qui te tiens en quelque sorte prisonnier,
jusqu’à ce que tu finisses par prendre conscience de la chose.

Tes progrès en ésotérisme seront obligatoirement conditionnés par cette prise de conscience,
et ta capacité à dépasser et sortir de ce piège de l’hypermental…
avatar
modeste

Messages : 558
Points : 588
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Sam 28 Oct - 10:42

Mon Lilbudha, cette bataille d'egos réduit à rien le message de haute valeur que ce site est sensé transmettre.
Je reconnais ton effort de modérer la véhémence de tes propos comme tu pourrais reconnaître
la circonspection avec laquelle j'avance les miens.
Cependant espérer que tu poursuives cet effort par une honnête introspection sur ton intime motivation à m'assaillir,
quoique tu t'en défendes, relève du fol espoir de voir l'être humain penser avec autre chose que son nombril.
Le simple fait que tu t'exprimes de la sorte ravale au niveau des infrasons
cette "tonalité vibratoire" dont tu sers comme d'un cache-sexe.
Dans ce contexte, il est logique que tu ressentes mes interventions comme "tonitruantes".
Tout ceci est puéril et navrant, les mots blessent, et si tu n'étais pas blessé
tu ne ferais pas mentir la sérénité qui se dégage de ton avatar.
Pour la Xième fois, Je répète donc que, non, je ne veux pas avoir raison contre tout le monde.
Le désarroi est le fait de se sentir désarmé, mais moi j'arrive ici nu, murmurant timidement les idées qui me font vivre.
Or que se passe-t-il ? Chacune de mes interventions est tuée dans l'oeuf suite à une immédiate expédition punitive.

Me nommer à tout bout de champ m'agace au plus haut point.
Non, tout ce que je dis n'est pas vérité immuable, je ne suis rien, suis comme la rousse, je sème à tout vent.
Ce sujet devrait se nommer "considération intempestives", en référence (et non pas révérence) à Nietzsche.
Lilbudha a écrit:deux sujets particulièrement subtiles ont été supprimés.
Alors là, tu bats le record de l'insulte ! Il  est vrai que plus elle est énorme, plus elle risque d'être reçue comme parole de sagesse.
Je n'ai souvenir que d'une suppression, symboliquement elle ne vaut pas mieux
que la décapitation des mécréants, faite par ceux qui se réclament d'Allah.

Ah et puis ceci : Que Lug (et ses alter egos) soit une personne très digne d'intérêt,
d'accord, qu'il ait une perception très aiguë de tout ce qui fait la noblesse de l'homme, OK,
mais tout ce qui sort de sa bouche n'est pas parole d'Evangile, hein.
Faudrait arrêter ces réflexions du style :
"... notre Lug a dit ça, et puis encore ça ... donc z'avez plus qu'à vous aplatir devant sa gnose, vous ne faites pas le poids."

Salamalec, courbettes, et tout le tralala de circonstance.


Dernière édition par enerlibr le Sam 28 Oct - 11:09, édité 1 fois

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Sam 28 Oct - 10:59

modeste a écrit:Coucou mon Enerlibr,
Il ne fait aucun doute que tu es doté d’un outil intellectuel très performant,
mais considérant le fait qu’un penseur n’est pas les pensées qu’il manipule,
Il en découle qu’intrinsèquement, tu n’es pas, toi non plus, cet outil,
qui appartient au domaine du non-soi…
Il est constitué, cet outil, de photons/pensées (tiens, ça me rappelle quelque chose)
que tu as intégrées dans ton corpus intellectuel,
et qui se constituent en une entité propre et consciente d’elle-même( suivant le principe de l’hylozoïsme)
qui « « travaille » » pour elle-même et qui te tiens en quelque sorte prisonnier,
jusqu’à ce que tu finisses par prendre conscience de la chose.

Tes progrès en ésotérisme seront obligatoirement conditionnés par cette prise de conscience,
et ta capacité à dépasser et sortir de ce piège de l’hypermental…

Merci infiniment mon modeste ! Il y a longtemps que je n'ai pas lu de paroles aussi véridiques,
exprimées  sans l'appui de cet  artifice qu'est l'intellectualisme à outrance, et dont j'éprouve la douloureuse contrainte.
Comprendre le mentalisme ne sera donc d'aucun intérêt car allant à l'encontre de l'évidente simplicité de tes propos.

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par modeste le Sam 28 Oct - 11:59

Coucou mon Enerlibr,
Effectivement, je me suis employé à te répondre en évitant justement d’entrer dans ce jeu de concepts sophistiqués à l’extrême et qui, non seulement, n’amènent, en réalité, pas grand-chose à la compréhension des sujets qui nous intéresses, mais ne sont en fait que des pièges qui t’enferrent dans ce domaine du mental concret ;
Et tu as vu par toi-même qu’on peut tout à fait discuter simplement sans se prendre le chou…

Pour le reste, heuuuu si, on peut (ou au moins essayer), comprendre le mentalisme, en parler,
mais sans en utiliser les concepts, porteurs de ses énergies, pour ne pas y tomber dedans.

Il me semble que tu as dit toi-même dans un post que l’on ne peut être à la fois l’observateur et le sujet de l’observation, et tu as parfaitement raison,
donc pour étudier ce mental concret,
la seule solution est de s’employer à en sortir, afin de l’observer depuis le plan spirituel…
avatar
modeste

Messages : 558
Points : 588
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Vasanakshaya le Sam 28 Oct - 12:03

Salutation fraternelle à tous  Smile
Je ne suis là que pour un bref passage car actuellement dans ma vie, je n'ai aucun temps à n'accorder à quoi que ce soit d'autre que mon activité "professionnelle", et ceci pour mon plus grand désespoir... Mais ça va changer...Plus que (huit) quelques mois...  Bref Smile  

Mon intention n'est pas de m’immiscer dans une affaire qui ne me regard pas. Simplement lire vos propos m'inspire et, au cas où, même infime, que ça puisse aider qu'un chouilla, je vous partage ce que j'en ressens :

Avant, et parfois même maintenant quand je ne suis pas vigilant sur ce qui se passe en moi, j'avais tendance à me laisser emporter par mon intellect. Ceci d'autant plus que j'ai reçu une formation scientifique matérialiste au possible.

Quoi qu'il en soit, en regardant ce qu'il y a en moi, j'ai vu un nuage terriblement dense, comme un brouillard qui assombrissait ma vision. J'ai alors décider d'aller au delà car tant que ce brouillard était là autour de moi, je ne pouvais voir les choses telles qu'elles sont.

Ainsi, je me suis enfoui plus profondément dans mon être. J'ai vu que l’œil qui voit en moi, est au dessus du brouillard, bien indépendant de lui et bien au dessus de tout ce qui se passe en dessous de lui. Cet œil est inatteignable pour le brouillard.

En regardant de plus haut ce brouillard, j'ai vu que j'étais dégagé de lui. Je pouvais donc le contempler de l'extérieur, sans qu'il trouble mon jugement.

J'ai alors reçu des impressions plus élevée car j'étais libéré, même pour un temps, de lui. J'ai alors constaté que ce brouillard n'était présent que dans un certain intervalle vibratoire.

Le brouillard était alors devenu pour mon œil qu'un domaine de ma Conscience. Ce domaine est une couleur, une note, une fréquence, une partie de cet ensemble de dimensions de la Conscience qui ne demande qu'à être exploré.

Cet intervalle vibratoire qu'est l'intellect, ne permet que percevoir les choses du domaine intellectuel. Hors de son domaine, il devient inadapté et obscurcie terriblement le jugement. Ainsi, l'intellect doit être tenu à sa place. Il est utile pour concevoir des engins, il est utile pour comprendre le fonctionnement mécanique d'une voiture ou encore calculer le débit du robinet. Mais il n'est en aucun cas utile pour comprendre ce qui ne lui appartient pas, telle que 99.99 % de l'Univers.

Cette réflexion, bien que très possiblement imparfaite, m'a permis dans un premier temps au moins, de me dégager (ne serait-ce qu'un peu) du monstre intellectuel ! Very Happy

_________________
Sur la verticale: reçois et remercie ; sur l'horizontale, donne, reçois et remercie.
avatar
Vasanakshaya

Messages : 67
Points : 77
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Maya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Sam 28 Oct - 12:11

enerlibr a écrit:Le désarroi est le fait de se sentir désarmé, mais moi j'arrive ici nu, murmurant timidement les idées qui me font vivre.
Or que se passe-t-il ? Chacune de mes interventions est tuée dans l’œuf suite à une immédiate expédition punitive.
Ça c'est amusant, vraiment, merci au moins pour ça. Pour quelqu'un qui arrive ici timidement, tu es somme toute très affirmatif et sûr de toi. Je t'invite à relire tes prestations qui expliquent qu'elles vont faire bondir les membres de notre petite fraternité, que notre Lug est trop bavard, ou encore celles où tu y exposes tes envies de « secouer le cocotier ». Si ça ce n'est pas faire une entrée en matière tonitruante et pleine de suffisance, il faudra que tu m'indiques ce que c'est.

Pour illustrer mon propos, voici un exemple parmi d'autres de ce que tu nommes le « murmure timide de tes idées »  :
enerlibr a écrit:Alors pardonnez mon agressivité, mais des termes comme "vertu", "discernement", etc ... n'apportent aucune eau au moulin des coeurs en souffrance.
Vous pouvez articuler à l'infini tous ces mots dans des phrases alambiquées, les moduler par des variations aussi complexes
que vos circonvolutions neuronales, ça ne fera pas avancer d'un iota une  connaissance qui lors de la mort se résumera à un minuscule point.
Je me demande parfois qui tu crois tromper si ce n'est toi-même.

Tu t'es demandé pourquoi, pauvre de toi, chacune de tes interventions étaient «tuées dans l’œuf» ? Ou peut-être est-il plus commode d'adopter le rôle du caliméro ?

La bataille d'ego se passe en toi mon enerlibr. Tu es celui qui perturbe le calme de ces lieux et qui, avec ses gros sabots pleins de boue, vient critiquer l'état de propreté de la maison qui l'accueille généreusement, faut le faire. Ce que je te dis, je ne suis pas le seul à te le dire. Ce n'est pas une question de paroles d'évangiles, c'est juste sensé, et perceptible et je n'ai pas eu besoin du concours de nos Tamas et Lug pour constater dès le début de ta réinscription le caractère purement causale de tes interventions, ainsi qu'une certaine suffisance qui te fait manquer le coche de la courtoisie la plus élémentaire. Bien sur je me sens confirmé dans cette lecture par deux personnes que j’admire pour leurs vertus mais si tu te rappelles de l'historique et est honnête, il n'y a pas eu de mimétisme ce coup-ci.

Que donc les paroles de nos Lug et Tamas ne soient pas paroles d'évangiles je veux bien et je plussoie, que des personnes de leur trempe et plusieurs de nos membres tombent d'accord pour te diriger des reproches parfaitement fondées est autre chose. Mais ça non, tu préfères l'occulter, il n'y a aucun fond de vérité j'imagine ? Il n'y a là, pour toi, que les délires d'un homme d'âge mur et de ses amis mal intentionnés, qui, un jour, ont décidé de s'en prendre à ce pauvre enerlibr ? Allons, soyons raisonnable mon enerlibr, atterris.

Concernant les deux sujets qui ont été supprimé, il y eu : «Le Sang du Dragon» et «Familiarisons nous avec un contrat intemporel».
(C'est d'ailleurs sur ce deuxième sujet qu'a commencé ta série de critiques à l'encontre de ce lieu et du fait que Lug serait trop bavard et qui ont ensuite été déplacées ici)
Il te suffisait de faire un petit effort de mémoire pour réaliser que non, je ne t'insulte pas gratuitement, il y a bien eu deux sujets de supprimé, je te sors les faits mon enerlibr. Tu peux donc éviter à l'avenir de me prêter de mauvaises intentions quand le modeste serviteur que je suis ne fait que vouloir t'aider à voir la boue que tu portes sur tes sabots.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lug le Sam 28 Oct - 12:39

.
.

Mon enerlibr, tout le fatras de réflexions contradictoires qui parasite ton intellect raisonneur, et te maintient aliéner à la servitude de sa triste causalité, ne te permet pas de trouver le chemin qui mène au divin qui est toi.

C’est probablement un tantinet désespérant pour toi, comme c’est inévitablement accablant pour ceux qui cherchent sincèrement et d’une façon totalement désintéressée à t’apporter leur contribution dans cette quête qui devrait être le dénominateur commun de notre humanité.

Je te souhaite sincèrement de finir par domestiquer une Raison par trop absolutiste et t’empêchant de recevoir les lumières subtiles de la Divine Providence.

Ce que notre camarade Vasanakshaya a fort bien décrit en nous offrant un épisode de son vécu.

Enfin, je profite de ce message pour te dire à quel point j’ai tiré profit de tes interventions, que je considère sans vouloir te froisser, comme un peu fantasques, car elles m’ont permis de découvrir la maîtrise qu’ont manifestée tes contradicteurs : un vrai plaisir. Very Happy  Very Happy

_________________
Tout est Vrai
avatar
Lug
Admin

Messages : 1203
Points : 1266
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur http://fraternite-hermes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par enerlibr le Sam 28 Oct - 23:16

Bon allez, ce n'est qu'un mauvais moment à passer, consolez-vous d'avoir subi ce charabia en fourbissant vos armes.
Ensuite, je ne dirai plus rien. Déjà j'avais des difficultés à méditer, dû à ma trop grande propension
à vouloir comprendre les affaires du monde, mais maintenant la coupe est pleine, je reste comme un sac de patates, inerte et stérile.
Je m'en vais me noyer dans cette ultime réalité qui m'attend, elle-même noyée dans un torrent d'injures.

Au-dessus de ma colline escarpée, l'épervier plane sans mouvement apparent.
Solitaire et majestueux, il se sert des courants ascendants pour le porter au plus haut.
En Egypte il serait le faucon Horus, sa conscience est dans ses ailes comme le clignement d'oeil est dans la paupière.
La conscience est toujours ailleurs où on la cherche. L'homme la veut proche pour la maîtriser.
Pour voler il a créé le gyroscope, une conscience mécanique qui ne perd pas le nord.
Le papillon est libre de voler mais il n'est pas libre de ne pas le faire.
L'homme est libre d'écouter sa conscience mais il n'est pas libre de la faire parler car elle est un fond sonore,
une sorte de bruit blanc non identifiable par l'intellect, elle n'est que vibrations.
L'objectiver est aussi vain que d'essayer de se sortir d'un trou en se tirant par les cheveux, à l'instar du baron de Münchhausen.
Le libre arbitre devient nul dès qu'on s'affranchit des lois de la nature qui est spontanéité.
La spontanéité est une liberté qui ne se connaît pas.
Discourir ad nauseam sur la conscience, à grands renforts de mots qui en jettent,
c'est comme ordonner à la conscience d'être spontanée, alors qu'elle l'est déjà par construction.
Essayer à toute force de se souvenir d'un mot qu'on a "sur le bout de la langue" ne le fera pas revenir pour autant,
il reviendra quand n y pensera plus.
Ni vertus ni loi de Maat ne nous ferons discerner davantage que ce que la conscience recèle,
ce discernement évoqué à tout propos n'est qu'un décernement de prix à sa majesté l'ego capable de faire parler un muet,
pourvu que ça le fasse mousser.
Maat est mère de Rê dont elle est aussi la fille et l'épouse, elle est lumière et vie, insaisissable et fuyante si on la cerne.
Maat est la conscience divine, universelle, les particularismes des humains qui la pensent sont de peu d'intérêt,
se targuer d'en avoir percé les secrets est insolent, se gausser des prétendus ignares est du plus grand comique.
On peut suivre à la lettre les idéaux et autres commandements de Maat mais, comme la déclaration des droits de l'homme,
il s'agit d'une insulte à la conscience qui les possède  de manière innée, et toute instruction n'en sera jamais qu'une resucée.
Tout au plus pourrait-on dire que quoique ça aille sans dire,  ça va encore mieux en le disant ...
Pour en avoir conscience, l'intellect raisonneur doit les lire, les élire pour ensuite s'y soumettre
après traduction dans la vie quotidienne or traduire c'est trahir.
Lorsque Jéhovah ou les grands prêtres ont décrété le « tu ne tueras pas », ils ont paradoxalement crée le meurtre.
Ce phénomène, les droits de l'homme en sont le plus vicieux exemple.
Nous possédons notre âme mais nous ne possédons pas la terre, celle-ci est contrôlée par les reptiliens
qui se nourrissent de nos peurs.
Si personne ne conteste que la Déclaration des droits de l'homme soit un bien en soi,
elle n'ajoute rien à la pépite que la conscience recèle, aucune lumière extérieure ne la fera davantage briller.
Les chinois qui n'ont rien à faire des Droits et donc n'ont pas peur de faillir sont-ils des sous-hommes ?
Tout ce qui n’existe pas dans la conscience ne peut pas arriver,
Nostradamus, n’a pas prédit les événements dont il parle, il les as créés!
Annoncer à qui mieux-mieux les pires catastrophes, sous prétexte de prévenir le plus probable revient à créer ces évènements.
Changer le monde, c'est se changer soi même en éliminant le négatif de sa conscience
or les droits de l'homme ne sont porteurs de sens que par le négatif qu'ils entendent exorciser.
L'être humain ne fonctionne pas comme ça, il aspire à une liberté sans bornes qui ne se trouve que dans l'absence de contrainte,
ce dont les droits le privent définitivement.
Dans le même ordre d'idées, une personne qui accable une autre sur base d'un critère qu'elle estime, à tort ou à raison, légitime,
risque fort d'être définitivement privée  de ce même critère dont elle se faisait fort.
La vie est cruelle envers tous les excès, tout ce qui est excessif est insignifiant. Par-delà bien et mal qui s'entre-tuent,
survit la conscience spectatrice et arbitre.

La conscience est autonome. Solitaire et majestueuse comme l'épervier,
elle transforme le cercle vicieux du discours autoréférent en spirale libératrice.
Il est contradictoire de dévaloriser l'intellect raisonneur d'un côté, et de l'autre s'étendre en long et en large
sur les multiples aspects de la conscience car l'homme conscient se prend lui-même pour objet de sa pensée.
La pensée ne naît-elle pas de l'activité cérébrale ? De ce fait, la conscience, cette distance entre moi et moi-même,
entre l'ego et l'âme, cette distance royalement entretenue par l'intuition est comblée par cet intarissable bavard qu'est l'ego.

Krishnamurti, confirmé par les neurosciences,  dit que le cerveau est à la fois observateur et observé.
Il est observé par une conscience extérieure à lui, et observe cet observateur.
Est-il possible de concevoir un idiome commun à ces deux entités ?
Si oui, ne va-t-il pas y avoir une perte de la qualité du signal initial (entropie) ?
Le cerveau est matière, et même admettre qu'il ne fait que réfléchir une pensée venue d'ailleurs,
il ne s'agit toujours pas de la conscience.
Alors tourner en dérision l'intellect raisonneur, c'est l'hôpital qui se moque de la charité car disserter sur la conscience
ne se fait pas par écriture automatique, par channeling, chamanisme, remote viewing ni même par cette intuition  
au goût étrange venu d'ailleurs et qui ne parle qu'au coeur.
Un forum ne parle au coeur qu'après traduction du code source, ce code, ce sont des mots, et les mots naissent dans le cerveau.
Lug a écrit:Pour nous résumer, après avoir sérieusement médité, nous constatons que ce trope de Haute Magie (je-suis-celui-qui-se-crée-lui-même)
ne peut se pratiquer que hors de la sphère temporelle des causalités du Destin.
Il conviendra que l’officiant se situe au centre de sa sphère de manifestation, qui est le seul lieu (état) qu’occupe l’Éternel Moment Présent ;
pas à la périphérie de ce centre et à l’intérieur de cette sphère, espace d’une méditation intériorisante ;
ni au dehors de cette sphère de manifestation, extériorisation que pratique l’intellect raisonneur en multipliant les hétérogénéités,
mais rigoureusement au CENTRE la partie la plus homogène et universelle, le seul endroit de l’intemporalité de sa propre ipséité,
un autre état spirituel, celui qui fait que l’oeuvrant et l’œuvre se confondent...

Pas du tout, je ne vais pas dénigrer cette magnifique analyse mais au risque de me répéter :
aligner mot sur mot pour en faire des phrases cohérentes nécessite non seulement de connaître parfaitement le sujet :
jusqu'ici bravo !
Mais de plus nécessite de maîtriser la langue française, et tout ceci se fait grâce à l'intellect raisonneur.
Maintenant même si on accorde de bonne grâce que cette citation produite par l'intellect n'est qu'un prélude ou une invite à le quitter,
ça oblige à un furieux exercice de haute voltige pour passer sans transition du texte "au centre de sa sphère de manifestation",
expression qui aura autant d'interprétations qu'il y en a de lecteurs.
Un jour d'été avant celui-ci, j'ai rencontré une sorte de sphère, après une bonne heure d'abandon à mon cristal (Vogel),
je ne vais pas pousser le ridicule jusqu'à affirmer qu'elle est un centre de Dieu sait quoi.
Je n'y ai vu que des couleurs, plein de couleurs en mouvement sans aucun autre message que celui que l'intuition me dictait.
Ceci ne se produit qu'avec ce type de cristal, et flatulences  à la clé, pourquoi ? mystère.
"Celui qui se crée lui-même" est celui qui pense, nous ne sommes pas libres de penser n'importe quoi,
seule la conscience  est libre car elle ne fait qu'observer, et en l'occurrence le cristal est une aide dans la mesure
où il y a accord de fréquences.
Le libre arbitre est tout entier dans le flux continu des pensées, la conscience est à la fois
en amont de ce flux en tant que source et en aval en tant que juge, muet : Je le répéterai jusqu'à n'avoir plus de gosier.
Ce n'est que lorsque le corps est mort que la conscience parle.
Pendant la vie du corps, elle parle aussi mais à travers le filtre du cerveau. Il ne reste que l'intelligence du coeur
qui en reçoit les signaux de la conscience 5 sur 5.
Les coeurs ne communiquent  pas leurs secrets, pour ça ils doivent s'unir en choeur.
Leurs secrets ne font qu'un et se dissolvent dans celui du Créateur.
Il devrait aussi pouvoir y avoir accord entre discours différents au sujet de la conscience.
Les optiques variées ne se contredisent pas nécessairement, les rejeter c'est se gargariser de sa suffisance.
Il n'est possible de parler de la conscience qu'en terme généraux, relatifs à l'univers, en extrapoler à destination d'individus,
si réceptifs soient-ils est  peu susceptible de les faire évoluer.
Si ils ont le sentiment inverse grand bien leur fasse, qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.
Méditer c'est être ivre, c'est vivre, alors pourquoi se saouler de mots morts ?
L'eau dans laquelle traînaient de vieux clous rouillés ne guérissait pas les jeunes filles anémiques,
et toute lecture de "Le bateau ivre" de Rimbaud induit des pensées chaque fois différentes.
Accepter ce langage à destination personnelle c'est avoir peur de son ombre car il y aura toujours un imperceptible décalage
entre la lumière et l'ombre qu'elle projette.
En tant qu'étincelles divines, nous sommes des photons corrélés à la lumière divine.
L'intrication quantique extrapolée à la gnose signifie que Dieu et l'homme se connaissent mutuellement et sont indissociables.
Si Dieu est une sphère dont le centre est partout et la circonférence, nulle part, où se situe le centre de l'homme ?
Gloser sur cette gnose rend l'homme excentré et excentrique, il devient l'ombre d'une ombre.
Il faut jeter un pont entre les anciens textes et ce que la mécanique quantique a à nous dire.
Entre la M.Q. et la Baghavad Gita, outre des siècles, il y a le terme "champ".
Ces deux optiques sont compatibles et se confortent mutuellement :

ARJUNA dit:
"La matière et l'Esprit, autrement dit le Champ et Celui qui connaît le Champ, la Sagesse et ce qui doit être connu,
voilà ce que )e voudràis apprendre, ô Kesllava."
On retrouve là, une fois encore la notion de simulation. Celui qui connaît le champ, le connaît par la conscience,
et le champ lui-même est LA Conscience. La matière est la particule, l'esprit est la fonction d'onde : B, A  BA de la M.Q.
La réduction du paquet d'onde est un concept de la mécanique quantique selon lequel, après une mesure,
un système physique voit son état entièrement réduit à celui qui a été mesuré.
Or c'est exactement ce qui se passe en analysant la conscience par le biais de mots qui la "mesurent" :
nous ne voyons que ce que nous avons  préalablement à toute mesure / parole décidé de voir.
On parle aussi d'effondrement de la fonction d'onde, ce qui, transposé au niveau spirituel n'est autre que l'involution ou chute.

_________________
Oui merci Hastings ! (Hercule Poirot)

enerlibr

Messages : 159
Points : 171
Date d'inscription : 14/06/2016
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Lilbudha le Dim 29 Oct - 2:49

enerlibr a écrit:Ni vertus ni loi de Maat ne nous ferons discerner davantage que ce que la conscience recèle,
ce discernement évoqué à tout propos n'est qu'un décernement de prix à sa majesté l'ego capable de faire parler un muet,
pourvu que ça le fasse mousser.
On y vient mon enerlibr, pas besoin de tourner autant autour du pot.
Surtout que ce sont les mêmes arguments que tu développes en boucle depuis une flopée de messages maintenant.

Il devient de plus en plus clair que ta philosophie vient servir un ego puissamment installé et sa naturelle résistance à la transfiguration.
C'est normal puisque cette transfiguration signifierait sa mort, alors il flippe le bougre, et usurpe ton intellect pour lui faire dire ce qui l'arrange lui. C'est ainsi que ce dernier te fait croire que le discernement est vain et les vertus à ranger dans le rang des antiquités. Et il a de nombreux arguments en ce sens qui paraissent très juste à développer : l'intellect c'est son domaine après tout.
Démonstration magistrale du principe qui veut qu'on peut raisonner juste dans la vérité comme dans l'erreur.

Je comprends alors qu'il t'est impossible de faire ton méa culpa, de réaliser tes erreurs, puisque ta Conscience se condamne, de tes vœux et selon la volonté tienne, à n'être pas en mesure de les voir (manque de discernement), et encore moins à devoir faire les efforts de rectifier le tir (manque de vertus). C'est pourquoi tu préfères détourner les yeux lorsqu'on te présente généreusement tes propres contradictions et que tu les prends pour attaques personnelles et injures. Tout ce qui pourrait éviter à ton ego de devoir coopérer avec ta Conscience dans le sens d'un effort d'épuration est bon à prendre. Tes beaux discours n'ont pour fonction que d'édulcorer cette froide vérité « reptilienne ».

Il est sincèrement dommage, pour toi, que tu ne réalises pas l'asservissement que subie ta Conscience.
Je suis convaincu que si tu utilises l'énergie subtile qu'est l'humilité tu devrais pouvoir t'en sortir.
C'est ce que je te souhaite en tout cas. Smile
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 658
Points : 680
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion d'enerlibr

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum