Petite polémique victor.

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Hermaphrodite le Dim 23 Oct - 2:38

Personnellement, il me semble que le sujet même de l'égalité des droits entre le genre féminin de l'humanité et son genre masculin est en soi un faux débat. Car, comment peut-on mettre sur la même balance ce qui par nature est différent, si ce n'est par les points communs qui pourraient les réunir? d'autant plus que si nous parlons d'égalité de droit, nous devrions aussi parler d'égalité de devoir. Or comment avoir les mêmes devoirs s'ils (homme et femme) n'ont pas les mêmes pouvoirs ?

Il me semble qu'à ce moment, seul l'accord commun préalable pourra les mettre d'accord avec l'objectif commun qui désormais les rassemblera, à savoir la procréation, la perpétuation de l'espèce, et la fusion de leur patrimoine (Biologique, familial, culturel, cultuel, social, intellectuel... Voir spirituel). Cet accord mutuel, pour être simplifié par nos ancêtres a été codifié par le mot... Mariage.

Il me semble qu'il faut admettre que le mouvement féministe est surtout une réaction à la trop longue période de quasi esclavage qu'à subit cette partie de l'humanité. Toutefois, si les réclamations de celles-ci ne tiennent pas compte des pouvoirs liés à leur nature, et des responsabilités qui les accompagnent, ce mouvement finira tôt ou tard par s'auto-détruire, car il finira par réclamé, ce qui par décision de Dame Nature lui a été refusé (et vice versa).

Il me semble, peut-être à tort, que le nœud gordien qu'est ce problème d'IVG, soumis à notre analyse ne pourra véritablement se régler à long terme que si l'on revient aux principes même qui permettent la vie sur notre petite planète. Sans ce retour aux principes, les débats sociétaux de ce genre s'enliseront pour finalement aboutir à un anarchisme caractérisé.

Mais si en plus, du retour aux principes, nous intégrons une vision holistique de la vie (Mental, Astral, Physique), alors il me semble que la décision (hasardeuse pour le profane) de Dame Nature, de permettre qu'une ovule soit fécondé lors d'un rapport sexuel, n'est pas dénuée de Raison.

Du moins, c'est ainsi que je conçois la chose pour le moment...

_________________
Juste de Pensée, Juste de Parole, Juste d'Action, et trop de MÂAT n'est plus MÂAT. La Loi
avatar
Hermaphrodite

Messages : 342
Points : 366
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Setanta le Dim 23 Oct - 14:32

Il me semble mon Hermaphrodite que ta vision reste trop bloquée sur le "terre à terre".

L'égalité des droits, en tant que principes, est clairement définie dans la Déclaration des droits de l'homme(et de la femme) de 1789.


DDHC 1789 a écrit:Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Pour ce qui est des choix de vies (hommes et femmes) comme la procréation, l'IVG et quelques autres choix de vies est une question personnelles et en rapport avec les connaissances de chacun. On ne doit pas empiéter sur leur propre liberté à faire de mauvais choix, même s'il n'est pas interdit de donner son avis et surtout veiller à ce qu'il n’empiètent pas sur les droits des autres.

Distinguer l'égalité de l'égalitarisme est loin d'être une chose simple tant les sujets sont variés et souvent complexes.

Autre remarque quant à cette fameuse "libération de la femme" !... Je crois personnellement à une manipulation de la femme à qui le capitalisme à fait croire qu'elles étaient l'égal de l'homme dans le mauvais sens du terme. Ceci histoire de les mettre au boulot et profiter ainsi d'une main d'oeuvre beaucoup moins chère.
Lorsque l'état et le couple fonctionnait dans le système de la "synarchie" à l'époque de Rama, l'égalité régnait dans la paix et l'harmonie. Autorité et pouvoir, droit et devoir respectés sont les bases de l'égalité du genre humain. Que j'me dis... Wink

Setanta

Messages : 18
Points : 22
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Domino le Dim 23 Oct - 14:56

Mon Setanta, ta position amène d'autres questions:
La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.(DDHC)
Si l'IVG n'est pas une nuisance à autrui il faut considérer que l'enfant à naitre ne fait pas partie d'autrui...
Se pose alors la question de "quand le devient-il?" et dans tous les cas on sort du "choix de vie" que tu évoques pour rentrer sous le coup de la loi qui aborde la liberté. Rolling Eyes
avatar
Domino

Messages : 937
Points : 1027
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Domino le Dim 23 Oct - 15:02

Quant à la procréation que tu mets sur le même plan que l'IVG, il me semble que le choix de procréer ou pas n'entraine aucune nuisance à autrui, c'est donc un choix personnel mais qui s'inscrit parfaitement de mon point de vue dans la loi sur la liberté sans y porter atteinte.
avatar
Domino

Messages : 937
Points : 1027
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Kanzi le Dim 23 Oct - 16:24

Hermaphrodite a écrit:Personnellement, il me semble que le sujet même de l'égalité des droits entre le genre féminin de l'humanité et son genre masculin est en soi un faux débat. Car, comment peut-on mettre sur la même balance ce qui par nature est différent, si ce n'est par les points communs qui pourraient les réunir?

Je ne pense pas que cela soit un faux débat, dans la mesure où lorsqu'une conscience impose sa domination sur autrui, il y a privation de liberté pour autrui. Par exemple concernant le droit : la femme à le droit de vivre, de respirer mais aussi d'avoir sa propre opinion indépendamment de celle de son mari, tout comme elle doit avoir le droit d'étudier et de se cultiver. Tout comme son complémentaire l'homme.
Voilà quelques points communs de droit commun susceptibles de nous réunir. Hors il se trouve -et tu n'est certainement pas sans l'ignorer- que ces droits fondamentaux sont loin d'être respectés dans le monde...et si la question se pose en genre c'est que ces droits touchent essentiellement la femme ou si tu préfères attente à la liberté de Conscience. Le problème n'est pas le genre, c'est le droit ! Donc je pense qu'il nous faut équilibrer la balance.
Le devoir de chacun étant de le préserver ce précieux espace de liberté sans lequel il 'y a plus de possibilité d'évolution mais où cet espace devient un espace d'oppression pour le plus faible.

Et dans ce débat il y a plusieurs niveaux : le droit commun pour tout être qui naît et qui est indépendant du genre et de la race, autant que le devoir qui va de pair, mais aussi l'éthique et le sens moral qui en découle qui est propre à chacun.

Kanzi

Messages : 869
Points : 1007
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : En exil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par nevada le Dim 23 Oct - 20:40

Kanzi a écrit:
nevada a écrit:
Kanzi a écrit:
Tamas a écrit:C’est une opinion personnelle qui peut ne pas être partagée, mais pour ce qui me concerne je suis un farouche partisan pour qu’il y ait l’abolition de la peine de mort en France.

En effet étrange et paradoxal de pouvoir dire que l'on est pour le droit à l'IVG, et contre la peine de mort...ce qui est mon cas...
Le droit de vivre...Doit-on intervenir ?
Doit-on maintenir la vie à tout prix ? Peut-il y avoir des exceptions ? Si oui, comment les déterminer ? Si non, sommes nous tous logés à la même enseigne ? Ce qui est sur c'est que l'enfant qui ne naîtra pas ne pourra nuire à personne...Désolée pour les âmes sensibles.....le but n'étant pas de choquer.

Coucou ma Kanzi,

N'est-ce pas un peu réducteur, mais consolateur, que de penser uniquement au possible mal qu'aurait pu faire l'être qui ne naîtra pas, sans s'interroger sur le possible bien qu'il aurait pu apporter à la conscience de groupe? N'est-ce pas en ce sens adharmique que de se donner la possibilité de prendre une décision quelqu'elle soit pour autrui? Qu'en est il de notre responsabilité, de notre Devoir?

N'est-il pas paradoxal d'être contre la peine de mort, qui présupose des erreurs judiciaires, et pour l'IVG qui ne donne même pas au prévenu l'occasion de montrer ses motivations à vivre?


Ma Nevada,  Pour répondre à ta question je te dirai que ce n'est ni réducteur ni consolateur, c'est une réalité !
Sais-tu seulement d'où vient le vent et ce qu'il porte dans le ventre de la terre ? On ne peut le savoir que lorsque la graine germera...ce qui n'est pas pareil pour celui qui sait ce qu'il sème et qui est aussi en droit d'attendre l'éclosion tant attendu et espérée ce qui ne veux pas dire non plus que l'arbre donnera de bons fruits. A savoir que toutes les graines ne germent pas non plus dans la nature, et que certaines sont condamnée à ne jamais naître dans un milieu climatique inadéquat ou dans une terre pauvre ne contenant pas les éléments permettant son éclosion. Et encore s'il suffisait d'éclore, encore faut-il croître, suffisamment pour que la fleur donne le fruit. Donc dans ce cas et si je me permets de dire cela c'est qu'en effet on ne saura jamais ce dont le vent était porteur, bien que l'on puisse tout imaginer ou supputer sur ce qui aurait pu être ou pas.
Par contre, il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas que les consciences concernées directement par cet acte mais toutes celles qui le sont indirectement et qui le pratiquent et le font pratiquer, ceci dépasse largement le cadre exclusif de la femme ou même du couple, car il ne faudrait pas oublier qu'ils s'inscrivent au sein d'une collectivité avec ses codes, ses lois, ses droits et ses devoirs et surtout aux manquements de ces derniers.

Et si tu veux aller plus loin dans ta réflexion, pourquoi condamner uniquement ceux qui sont concernés directement si une loi l'autorise ? Pourquoi ne pas s'en prendre au système ?

Pour le reste, il ne faut pas tout mélanger et aller trop vite, du reste au cas ou tu ne l'aurais pas remarqué c'est ce que nous tentons déjà de faire ma Nevada sur ce sujet, évoquer la notion de responsabilité qui doit normalement découler du sens du devoir. Qu'on l'assume ou pas, on est responsable. Certains en sont conscients d'autres non. Et ceux qui font les lois sont généralement plus tranquilles avec les ignorants. Nous sommes donc tous concernés et pas seulement les femmes.

Tu as raison ma Kanzi, n'allons pas trop vite..

Oui effectivement pourquoi ne pas s'en prendre au système?

La loi permet à la femme d'interrompre sa grossesse jusqu'à 12 semaines, si cette dernière n'est pas désirée.

Je pense que le problème fondamentale de cette loi, qui se voulait être établie pour l'exception, sans parler de sa légitimité, est sa dérive vers une loi de confort, de droit, et non une loi éthique basée sur un code déontologique dont la morale s'appuyerait sur le devoir de chacun.

En posant l'égalitarisme comme l'égalité, le système nous fait prendre des vessies pour des lanternes et nous impose sa toute puissance.

nevada

Messages : 113
Points : 117
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Setanta le Lun 24 Oct - 9:46

Domino a écrit:Mon Setanta, ta position amène d'autres questions:
La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.(DDHC)
Si l'IVG  n'est pas une nuisance à autrui il faut considérer que l'enfant à naitre ne fait pas partie d'autrui...
Se pose alors la question de "quand le devient-il?" et dans tous les cas on sort du "choix de vie" que tu évoques pour rentrer sous le coup de la loi qui aborde la liberté. Rolling Eyes

L'IVG est toujours une nuisance à autrui mon Domino, notamment pour l'enfant à naître, mais aussi pour la mère. Comme l'a dit notre Tamas qui est "contre la peine de mort", moi je parlerais plutôt "d'assassinat légal". Cette nuisance provient du gouvernement qui autorise ces meurtres en série, ce qui est plus facile que de mettre en place des solutions d'aides et d'accompagnements pour les mères en difficultés.

Quand est ce qu'un acte devient une nuisance ? Dés qu'il porte atteinte à un être vivant, à son droit à la vie et à sa liberté.


Domino a écrit:Quant à la procréation que tu mets sur le même plan que l'IVG, il me semble que le choix de procréer ou pas n'entraine aucune nuisance à autrui, c'est donc un choix personnel mais qui s'inscrit parfaitement de mon point de vue dans la loi sur la liberté sans y porter atteinte.

Je ne mets pas l'IVG et la procréation sur le même plan mon Domino, ce sont des choix de vies parmi des milliers d'autres. La procréation me semble pouvoir devenir une nuisance lorsque les parents sont irresponsables et démissionnent à donner une bonne éducation à leur progéniture, faisant de lui un futur voyou et qui forcément, atteindra tôt ou tard à la liberté des autres. Si la procréation peut être une bonne chose, l'IVG ne l'est quasiment jamais, sauf peut être à sauver la vie de la mère, l'exception confirmant la règle.

Ce qui n'est là qu'un point de vue.

Setanta

Messages : 18
Points : 22
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Domino le Lun 24 Oct - 11:34

Mon Setanta, soit je t'ai mal compris soit c'est toi qui a mal compris mon intervention.
Je vais essayer d'être plus clair.
Tu dis à notre Hermaphrodite que l'égalité des droits en tant que principe est clairement définie dans la DDHC sous cette forme:
DDHC a écrit:
   Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.
Et il faut donc déduire que tout ce qui contrevient à ces principes tombe sous le coup de la loi.
Les choix personnels n'ont donc de limites que celles qui assurent à autrui les même droits.

Un peu plus loin pourtant tu dis
Setanta a écrit:
Pour ce qui est des choix de vies (hommes et femmes) comme la procréation, l'IVG et quelques autres choix de vies est une question personnelles et en rapport avec les connaissances de chacun. On ne doit pas empiéter sur leur propre liberté à faire de mauvais choix, même s'il n'est pas interdit de donner son avis et surtout veiller à ce qu'il n’empiètent pas sur les droits des autres.

Si l'IVG est toujours une nuisance à autrui comme tu le dis dans ton post suivant, alors ce n'est plus un choix personnel (un choix qui serait de l'ordre de la moral mais qui ne contrevient pas à la DDHC où celle-ci ne lui est donc pas opposable). Au contraire de la Procréation qui elle ne contrevient à aucune loi (c'est la responsabilité qui va avec qui pourra être remise en cause, pas l'acte)

Si on ne doit pas empiéter sur la liberté à faire de mauvais choix alors que devient le principe de Justice et à quoi sert la DDHC? Surtout quand ces mauvais choix empiètent sur la liberté d'autrui...  scratch
avatar
Domino

Messages : 937
Points : 1027
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Kanzi le Lun 24 Oct - 22:43

Setanta a écrit:

L'IVG est toujours une nuisance à autrui mon Domino, notamment pour l'enfant à naître, mais aussi pour la mère. Comme l'a dit notre Tamas qui est "contre la peine de mort", moi je parlerais plutôt "d'assassinat légal". Cette nuisance provient du gouvernement qui autorise ces meurtres en série, ce qui est plus facile que de mettre en place des solutions d'aides et d'accompagnements pour les mères en difficultés.

Quand est ce qu'un acte devient une nuisance ? Dés qu'il porte atteinte à un être vivant, à son droit à la vie et à sa liberté.


Je ne mets pas l'IVG et la procréation sur le même plan mon Domino, ce sont des choix de vies parmi des milliers d'autres. La procréation me semble pouvoir devenir une nuisance lorsque les parents sont irresponsables et démissionnent à donner une bonne éducation à leur progéniture, faisant de lui un futur voyou et qui forcément, atteindra tôt ou tard à la liberté des autres. Si la procréation peut être une bonne chose, l'IVG ne l'est quasiment jamais, sauf peut être à sauver la vie de la mère, l'exception confirmant la règle.

Ce qui n'est là qu'un point de vue.

Ceci est un autre point de vue mon Setanta : Tu invoques le crime, certes il est vrai que l'avortement est un acte grave, important et qui quoi qu'il en soit et quelque soit ses motifs, est une peine et un fardeau que porte la personne en son âme et conscience. Mais tu devrais aller encore un peu plus loin dans ton raisonnement, cela ne te choque t'il pas qu'il y ai eut au nom de ce soi-disant crime, d'autres crimes commis sur des personnes ayant pratiqué l'avortement ? A moins que tu penses que ces personnes le méritaient ? Il y a donc des vies qui valent mieux que d'autres ?

Les choix de vies différents se respectent encore faut-il qu'il puisse y avoir le choix. Mais je constate que tu n'es pas juste et même ambigüe, car si tu condamnes l'IVG, tu lui trouves néanmoins des excuses dans le cas ou il faudrait sauver la mère. Tu remarqueras que même pour ce motif là (motif qui te convient pour des raison personnelles de bien et de mal), si tu es cohérent avec toi-même cela reste un meurtre également. Ce qui voudrait dire mon Setanta, qu'il y a des meurtres moins grave que d'autres ? Et pourquoi pas alors toujours pour aller dans ta logique froide, ne pas sacrifier la mère plutôt que l'enfant ? Parce qu'il se peut aussi que le père veuille cet enfant ! Comment résoudre cela ?  

D'autre part, tu as le droit de penser comme cela et je me dois de respecter ton avis même si je pense autrement. Mais je pense fortement, que ce sont des décisions personnelles et intimes qui n'ont pas à être jugées. Sachant que chacun porte le poids de ses erreurs et de son irresponsabilité, et que l'avortement n'est pas un moyen de contraception, qu'il est la conséquence d'une situation souvent dramatique soit par des conditions violentes non voulues (viol, inceste) ou par irresponsabilité.
De plus cette loi vise à protéger également la santé des femmes qui de toutes façon le faisaient pratiquer dans l'ombre avec toutes les conséquences également pour la santé physique mais aussi morales de par les sentences et jugements des bien pensants. Cela à au moins le mérite de mettre à jour ce qui se pratique dans l'ombre et qui se pratiqueraient de toute façon.

Voilà ce que je tenais à souligner et évoquer pour répondre en partie à tes positions morales qui sont loin d'être juste de mon point de vue.

Kanzi

Messages : 869
Points : 1007
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : En exil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Setanta le Lun 24 Oct - 23:36

Domino a écrit:Mon Setanta, soit je t'ai mal compris soit c'est toi qui a mal compris mon intervention.
Je vais essayer d'être plus clair.
Tu dis à notre Hermaphrodite que l'égalité des droits en tant que principe est clairement définie dans la DDHC sous cette forme:
DDHC a écrit:
   Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.
Et il faut donc déduire que tout ce qui contrevient à ces principes tombe sous le coup de la loi.
Les choix personnels n'ont donc de limites que celles qui assurent à autrui les même droits.

Un peu plus loin pourtant tu dis
Setanta a écrit:
Pour ce qui est des choix de vies (hommes et femmes) comme la procréation, l'IVG et quelques autres choix de vies est une question personnelles et en rapport avec les connaissances de chacun. On ne doit pas empiéter sur leur propre liberté à faire de mauvais choix, même s'il n'est pas interdit de donner son avis et surtout veiller à ce qu'il n’empiètent pas sur les droits des autres.

Si l'IVG est toujours une nuisance à autrui comme tu le dis dans ton post suivant, alors ce n'est plus un choix personnel (un choix qui serait de l'ordre de la moral mais qui ne contrevient pas à la DDHC où celle-ci ne lui est donc pas opposable). Au contraire de la Procréation qui elle ne contrevient à aucune loi (c'est la responsabilité qui va avec qui pourra être remise en cause, pas l'acte)

Si on ne doit pas empiéter sur la liberté à faire de mauvais choix alors que devient le principe de Justice et à quoi sert la DDHC? Surtout quand ces mauvais choix empiètent sur la liberté d'autrui...  scratch

Dieu nous a voulu libre mon Domino et cette liberté consiste à faire des choix en fonction de nos propres connaissances. Celui qui est plus avancé sur le chemin de l'évolution peut toujours conseiller celui qui est moins avancé. Reste à ce dernier d'entendre ou non ce conseil.

Puisque l'IVG est autorisée par les lois terrestres, les juges considèrent qu'il n'y a pas de nuisance à autrui. Je trouve sidérant que ces mêmes juges sont outrés lorsqu'un nouveau né est assassiné, alors qu'il s'agit d'une même chose. Le karma sera autant chargé dans un cas comme dans l'autre.

La DDHC de 1789 est un panneau indicateur qui déclare les droits de l'humanité et qui doit permettre à chacun (du moins ceux qui font l'effort) de faire des bons choix. Si la DDHC déclare des droits, ce ne sont pas pour autant des lois mais des principes de lois permettant de faire des lois terrestres justes.
La Justice est d'accepter que d'autres ne veulent pas faire cet effort et accepter aussi qu'il puisse charger leur karma par de mauvais choix et ce, malgré de judicieux conseils. S'ils empiètent sur la liberté des autres, il revient à ces derniers de se servir de la DDHC pour se faire entendre et défendre leurs droits. Voilà mon avis mon Domino.

Heuuu !!! Le verbe juste en vertus est fortement conseillé car les juges n'entendent pas grands choses au choses subtiles telle que la DDHC et préfèrent rester scotchés aux textes de lois terrestres. Amateurs... s'abstenir !

Est ce que cela à répondu quelque peu à tes attentes mon Domino ?

Setanta

Messages : 18
Points : 22
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Hermaphrodite le Mar 25 Oct - 9:06

Kanzi a écrit:
Hermaphrodite a écrit:Personnellement, il me semble que le sujet même de l'égalité des droits entre le genre féminin de l'humanité et son genre masculin est en soi un faux débat. Car, comment peut-on mettre sur la même balance ce qui par nature est différent, si ce n'est par les points communs qui pourraient les réunir?

Je ne pense pas que cela soit un faux débat, dans la mesure où lorsqu'une conscience impose sa domination sur autrui, il y a privation de liberté pour autrui. Par exemple concernant le droit : la femme à le droit de vivre, de respirer mais aussi d'avoir sa propre opinion indépendamment de celle de son mari, tout comme elle doit avoir le droit d'étudier et de se cultiver. Tout comme son complémentaire l'homme.
Voilà quelques points communs de droit commun susceptibles de nous réunir. Hors il se trouve -et tu n'est certainement pas sans l'ignorer- que ces droits fondamentaux sont loin d'être respectés dans le monde...et si la question se pose en genre c'est que ces droits touchent essentiellement la femme ou si tu préfères attente à la liberté de Conscience. Le problème n'est pas le genre, c'est le droit ! Donc je pense qu'il nous faut équilibrer la balance.
Le devoir de chacun étant de le préserver ce précieux espace de liberté sans lequel il 'y a plus de possibilité d'évolution mais où cet espace devient un espace d'oppression pour le plus faible.

Et dans ce débat il y a plusieurs niveaux : le droit commun pour tout être qui naît et qui est indépendant du genre et de la race, autant que le devoir qui va de pair, mais aussi l'éthique et le sens moral qui en découle qui est propre à chacun.

Ma Kanzi,

Je suis d'accord avec toi, sur l'inégalité des droits entre les deux genres pour ce qui relève des points qui leur sont communs, tels que tu l'as relevé plus haut.

Toutefois, il me semble que si le problème n'est pas le genre, mais le droit tel que tu l'indiques, alors je dirai que le problème n'est même pas le droit, mais le système au sein duquel s'est exprimé ce droit, selon que ce système soit patriarcal ou matriarcal.

Il me semble d'ailleurs, que c'est cette distinction qui fit problème (certes dans une toute autre ampleur) au sein même du système Synarchique, avec la révolution d'Irshou.

Ce qui est en haut étant comme ce qui est en bas, cette revendication des femmes à avoir un statut égal à celui des hommes, en gommant les différences liées strictement à leur nature intime, est la pierre d'achoppement qui finira par écraser ce mouvement féministe dans des revendications tel que l'IVG.

L'humanité dans ses deux polarités, pour continuer d'exister a besoin que la complémentarité des pouvoirs de chacune de ses deux parties, soit accompagnées des responsabilités attachées à leurs natures propres. L'homme porte en lui la semence, mais ne peut la mener à maturation ; la femme ne porte pas en elle la semence, mais a le pouvoir de la faire maturer. La Science sans Conscience est donc celle qui aura permis à la femme d'obtenir la semence sans l'intervention de son complémentaire masculin. Tout comme cette même Science sans conscience finira par permettre à l'homme, de mener à maturation sa semence sans l'intervention d'une femme... C'est juste une question de temps.

Pour ce qui est de l'IVG en particulier... Il me semble que le principe même qui voudrait que :
DDHC1789 a écrit: Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme
Ce Principe nous invite même à nous interroger sur ce que c'est que l'Homme... Ou pour mieux m'exprimer, à quel moment la semence du mâle dans le sein de femme, peut-il être considéré comme Homme afin de jouir des droits naturels et Imprescriptibles qui sont les siens ?

De ce qu'il me semble, et ceci conformément à l'approche holistique qui est la nôtre en ses lieux, je pense que dès la rencontre du spermatozoïde et de l'ovule, cet être peut jouir des droits naturels et imprescriptibles qui sont les siens. À moins donc d'avoir la preuve que le Foetus, pourrait lui même par sa progression, attenté à la vie de la femme - qui seule à le pouvoir de faire maturer cette semence - l'IVG, ne sera jamais qu'un assassinat déguisé.

L'éducation nationale, qui pêche par son ignorance et entraine ainsi les citoyens à ignorer le pouvoir propre à chaque complémentaire de l'humanité, a tué la notion de responsabilité attaché à la survie de l'autre complémentaire. L'homme n'existerait plus sans la femme pour maturer sa semence ; la femme finira par disparaitre si elle n'a pas de semence à maturé.

Du moins pour l'instant, c'est le peu que j'entrevois...

_________________
Juste de Pensée, Juste de Parole, Juste d'Action, et trop de MÂAT n'est plus MÂAT. La Loi
avatar
Hermaphrodite

Messages : 342
Points : 366
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Hermaphrodite le Mar 25 Oct - 9:38

Setanta a écrit:Dieu nous a voulu libre mon Domino et cette liberté consiste à faire des choix en fonction de nos propres connaissances. Celui qui est plus avancé sur le chemin de l'évolution peut toujours conseiller celui qui est moins avancé. Reste à ce dernier d'entendre ou non ce conseil.

Puisque l'IVG est autorisée par les lois terrestres, les juges considèrent qu'il n'y a pas de nuisance à autrui. Je trouve sidérant que ces mêmes juges sont outrés lorsqu'un nouveau né est assassiné, alors qu'il s'agit d'une même chose. Le karma sera autant chargé dans un cas comme dans l'autre.

La DDHC de 1789 est un panneau indicateur qui déclare les droits de l'humanité et qui doit permettre à chacun (du moins ceux qui font l'effort) de faire des bons choix. Si la DDHC déclare des droits, ce ne sont pas pour autant des lois mais des principes de lois permettant de faire des lois terrestres justes.
La Justice est d'accepter que d'autres ne veulent pas faire cet effort et accepter aussi qu'il puisse charger leur karma par de mauvais choix et ce, malgré de judicieux conseils. S'ils empiètent sur la liberté des autres, il revient à ces derniers de se servir de la DDHC pour se faire entendre et défendre leurs droits. Voilà mon avis mon Domino.

Heuuu !!! Le verbe juste en vertus est fortement conseillé car les juges n'entendent pas grands choses au choses subtiles telle que la DDHC et préfèrent rester scotchés aux textes de lois terrestres. Amateurs... s'abstenir !

Est ce que cela à répondu quelque peu à tes attentes mon Domino ?

Mon Setanta,

Il me semble que le Divin Créateur nous a voulus libre, mais pas tiède dans la quête de la Justice.
c'est pourquoi je pense que cette petite pensée amusante du Lug, s'accorde parfaitement avec notre cas de figure:

Lug a écrit:Il est parfois des situations où la prise de risque relève de la plus élémentaire prudence.

Voilà plus de 200 ans que ce panneau n'a de cesse d'être seulement indicateur (la DDHC) tel que tu le dis. Mais depuis qu'il indique sans avoir de fervents défenseur, où en somme-nous?

Je suis peut-être de nature un peu chevaleresque me dira-tu mon Setanta, mais je pense que l'attitude attentiste ne sied plus à ce qui devrait être fait, surtout si nous intégrons l'invasion de notre planète par certains et la tentative de manipulation dans le but d'asservir l'humanité. Il me semble que leur tentative d'asservissement passera certainement par l'acceptation des lois scélérates, telles que le droit sexuel pour les enfants à partir de 10 ans en Espagne, l'IVG en France, l'inceste entre frères et soeurs en Allemagne, la zoophilie au Canada... et bien d'autres.

Non mon Setanta, je me trompe peut-être, mais je pense vraiment que cette petite phrase du Nouveau Testament à désormais toute sa place en ce bas monde

Romains 8:19 a écrit:Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu


Fraternellement

_________________
Juste de Pensée, Juste de Parole, Juste d'Action, et trop de MÂAT n'est plus MÂAT. La Loi
avatar
Hermaphrodite

Messages : 342
Points : 366
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Setanta le Mar 25 Oct - 9:42

Kanzi a écrit:
Setanta a écrit:

L'IVG est toujours une nuisance à autrui mon Domino, notamment pour l'enfant à naître, mais aussi pour la mère. Comme l'a dit notre Tamas qui est "contre la peine de mort", moi je parlerais plutôt "d'assassinat légal". Cette nuisance provient du gouvernement qui autorise ces meurtres en série, ce qui est plus facile que de mettre en place des solutions d'aides et d'accompagnements pour les mères en difficultés.

Quand est ce qu'un acte devient une nuisance ? Dés qu'il porte atteinte à un être vivant, à son droit à la vie et à sa liberté.


Je ne mets pas l'IVG et la procréation sur le même plan mon Domino, ce sont des choix de vies parmi des milliers d'autres. La procréation me semble pouvoir devenir une nuisance lorsque les parents sont irresponsables et démissionnent à donner une bonne éducation à leur progéniture, faisant de lui un futur voyou et qui forcément, atteindra tôt ou tard à la liberté des autres. Si la procréation peut être une bonne chose, l'IVG ne l'est quasiment jamais, sauf peut être à sauver la vie de la mère, l'exception confirmant la règle.

Ce qui n'est là qu'un point de vue.

Ceci est un autre point de vue mon Setanta : Tu invoques le crime, certes il est vrai que l'avortement est un acte grave, important et qui quoi qu'il en soit et quelque soit ses motifs, est une peine et un fardeau que porte la personne en son âme et conscience. Mais tu devrais aller encore un peu plus loin dans ton raisonnement, cela ne te choque t'il pas qu'il y ai eut au nom de ce soi-disant crime, d'autres crimes commis sur des personnes ayant pratiqué l'avortement ? A moins que tu penses que ces personnes le méritaient ? Il y a donc des vies qui valent mieux que d'autres ?

Les choix de vies différents se respectent encore faut-il qu'il puisse y avoir le choix. Mais je constate que tu n'es pas juste et même ambigüe, car si tu condamnes l'IVG, tu lui trouves néanmoins des excuses dans le cas ou il faudrait sauver la mère. Tu remarqueras que même pour ce motif là (motif qui te convient pour des raison personnelles de bien et de mal), si tu es cohérent avec toi-même cela reste un meurtre également. Ce qui voudrait dire mon Setanta, qu'il y a des meurtres moins grave que d'autres ? Et pourquoi pas alors toujours pour aller dans ta logique froide, ne pas sacrifier la mère plutôt que l'enfant ? Parce qu'il se peut aussi que le père veuille cet enfant ! Comment résoudre cela ?  

D'autre part, tu as le droit de penser comme cela et je me dois de respecter ton avis même si je pense autrement. Mais je pense fortement, que ce sont des décisions personnelles et intimes qui n'ont pas à être jugées. Sachant que chacun porte le poids de ses erreurs et de son irresponsabilité, et que l'avortement n'est pas un moyen de contraception, qu'il est la conséquence d'une situation souvent dramatique soit par des conditions violentes non voulues (viol, inceste) ou par irresponsabilité.
De plus cette loi vise à protéger également la santé des femmes qui de toutes façon le faisaient pratiquer dans l'ombre avec toutes les conséquences également pour la santé physique mais aussi morales de par les sentences et jugements des bien pensants. Cela à au moins le mérite de mettre à jour ce qui se pratique dans l'ombre et qui se pratiqueraient de toute façon.

Voilà ce que je tenais à souligner et évoquer pour répondre en partie à tes positions morales qui sont loin d'être juste de mon point de vue.

Il est un fait que la vie doit être respectée ma Kanzi, quelle qu'elle soit. Je ne suis pas fermé à une opinion plus sage et n'impose rien. Mon choix repose uniquement sur ce qui me semble le plus sensé.

Que faire alors ma Kanzi ? Laisser la mère et l'enfant mourir en se disant que c'est leur karma ?

S'il faut faire un choix, je me dis que la mère à une expérience de vie et que cette terrible épreuve peut l'amener à grandir, à s'amender ou même encore peut être à rien, mais c'est une chance qui lui est donnée. Dieu ne condamnant jamais in vitae eternam.
Une mère sans son enfant me semble un moindre mal qu'un enfant sans sa mère. Mais je n'impose pas ce choix personnel qui parfois est impossible, une fin d'incarnation n'étant jamais un hasard.

Comme tu le vois, je ne juge ou préjuge de rien. Je cherche la voie du juste milieu.

Il est d'autres questions que l'on peut légitimement se poser. Si l'enfant se présente mal, quelle en est la raison ? Etait-il vraiment destiné à vivre et quel est son propre karma ? Quel est le karma de la mère et du père ? J'ignore toutes ces raisons d'autant qu'elles peuvent être multiple et variées. Dans l'ignorance, je cherche la solution pouvant nuire le moins possible tout en laissant le choix à chacun.

Je ne reviendrais pas sur le massacre des aiguilles à tricoter d'une toute autre période, bien que je me dise quand même que le vice apporte bien des malheurs difficilement surmontables et que la femme pleine de sagesse ne connaît pas. Je ne juge pas ces femmes, c'est davantage de la compassion pour l'horreur qu'elles ont vécu à cause de leur ignorance. Je sens que ça va pas plaire, mais je le dis quand même. Twisted Evil

Setanta

Messages : 18
Points : 22
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Domino le Mar 25 Oct - 12:26

Setanta a écrit:

Dieu nous a voulu libre mon Domino et cette liberté consiste à faire des choix en fonction de nos propres connaissances. Celui qui est plus avancé sur le chemin de l'évolution peut toujours conseiller celui qui est moins avancé. Reste à ce dernier d'entendre ou non ce conseil.

Puisque l'IVG est autorisée par les lois terrestres, les juges considèrent qu'il n'y a pas de nuisance à autrui. Je trouve sidérant que ces mêmes juges sont outrés lorsqu'un nouveau né est assassiné, alors qu'il s'agit d'une même chose. Le karma sera autant chargé dans un cas comme dans l'autre.

La DDHC de 1789 est un panneau indicateur qui déclare les droits de l'humanité et qui doit permettre à chacun (du moins ceux qui font l'effort) de faire des bons choix. Si la DDHC déclare des droits, ce ne sont pas pour autant des lois mais des principes de lois permettant de faire des lois terrestres justes.
La Justice est d'accepter que d'autres ne veulent pas faire cet effort et accepter aussi qu'il puisse charger leur karma par de mauvais choix et ce, malgré de judicieux conseils. S'ils empiètent sur la liberté des autres, il revient à ces derniers de se servir de la DDHC pour se faire entendre et défendre leurs droits. Voilà mon avis mon Domino.

Heuuu !!! Le verbe juste en vertus est fortement conseillé car les juges n'entendent pas grands choses au choses subtiles telle que la DDHC et préfèrent rester scotchés aux textes de lois terrestres. Amateurs... s'abstenir !

Est ce que cela à répondu quelque peu à tes attentes mon Domino ?

Mon Setanta je n'avais pas d'attentes particulières, je ne faisais que soulever ce qui m’apparaît comme une contradiction dans tes propos. Et, toujours de mon point de vue, tu n'apportes pas de réponse à cette contradiction.
Tous les choix sont possibles en effet... même les pires ! Cela ne veut pas dire que tous doivent être autorisés ! Sinon, encore une fois, la DDHC ne sert à rien !
Je n'adhère pas à ta vision de "panneau indicateur". Si la DDHC est juste un panneau indicateur alors rien ne s'oppose aux lois scélérates et il n'y a que des "choix personnels" (anarchie)!
Cette vision n'est-elle pas celle des gouvernements corrompus qui voudraient bien faire oublier que "l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements"?

Je te faisais remarquer que tu introduisais cette idée de "choix personnel" qui échapperait aux principes de la DDHC et particulièrement celui concernant la liberté alors que tous les choix personnels ont des limites, celles de la loi ! (si nous parlons toujours des applications de la DDHC dans la justice humaine)
avatar
Domino

Messages : 937
Points : 1027
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Kanzi le Mar 25 Oct - 13:12

Setanta a écrit:
Il est un fait que la vie doit être respectée ma Kanzi, quelle qu'elle soit. Je ne suis pas fermé à une opinion plus sage et n'impose rien. Mon choix repose uniquement sur ce qui me semble le plus sensé.

Que faire alors ma Kanzi ? Laisser la mère et l'enfant mourir en se disant que c'est leur karma ?

S'il faut faire un choix, je me dis que la mère à une expérience de vie et que cette terrible épreuve peut l'amener à grandir, à s'amender ou même encore peut être à rien, mais c'est une chance qui lui est donnée. Dieu ne condamnant jamais in vitae eternam.
Une mère sans son enfant me semble un moindre mal qu'un enfant sans sa mère. Mais je n'impose pas ce choix personnel qui parfois est impossible, une fin d'incarnation n'étant jamais un hasard.

Comme tu le vois, je ne juge ou préjuge de rien. Je cherche la voie du juste milieu.

Il est d'autres questions que l'on peut légitimement se poser. Si l'enfant se présente mal, quelle en est la raison ? Etait-il vraiment destiné à vivre et quel est son propre karma ? Quel est le karma de la mère et du père ? J'ignore toutes ces raisons d'autant qu'elles peuvent être multiple et variées. Dans l'ignorance, je cherche la solution pouvant nuire le moins possible tout en laissant le choix à chacun.

Je ne reviendrais pas sur le massacre des aiguilles à tricoter d'une toute autre période, bien que je me dise quand même que le vice apporte bien des malheurs difficilement surmontables et que la femme pleine de sagesse ne connaît pas. Je ne juge pas ces femmes, c'est davantage de la compassion pour l'horreur qu'elles ont vécu à cause de leur ignorance. Je sens que ça va pas plaire, mais je le dis quand même. Twisted Evil [/color]

Oui la vie doit être respecté mon Setanta nous sommes bien d'accord. Mais que nous dit la Table d'Emeraude ?

Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Et ce qui est en haut est comme ce qui en bas, pour réaliser les miracles d'une seule chose. a écrit:

Pour nos affaires d'en bas, tu peux remplacer "miracle" par "désastre". Donc tenant compte de ceci, si nous pouvons faire constat de réalité en bas qui sont des effets et montrer du doigt et porter jugement, nous devons pouvoir remonter aux causes afin de les traiter celles du haut qui premièrement ne respectent pas la vie pour ne pas dire que ce sont les causes de toutes les morts à commencer par celle spirituelle et mentale et qui engendrent les égarements, dévoiements et toutes sortes d'atrocités que nous connaissons. Car en supprimant les causes nous supprimons les effets. Et c'est vrai il y a toujours un juste retour des choses, Karma. Il y a pire à mon sens que la mort du corps ce sont les causes qui tuent la Vie dans ce corps et que l'on se doit de respecter avant tout.

Kanzi

Messages : 869
Points : 1007
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : En exil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Setanta le Jeu 27 Oct - 9:56

Domino a écrit:Tous les choix sont possibles en effet... même les pires ! Cela ne veut pas dire que tous doivent être autorisés ! Sinon, encore une fois, la DDHC ne sert à rien !

Encore une fois mon Domino, la DDHC ne sont pas des lois ! Elle ne fait que déclarer les droits imprescriptibles et universels de l'homme. Lorsque le gouvernement corrompu se sert de cette déclaration à son compte pour faire passer des lois absurdes, obsolètes et en violation direct de la DDHC, bien des choix, même les pires deviennent autorisés. L'union européenne, le mariage gai, l'égalitarisme homme-femme menant vicieusement à la théorie du genre... Tout cela devient autorisé par le gouvernement.


Domino a écrit:Je n'adhère pas à ta vision de "panneau indicateur". Si la DDHC est juste un panneau indicateur alors rien ne s'oppose aux lois scélérates et il n'y a que des "choix personnels" (anarchie)!

Du coup on est bien d'accord mon Domino. La DDHC est bien comme un panneau indicateur et que chacun peut interpréter à sa façon. Les citoyens, dans une très large majorité, n'en ont aucune connaissance et c'est pourquoi les gouvernements en usent et en abusent pour faire passer leurs lois scélérates sans que personne ne bronche.


Domino a écrit:Je te faisais remarquer que tu introduisais cette idée de "choix personnel" qui échapperait aux principes de la DDHC et particulièrement celui concernant la liberté alors que tous les choix personnels ont des limites, celles de la loi ! (si nous parlons toujours des applications de la DDHC dans la justice humaine)

L'homme résolument spirituel se basera sur la DDHC pour ses choix personnels et défendre ses droits naturels, sacrés et imprescriptibles. Pour le citoyen lambda, des milliers de lois plus ou moins liberticides lui permettant de faire des choix légaux, même les pires.

Est ce que mon point de vue te paraît un peu plus clair ?

Setanta

Messages : 18
Points : 22
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Lug le Jeu 27 Oct - 10:46

Setanta a écrit:
Encore une fois mon Domino, la DDHC ne sont pas des lois ! Elle ne fait que déclarer les droits imprescriptibles et universels de l'homme. Lorsque le gouvernement corrompu se sert de cette déclaration à son compte pour faire passer des lois absurdes, obsolètes et en violation direct de la DDHC, bien des choix, même les pires deviennent autorisés. L'union européenne, le mariage gai, l'égalitarisme homme-femme menant vicieusement à la théorie du genre... Tout cela devient autorisé par le gouvernement.

Petite rectification, mon Setanta, comme je l'indique dans mon livre : La Dictature à la Française, la DDHC de 1789 est une déclaration, mais figurant en tête de la Constitution elle devient une LOI positive, et pas n'importe laquelle puisque c'est la LOI sur laquelle repose tout le droit constitutionnel et toutes les lois qui en découlent.

Et contrairement à ce que tu nous indiques, les gouvernements corrompus ne se servent pas de cette Déclaration pour faire passer leurs lois scélérates, mais l'occulte volontairement en s'efforçant de noyer la justice, ou ce qu'il en reste, sous une montagne de "loi" imbéciles afin que plus personne ne soit capable d'y retrouver et sa liberté et ses droits Naturels, Sacrés, Inaliénables et Imprescriptibles.

Comme l'aurait dit Montesquieu, la DDHC est en plus l'Esprit des lois, c'est beaucoup plus qu'un simple panneau indicateur.

_________________
Tout est Vrai
avatar
Lug
Admin

Messages : 1166
Points : 1227
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur http://fraternite-hermes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Domino le Jeu 27 Oct - 11:19

Oui mon Setanta je comprends ton point de vue. Mais nous ne partons pas du même angle de vue: Tu te places du côté des choix de chacun plus ou moins alignés sur les valeurs spirituelles que renferment la DDHC.
Mais si chacun peut s'en inspirer dans sa vie quotidienne, la DDHC doit aussi et surtout servir d'appui aux lois du pays. C'est le cas qui nous est présenté ici et c'est là où nous ne parlons plus de la même chose.
Je comprends ta position sur les choix personnels de chacun à ne pas s'appuyer sur des lois scélérates pour justifier de mauvaises actions et j'adhère totalement à ce point de vue.
Mais l'angle de vue sur lequel je me basais et, il me semble, le fond du sujet, était: la loi sur l'ivg est-elle conforme à la DDHC?
avatar
Domino

Messages : 937
Points : 1027
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Kanzi le Jeu 27 Oct - 20:14

sensdelavie.com a écrit:Pour des raisons évidentes de besoin d'efficacité, tous les pouvoirs temporels: tels que les églises, les états, les partis politiques, les sciences, la médecine, et même les grandes entreprises, tendent à s'instaurer en sectes. En effet, une organisation qui exploite et/ou prend de l'argent à ses membres doit - dans le but d'y parvenir plus aisément, et pour ne pas s'encombrer d'obstacles inutiles - leur ôter toute initiative personnelle et tout esprit critique, en faire des serfs-veaux. La façon la plus simple d'y parvenir étant de les conditionner à une façon unique de penser, et quand cela est possible de la leur imposer.

Je pense qu'on est bien dans le sujet par ces considérations.

Kanzi

Messages : 869
Points : 1007
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : En exil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Setanta le Ven 28 Oct - 10:01

Merci mon Lug, je prends note de ta petite rectification en tentant de l'assimiler au mieux. Wink

-----------------

Ok mon Domino, L'IVG est conforme à la DDHC puisque chaque citoyen est son propre souverain "et que nul corps nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément". L'exception confirmant la règle, il faut parfois mettre fin à une vie pour en sauver une autre.

Mais l'IVG n'est pas conforme à la DDHC si c'est une IVG de confort. Du coup, nos lois sur l'IVG ne sont donc pas conforme à la DDHC.

Voilà en résumé quoi que ce que je pense mon Domino ! Wink

Setanta

Messages : 18
Points : 22
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Tamas le Ven 28 Oct - 10:43

Setanta a écrit:Merci mon Lug, je prends note de ta petite rectification en tentant de l'assimiler au mieux. Wink

-----------------

Ok mon Domino, L'IVG est conforme à la DDHC puisque chaque citoyen est son propre souverain "et que nul corps nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément". L'exception confirmant la règle, il faut parfois mettre fin à une vie pour en sauver une autre.

Mais l'IVG n'est pas conforme à la DDHC si c'est une IVG de confort. Du coup, nos lois sur l'IVG ne sont donc pas conforme à la DDHC.

Voilà en résumé quoi que ce que je pense mon Domino ! Wink

Il est peut-être son propre souverain, le Setanta, pour ce qui le concerne, mais toujours dans les limites de la souveraineté d’autrui et de la non-nuisance. La victime de l’IVG étant nécessairement autrui.

Quant à l’autorité qui vient s’exercer sur le CORPS SOCIAL, elle n’émane que de la souveraineté du PEUPLE, pas du seul clampin du coin.

Non seulement la loi sur l’IVG est contraire à celle qui supprime la peine de mort dans ce Pays, mais elle est contraire à la DDHC, qui, elle, est Naturel, Sacré, Inaliénable et Imprescriptible, sans exception qui confirmerait la règle.

Tamas

Messages : 104
Points : 106
Date d'inscription : 14/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Hermaphrodite le Ven 28 Oct - 10:51

Sous un autre angle de vu, d'autres conséquences peuvent être dégagés de l'IVG, le petit texte ci-dessous met en exergue cet autre aspect très peu connu du grand public...

Kafui Ekue a écrit:LE VIDE PHILOSOPHIQUE DANS NOS TRADITIONS :
les cas du Mariage, des Relations intimes et de la Virginité

J'ai toujours dit qu'il ne fallait pas sous-estimer nos ancêtres dans leur génie et intelligence, car toutes leurs règles avaient du bon sens.
Que, que ce soit sur la polygamie, ce que nous appelons à tort polythéisme mais qui est plutôt un déisme à travers l'esprit du Vodu qui est un principe spirituel et non une religion..., ou encore sur bien d'autres sujet, il y a un problème récurrent ; nous n'avons que des ersatz, des restes, des bribes de nos cultures, de nos traditions et pratiques.
Nous avons des concepts des principes mais le fond et la philosophie de ces traditions, pratiques et coutumes nous font défaut.
Et pour cause, il y a eu dans notre histoire ce que je nomme le grand cataclysme que fut notre rencontre avec le monde indo-européen. Cette rencontre a détruit les sens, la philosophie et les contenus doctrinaux de nos cultures.
Il faut savoir que dans les principes de transmission de savoirs, de cultures et du pouvoir spirituel il y a toujours eu les rites initiatiques normaux, et des rites d'exception.
Les rites normaux prennent du temps et font faire un parcours à l'impétrant sans rien laisser au hasard. Ce dernier a donc toute la mesure de ce qui lui est transmis et ainsi il peut lui-même en faisant d'autres découvertes, dans le sens du progrès être arrimé à une base philosophique ; à une matrice qui justifie et explique.
Les rites d'exception sont des raccourcis où on transmet l'essentiel qui sert à l'action sans entrer dans les détails philosophiques et doctrinaux. Ce qui entraîne des lacunes pour l'impétrant ; mais c'est l'urgence de la situation et la nécessité d'une action imminente et urgente qui conduisent à cette exception.
On transmet donc des savoirs et leurs usages sans édifier ni éduquer l'impétrant à certaines valeurs, dans l'espoir qu'une fois l'urgence passée et la question réglée l'impétrant subira les rites nécessaires pour satisfaire aux rites normaux.

Pour comprendre ce propos, il faut s'éloigner de l'image idyllique qui ressort du récit indo-européen, de notre rencontre avec leur monde, où il nous est raconté qu'ils sont venus faire œuvre de civilisation. La bonne lecture nous oblige à voir la réalité de la guerre qui était leur objectif premier, une guerre sournoise de domination et de destruction de notre monde, qui continue.
C'est dans ce cadre que beaucoup de nos traditions ont été perdues ; car il a fallu transmettre par des procédures d'urgences beaucoup de pratiques culturelles, spirituelles qui étaient des armes de défenses et de protections de nos sociétés.

La victoire n'ayant jamais été au rendez-vous il n'a pas été possible de restaurer l'orthodoxie et compléter les rites par transmission des valeurs philosophiques et doctrinales. C'est ainsi que bien de gens se sont retrouvés en possession de pratiques dont ils ne maîtrisaient pas les contours, excepté l’utilisation qui leur avait été demandé d'en faire et que justifiait la situation du moment et l'urgence de la transmission.
A raison d'ailleurs le premier chantier qui fut ouvert par les impérialistes-esclavagistes indo-européens fut celui de la destruction de nos lieux de cultes, l'exil des grands mystiques si ce n'est purement leur assassinat, la destruction de nos statuaires et symboles, dont un grand nombre a fait l'objet d'un voyage sans retour, qui les a conduit à être aujourd'hui exposé au musée du quai Branly.
Nous devons donc aujourd'hui nous atteler à restaurer d'un point de vue philosophique et doctrinal nos traditions. Un vaste chantier dont on ne peut faire l'économie.

La question de la virginité, des relations intimes et du Mariage peut à juste titre être un exemple qui montre la destruction, l’appauvrissement culturel, sociétal et spirituel qui est la nôtre.
Nous fustigeons aujourd'hui la règle traditionnelle d'une virginité des époux au moment du mariage. Cette virginité on l'a suppose à tort imposée seulement aux femmes. Mais en y réfléchissant, elle touche les hommes car en dehors du viol, des deux, femme et homme, seule la volonté de la première permet l'accomplissement de rapports intimes tout comme seule la décision d'une femme autorise un homme à l'approcher et à l'épouser.
C'est donc la femme qui est le personnage central tout puissant au cœur des relations humaines dans la société africaine. Ce qui bât en brèche les inepties féministes héritées de l'occident qui ne fait que pourrir notre monde et nos cultures.
La principe de la virginité a été comme bien d'autres phénomènes, expliqué par des théories africanistes, venant de soi-disants spécialistes indo-européens de l'Afrique et de ses cultures, basées sur une vision machiste, incongrue et oiseuse.
Aujourd'hui force est de constater à partir d'une étude scientifique que la raison de ce principe se situerait ailleurs dans une politique sanitaire.

Une études scientifique vient de démontrer qu’une assez forte minorité de femmes ont des séquences d’ADN spécifiques du chromosome Y dans le sang. Ce chromosome Y est exclusivement masculin. Se pose alors la question de leur origine.
On sait que la grossesse d’un foetus masculin, entraîne chez la femme l'existence dans son flux sanguin des cellules de son fœtus et donc des traces de ce chromosome Y jusqu’à la fin de ses jours, même s’il y a eu une interruption de grossesse ou une fausse couche. Ce phénomène s’appelle le microchimérisme et explique l'état des choses pour les femmes ayant été déjà enceinte d'un garçon.

Qu'en est-il des femmes qui n’ont jamais été enceinte et jamais eu d'enfant quant à la présence de ce chromosome Y dans leur sang?
Les résultats de l’étude qui a été menée par des immunologues au Fred Hutchinson Caner Center en 2004 montrent que sur les 120 femmes de l'étude qui n’avaient jamais eu de fils, 21% avaient de l’ADN masculin.
Les femmes de l’étude ont été réparties dans quatre groupes en fonction des antécédents de grossesse: Le groupe A avait seulement des filles, le groupe B ne comprenait des femmes ayant eu une ou plusieurs fausses couches, le groupe C comprenait les femmes ayant avorté, et le groupe D les femmes qui n’avaient jamais été enceintes.
L'existence du chromosome Y avait les niveaux plus élevés chez les femmes du groupe C :
Groupe A (8%), Groupe B (22%), Groupe C (57%), et Groupe D (10%).
Une des conclusions est que les causes possibles de ce phénomène de transmission sont les grossesses connues, les fausses couches, ou les rapports intimes.
Cela veut dire que par les rapports intimes, il existe une possibilité pour les femmes de retenir de l’ADN et des gènes mâles au sein de leurs organes et de leur flux sanguin tout au long de leur vie!
Cela veut dire que nonobstant la question de la nature spirituelle des rapports intimes, avec les questions de flux d'énergie et de transmission spirituelle qui peuvent en découler et dont on disserte, il y a aussi d'un point de vue biologique et organique, et au-delà de la question des MST, la possibilité de transmettre ses gènes à une femme avec qui on a eu des rapports intimes ; et que ces gênes puissent ultérieurement être transmis à un enfant qu'elle aurait avec avec un autre homme.
C'est dire qu'il est possible qu'un enfant dont on n'est pas biologiquement le père puisse se retrouver avec vos gènes et même vous ressembler.

Certains sceptiques diront que nos ancêtres ne pouvaient pas savoir cela puisqu'il s'agit d'une étude récente donc d'une découverte récente. Je rappellerai juste que la chirurgie du crane se pratiquait longtemps en Afrique dans nos sociétés traditionnelles avant que la médecine occidentale ne s'y risque...

Je pense pour ma part que l'exigence de la virginité au mariage avait donc pour fondement d'éluder ce risque de transmission accidentelle, et que pour autant cela n'interdisait pas les relations intimes avant mariage si les deux amants avaient fait vœu de mariage et que des fiançailles en fonction des us et coutumes d'engagement avaient été faits

_________________
Juste de Pensée, Juste de Parole, Juste d'Action, et trop de MÂAT n'est plus MÂAT. La Loi
avatar
Hermaphrodite

Messages : 342
Points : 366
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Domino le Ven 28 Oct - 13:02

Setanta a écrit:
Ok mon Domino, L'IVG est conforme à la DDHC puisque chaque citoyen est son propre souverain "et que nul corps nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément". L'exception confirmant la règle, il faut parfois mettre fin à une vie pour en sauver une autre.
N'est-ce pas plutôt dans la Nation que réside le principe de toute souveraineté?
Ce que je comprends comme l'utilité commune prime sur l'intérêt particulier.
Dire que chaque citoyen est son propre souverain ça revient à prendre l'anarchie pour modèle.
Il est constatable que tous les citoyens ne sont pas leur propre souverain, sinon pourquoi se précipiteraient-ils dans les urnes pour voter pour quelqu'un qui agit contre leurs intérêts et ceux du groupe (Nation).
C'est justement parce que tout le monde n'est pas souverain que le groupe doit pallier aux lacunes des plus faibles par des valeurs qui les dépassent, qui servent de cadre à leur épanouissement, et les protègent, suivant le Principe de Fraternité.
Enfin c'est comme ça que je vois les choses.
avatar
Domino

Messages : 937
Points : 1027
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par fred2 le Sam 5 Nov - 14:30

Tamas a écrit:
fred2 a écrit:
Tamas a écrit:Les lois humaines sont comme les vérités relatives, elles existent, mais n’ont pas pour autant toutes les mêmes valeurs.

Tu dis que l’IVG est juste parce qu’elle a une base légale, mais sais-tu que parmi toutes les lois un nombre incroyable peuvent légitimement être considérées comme rien de moins que des lois scélérates, parfaitement illégales selon les principes légaux supérieurs, c’est-à-dire selon des lois qui ne peuvent pas être ni modifiées ni aliénées par aucune autre loi...
Tu m'as lu d'une fesse distraite mon Tamas, quand je dis:
fred a écrit:Bien qu'il soit juste (légal) pour la femme, aux yeux de la loi des hommes, de procéder à une IVG, conformément à son droit à la libre disposition de son corps, en est-il tout autant aux yeux de la Loi Divine?
Je fais bien la distinction de ce qui est juste aux yeux de la loi (relative, sans majuscule) des hommes avec la Loi Divine (absolue).

En tout cas merci de pallier grandement  à mon ignorance au travers de ton post et de me faire remarquer qu'avant de s'attaquer bêtement à un ouvrage, faudrait peut-être commencer par le comprendre! Embarassed

Non seulement je ne t’ai pas lu d’une fesse distraite, le fred2, mais il est manifeste que tu n’as utilisé que deux ou trois vieux neurones pour tenter d’assimiler mon propos peut-être trop richement argumenté pour ton actuelle capacité d’analyse subtile.

Je ne te parle pas de justice divine, car dans le cas du sujet sur lequel nous travaillons elle ne me semble pas encore de mise d'être aborée alors que manifestement nous n’avons pas encore fait le tour des lois humanoïdes. Avant que de prétendre être capable de faire le plus, démontrons que nous maîtrisons à minima la pratique du moins.

j’intervenais sur ton manque de discernement entre ce que tu qualifies très témérairement de «juste et (légal)» même aux yeux des hommes, sans tenir compte des contradictions que renferment les «lois des hommes», et des conséquences que cela implique...

Il me semble que ton approche juridique très superficielle méritait d’être enrichie pour te permettre d’être un peu moins catégorique dans tes affirmations sans grand fondement, afin que tu puisses parvenir à une pensée un peu mon rustique que celle qui est la tienne, pour le moment, par manque de connaissance et de maîtrise du droit. Manque de maîtrise qui t'a égaré au point de te laisser croire que j’ai pu manqué de rigueur et de précision révélatrices d’une distraction de ma part, et qui n’est que le jouet de ta vision manquant singulièrement de rectitude.

Ceci étant, je ne cherche pas à te convaincre de quoi que ce soit, mais juste à t’indiquer que si tu ne respectes pas l’interlocuteur bénévole que je suis, soucieux de te rendre service, ne compte plus sur moi pour venir te permettre de faire un petit numéro de gesticulateur inconséquent et frivole en diable, si tu devais poursuivre sur ce mode ironique et désinvolte.

Reçu fort et clair  mon Tamas.
Tu as su remettre à sa place ce qui naturellement n'appartient pas ici. Je m'excuse auprès de toutes et tous pour m'être laissé embarqur sur la tonalité du forum humour.

fred2

Messages : 154
Points : 164
Date d'inscription : 28/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Kanzi le Sam 5 Nov - 17:20

nevada a écrit:

Tu as raison ma Kanzi, n'allons pas trop vite..

Oui effectivement pourquoi ne pas s'en prendre au système?

La loi permet à la femme d'interrompre sa grossesse jusqu'à 12 semaines, si cette dernière n'est pas désirée.

Je pense que le problème fondamentale de cette loi, qui se voulait être établie pour l'exception, sans parler de sa légitimité, est sa dérive vers une loi de confort, de droit, et non une loi éthique basée sur un code déontologique dont la morale s'appuyerait sur le devoir de chacun.

En posant l'égalitarisme comme l'égalité, le système nous fait prendre des vessies pour des lanternes et nous impose sa toute puissance.

Oui ma nevada, c'est pourquoi tout commence par une véritable éducation...En tant que femme nous pouvons apprendre à nos enfants (fille et garçon y compris) le respect de leur corps et le respect tout court de tout ce qui vit.
La vie occidentale moderne est assez violente, mais on n'a rien sans mérite....Toi + moi + nous.....

Kanzi

Messages : 869
Points : 1007
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : En exil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite polémique victor.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum