L'élève et le Maitre

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Domino le Sam 19 Nov - 18:31

Maître, voudrais-tu dire qu'il est possible d'avoir la Foi, sans même être obligé de passer par l'intermédiaire d'une Religion ?
Comme je te l'ai dit la Foi ne se développe pas automatiquement et sans que la conscience soit passée par différents stades d'évolution qui permettront son activation.
Durant ces différentes étapes la conscience dont le discernement n'est pas encore développé peut ressentir le besoin de s'appuyer sur des ébauches de vie spirituelle que lui présentent les différentes religions, qui paraissent acceptables pour sa raison et constituent l'objet de sa foi.
Mais la Vérité n'a pas besoin d'intermédiaires pour être et quelles que soient les vérités relatives transmises et leur mode de transmission, elle pourront toujours être dépassées par la Foi.
avatar
Domino

Messages : 944
Points : 1036
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Lilbudha le Mer 7 Déc - 16:23

Maître, mais alors à quoi peuvent bien servir ces Religions, si aucune ne peut prétendre rivaliser avec la Vérité ?
Les Religions n'ont pas aucun intérêt comme tu sembles le penser.

Nous avons déjà évoqué un premier intérêt lors de nos précédents échanges, celui de mettre le profane sur la piste de l'initiation. Bien que l'initiation ne pourra se faire qu'au delà de la religion, la religion sera la première approche du profane en ce qui concerne le développement de son corps spirituel. Ici la religion joue le rôle de petites roulettes comme on en trouve sur les vélos pour enfants. Une fois que l'enfant a appris à faire du vélo avec les petites roulettes, il lui faut apprendre à se passer de cette aide pour trouver lui-même son équilibre sans l'assistance de ces roues.

Le second intérêt de la Religion consiste à maintenir les masses en respect, elle insuffle une morale qui permet à chacun d'avoir une ébauche d'éthique. Ainsi la religion est sensée préserver l'Humanité d'elle même, de ses propres bassesses et de ses propres errances en indiquant une ligne de conduite, même sommaire, au plus grand nombre. Par effet d'imprégnation et de diffusion au sein de la société ces limites parviennent même à ceux qui n'adhèrent pas forcément à ces religions, garantissant ainsi une forme de cohésion sociale, libre à chacun de s'en affranchir ou non.

Un autre intérêt que nous pouvons donner aux Religions est celui que leur confère leur longévité qui leur permet de jouer le rôle du gardien du temps (historien) lorsqu'elles ne tentent pas de s'approprier l'histoire à leur compte comme le pratique régulièrement le catholicisme. Ce rôle permet à l'Humanité de consulter ses propres archives et son histoire afin de ne pas réitérer les erreurs passées, si telle est sa volonté. À ce titre, les védas de l'Hindouïsme sont une réelle source de richesse pour ceux qui s'intéressent à l'histoire de l'humanité.

Enfin, sache que les religions c'est un peu comme les couleurs de l'arc-en-ciel, prise dans leur ipséité les couleur ont un intérêt limité pour le peintre, mais prise dans leur ensemble, les couleurs permettent à celui-ci de retranscrire avec plus de précision ce qui EST, ici : La Vérité, selon les différents regards que l'être humain a apposé sur ce délicat sujet qu'est la spiritualité.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 630
Points : 650
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Lug le Lun 12 Déc - 11:27

.
.

Nous parfîmes 500, et en arrivant au port nous nous vîmes tout seul pour constater l’essoufflement des randonneurs aux petits pieds laissés tout au long du chemin...

Cela me semble indiquer qu’il est temps que l’élève commence à la fermer, et que le Maître sagement se taise.
king

_________________
Tout est Vrai
avatar
Lug
Admin

Messages : 1177
Points : 1238
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur http://fraternite-hermes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Nurash le Lun 12 Déc - 11:41

Lug a écrit:.
.

Nous parfîmes 500, et en arrivant au port nous nous vîmes tout seul pour constater l’essoufflement des randonneurs aux petits pieds laissés tout au long du chemin...

Cela me semble indiquer qu’il est temps que l’élève commence à la fermer, et que le Maître sagement se taise.
king

Merci pour le chemin fait jusqu'à présent en tout cas ! Je pense que nous sommes nombreux à avoir encore énormément a apprendre et à intégrer des dialogues passé entre l'élève et le maître.

Nurash

Messages : 298
Points : 330
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Lilbudha le Lun 12 Déc - 12:41

Mon Lug, il est clair qu'il y a moins d'intervenants maintenant pour donner des réponses à l'élève qu'au commencement du dialogue. Cependant, cela fait bien plusieurs mis que le même nombre d'intervenant varie entre un, deux, voire quatre suivant les questions laissés par "l'élève" et le temps que lui accorde les "maîtres". Ceci étant dit je ne saisis pas bien pourquoi cet état de fait serait plus problématique aujourd'hui qu'hier ? Smile

Quoiqu'il en soit, je vous remercie, notre Tamas et toi-même, pour ce temps investi pour nous, membres de la Fraternité et pour les visiteurs du site de l'académie d'Hermès.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 630
Points : 650
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Domino le Lun 12 Déc - 15:09

je me joins à mes camarades pour vous remercier tous les deux
avatar
Domino

Messages : 944
Points : 1036
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Kanzi le Lun 12 Déc - 16:50

Lilbudha a écrit:Mon Lug, il est clair qu'il y a moins d'intervenants maintenant pour donner des réponses à l'élève qu'au commencement du dialogue. Cependant, cela fait bien plusieurs mis que le même nombre d'intervenant varie entre un, deux, voire quatre suivant les questions laissés par "l'élève" et le temps que lui accorde les "maîtres". Ceci étant dit je ne saisis pas bien pourquoi cet état de fait serait plus problématique aujourd'hui qu'hier ? Smile

Quoiqu'il en soit, je vous remercie, notre Tamas et toi-même, pour ce temps investi pour nous, membres de la Fraternité et pour les visiteurs du site de l'académie d'Hermès.

Peut-être mon Lilbudha parce qu'il en va comme des cycles....début apogée fin....mais je ne voudrais pas répondre en lieu et place...

Lug a écrit:ous parfîmes 500, et en arrivant au port nous nous vîmes tout seul pour constater l’essoufflement des randonneurs aux petits pieds laissés tout au long du chemin...

Cela me semble indiquer qu’il est temps que l’élève commence à la fermer, et que le Maître sagement se taise. king

Mon Lug,

Ne serait-il pas possible que l'élève ait lui aussi une phase de silence parce que les réponses du Maître peuvent lui insuffler de descendre plus avant dans la recherche, la compréhension du monde et de lui-même ?
Mais le Maître est toujours plus sage que l'élève.....


Kanzi

Messages : 846
Points : 982
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : En exil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par modeste le Mar 13 Déc - 9:06

Peut être que chacun a des « hauts et des bas »
fatigues, interrogations, replis sur soi-même...,
et que ces temps ne sont pas syncro pour tout le monde ;
Ce qui expliquerait les participations alternatives des uns et des autres…
Mais tant qu’il y en a un pour entretenir la flamme,
Y a de l’espoir…
avatar
modeste

Messages : 534
Points : 564
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par modeste le Jeu 12 Jan - 11:05

Dialogue 15 les religions  5
Maître, puisqu'il n'y a pas de Religion qui soit parfaite, ne faut-il pas systématiquement les rejeter ?
Les religions ne naissent pas et ne se développent pas par hasard,
elles sont le reflet du niveau d’évolution d’une nation à un moment donné
et un point de passage obligé pour chacun des membre de cette nation qu’elles sont censés amener sur le chemin de la spiritualité.
Mais se croyant à tors détentrice de La Vérité Immuable,
elles essayent de s’ériger elle-même en entité immuable, et deviennent des égrégores,
bridant alors l’évolution des leurs membres et tombant dans l’effet inverse pour lequel elles ont été créées.
Mais une fois qu’une conscience a extrait et assimilé ces bribes de vérité spirituelle qu’elle contient,
la religion concerné devient vite un fardeau dont elle ne doit pas hésiter à se libérer.
Cette religion se retrouve tôt ou tard dépassée par l’évolution de ses membres,
d’où la désertification des lieux de culte…et l’oubli dans lequel elle finit par sombrer.

Pour une conscience qui a atteint un certain niveau d’évolution,
les religions ne sont ni à rejeter ni à garder,
mais à considérer pour ce qu’elles sont, des doctrines obsolètes, possédant pour les meilleures des bribes de vérité,
ayant contribuée en leur temps à l’élévation du niveau spirituel de l’ensemble,
et pouvant encore aider certains retardataires à se placer sur ce chemin de la spiritualité.
avatar
modeste

Messages : 534
Points : 564
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Nurash le Jeu 12 Jan - 12:13

Maître, puisqu'il n'y a pas de Religion qui soit parfaite, ne faut-il pas systématiquement les rejeter ?
Selon ce principe, faut-il rejeter tout ce qui est imparfait ?
Cette pensée me semble manquer tangiblement de Tolérance.
Sur le chemin de l'évolution de nombreuses étapes se succèdent. L'une d'entre elles est le fait de sortir du matérialisme tout en restant dans une forme de pensée commune. Cette étape est servie par les religion qui fournissent une ouverture et un premier pas dans le domaine de l'ouverture à la conscience spirituelle.
Si tu te sens aptes à cheminer sans le concours d'une religion, en ayant confiance en ta boussole interne, tant mieux pour toi. D'une certaine manière, la relation que nous partageons n'est-elle pas une forme de religion individuelle ?
Beaucoup d'esprits libres trouvent l'application des Principes Providentiels sans le concours d'une Religion. D'autres encore se trouveront inspirés par la lumière présente dans les saintes écritures sans qu'il leur soit nécessaire de participer au dogme.

Nurash

Messages : 298
Points : 330
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Petitruc le Ven 13 Jan - 13:59

Maître, puisqu'il n'y a pas de Religion qui soit parfaite, ne faut-il pas systématiquement les rejeter ?

« Il n’y a pas de religion supérieure à la Vérité »

Partant de là, ce que tu sembles ne pas avoir compris, c’est que dans ta Quête, selon ton niveau d’évolution, tu auras différents chemins qui se présenteront à toi, également différentes auberges qui te permettront de reprendre ton souffle et te proposeront de quoi reprendre des forces pour continuer le pèlerinage. Ce serait un manque de bon sens et de discernement que de préconiser à tous le refus de tous ces services sans prendre en compte les besoins de chacun.
Cependant je t’avertis de prendre garde à la malveillance de beaucoup qui la pratiquent par profits, et dont il est fort judicieux de se questionner sur la vraie nature de leur service.
Beaucoup se damneront à attester que la Vérité se trouvent entre leurs mains et qu’il n’y a pas de raison de reprendre chemin. Si donc tu te fais leurrer, malheur à toi, car tu te condamnes à errer dans un cul-de-sac. N’oublie jamais que tu as toujours la possibilité, si ce n’est l’obligeance, de reprendre ta route, car la marche et l’effort sont le seul moyen de tendre vers ce que tu veux, si tu le veux vraiment.

A cela j’ajouterai que la puissance d’une vérité plus intemporelle, ne s’obtient pas par le rejet de ce qui lui est inférieur, temporel. Elle en est la synthèse, c’est à dire qu’elle les englobe, les a incorporé par un mélange subtile rendu possible par un savoir-faire incontournable et en ressort une concoction élégante et savante, dont la caractéristique principale sera d’être supérieure à la somme de ses ingrédients.

Si tu es sincère sur ta quête de la Vérité, parfaite et absolue qu’elle est, tu vas devoir incontournablement rencontrer diverses formes de vérités relatives. Le principe des religions en est une, et chaque Religion possède une parcelle de Vérité plus ou moins grande. La rejeter totalement, c’est rejeter cet infime particule de Vérité et c’est se fermer à la possibilité de découvrir ce qui lui est supérieur. Un bon gâteau peut être parfaitement mangeable et rien de plus, ou alors on peut y trouver l’ingrédient magique, le coup de main sublime, la technique prodigieuse lors de la concotion, et il n’aura plus rien à voir avec le précédent. Et rien ne t’obligera à manger des deux gâteaux, alors que l’un est délicieux et l’autre devenu insipide. Sache que l'un est contenu dans l’autre.

L’alchimiste est hermétique à ses désirs, passions et émotions, à l’appât du vice, de l’ignorance. L’hermétiste est impénétrable mais pas sourd.

Petitruc

Messages : 447
Points : 477
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Lilbudha le Dim 15 Jan - 18:27

Maître, puisqu'il n'y a pas de Religion qui soit parfaite, ne faut-il pas systématiquement les rejeter ?
Je pense que tu as déjà plusieurs éléments de réponses dans nos échanges précédents. Il ne s'agit jamais de rejeter "systématiquement" quoi que ce soit, puisque ce systématisme exclu la notion de discernement et donc de libre arbitre.

De plus, dans le monde des hommes où nous vivons, rien n'est parfait. Les rares perfections que l'on rencontre, comme dans le geste juste du sportif ou d'une œuvre qui paraît sans défaut, sont des perfections relatives, et jamais absolues. En un sens une Religion, malgré ses défauts, peut parfaitement convenir à un homme relativement à son actuelle état d'évolution. Une fois qu'il aura lui même évolué il pourra constater des défauts qu'il ne voyait pas auparavant et s'affranchir ensuite de la Religion, pour se consacrer à la spiritualité.

Toutes les religions ont pour moelle épinière, la spiritualité. C'est la lune que désigne par son doigt le sage. Si certains ont une vie spirituelle suffisamment développé pour s'affranchir des religions, le doigt du sage, cela ne veut pas dire que les religions, avec leurs nombreuses carences, n'ont pas leur rôle à jouer dans l'ouverture de certaines Consciences qui n'ont pas encore développé leur vie spirituelle. En cela, les religions ne sont pas à exclure systématiquement.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 630
Points : 650
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Kanzi le Jeu 19 Jan - 12:51

Académie d'Hermès - Dialogue n°15 - la bonne Foi et la Raison, la Religion a écrit:

Maître, puisqu'il n'y a pas de Religion qui soit parfaite, ne faut-il pas systématiquement les rejeter ?


Ce serait là faire preuve d'un manque subtil de discernement, et d'un manichéisme primitif et régressif de même nature que celui qui accable nombre de Religions. Ce n'est pas parce qu'une Religion comporte des aspects négatifs - bien souvent apportés non par leurs Pairs fondateurs, mais par ceux qui leur ont succédé en s'arrogeant des pouvoirs, qu'ils n'avaient pas, d'interpréter partialement les enseignements d'origine, et surtout en faisant preuve d'une ignorance qui ne leur permettait plus de décrypter toute la subtilité hermétique que contiennent les enseignements originaux, issus de la Sagesse immémoriale,  et qui ont fini par en profaner la pureté, le sens Cachant, la simplicité et ce qui en faisait l'universalité -, que cette Religion ne comporte pas de précieux aspects positifs.

Rien n'est jamais totalement bon ou totalement mauvais dans l'actuelle humanité. Le sage doit savoir séparer, dans chaque enseignement philosophique, religieux ou spirituel, le bon grain de l'ivraie, le subtil de l'épais, le volatil du fixe, l'inspiration originelle des grossières interpolations de scribes stupides ou malveillants. C'est là le travail de tout bon alchimiste : savoir retrouver les rares et précieux purs composants qui sont enfouis dans la masse des scories des matériaux vils ; leur redonner leur éclat originel par un long travail de patiente épuration. Enfin, réunir tous ces éléments positifs correctement épurés pour en retrouver la rayonnante beauté lors d'une synthèse, par la fusion d'une cuisson (assimilation) prudente et mesurée pour en extraire la fameuse Pierre philosophale : l'or des sages.

Pour y parvenir, l'officiant devra obligatoirement surmonter - malgré les difficultés, entraves et autres chausses-trappes -, tous les obstacles extérieurs et intérieurs, ce qu'il parviendra à faire à la condition qu'il active une Foi spirituelle de charbonnier en parfaite osmose avec la Raison, une endurance sans faille et un considérable élargissement de son champ de Connaissances.

Si tu dois considérer les Religions d'une façon prudente et pertinente, ce sera en les comparant à un cursus scolaire et universitaire. Le titulaire d'un doctorat ne regardera pas l'enseignement primaire avec mépris et suffisance, mais comme un passage nécessaire pour parvenir à l'enseignement le plus élevé, même si ce dernier n'a plus grand-chose à voir avec celui du primaire. Cet universitaire sait aussi qu'il ne serait jamais parvenu aux niveaux d'éducation et de savoir qui sont les siens sans être passé par l'apprentissage scolaire élémentaire. Beaucoup de personnes n'ayant pas encore atteint le niveau d'évolution et d'éveil de leur Conscience leur permettant d'éprouver leur liberté - car la véritable liberté commence toujours par un acte de rébellion, vis-à-vis d'un conditionnement culturel structurant la normalité ambiante de son environnement, ce qui demande courage et volonté -, ont besoin d'être guidées le temps qu'elles puissent développer leurs propres Facultés supérieures grâce auxquelles elles finiront par mettre à l'épreuve la doctrine religieuse à laquelle elle s'identifie, pour en révéler les failles, erreurs et mensonges.

Comme je te l'indiquais dans ma précédente réponse, lorsque l'Empire romain s'est effondré, que le chaos s'est progressivement installé au sein de cette immense organisation économique, politique, militaire, sociale, religieuse et juridique ; le tout aggravé par la multiplication des conflits internes, les fléaux des grandes épidémies, les invasions externes et les calamités climatiques, l'Occident est parvenu à sortir de ce maelström en utilisant la «Religion» catholique - différente du christianisme originel par sa volonté de conquérir à son profit le pouvoir gouvernant les populations de l'Empire -. Le catholicisme n'est donc que l'habillage d'une religion par une doctrine politique utilisée comme un agent fédérateur entre des peuples, des cultures et des traditions fort disparates. C'est par ce dénominateur politique et cultuel commun que l'Occident est parvenu à reconstituer un semblant de cohésion sociale en imposant ses règles de conduite et de morale (nouvelle normalité ambiante) du plus humble des serfs au plus puissant seigneur féodal, ainsi qu'aux  souverains des nouveaux royaumes qui se sont constitués au sein de cet Empire en décomposition. Le tout en reconstituant un puissant système de financement permettant d'entretenir un pouvoir centralisateur totalement entre les mains ecclésiastiques.

N'oublions pas que l'Empire Romain était lui-même un système politique théocratique, et que c'est sur ce principe théocratique que l'Occident a construit sa Renaissance. Et comme ce principe théocratique avait dans son ADN les mêmes tares que celles se trouvant dans le précédent, dont il était la progéniture spirituelle directe, il nous a donné les mêmes effets qui se sont caractérisés par une volonté impérialiste, les conquêtes militaires et une volonté de domination donnant une large place à la loi du plus fort au détriment de la loi du plus intelligent, du plus juste, du plus humain et du plus sage.

Après la chute de l'Empire romain d'Orient (Constantinople), pendant cette période de chaos et de vacance de l'ancien pouvoir fédérateur, dans une autre partie de l'Empire c'est encore une autre Religion qui a occupé le vide laissé par l'ordre impérial en déconfiture, je veux parler de l'Islam, ce rejeton partageant une part de la filiation avec l'Empire en voie de décadence, et dont on peut constater qu'elle aussi est caractérisée par les mêmes ressemblances génétiques calamiteuses. Pourtant, que ce soit dans la tradition judéo-chrétienne ou l'Islamique, lorsque l'on parvient à séparer les monstruosités imbéciles, intolérantes et sanguinaires, que des scribes et politiciens aussi déjantés qu'irresponsables y ont fourrées, on y retrouve les Principes universels de tolérance, d'amour, de paix, de fraternité, de piété, de vertus et de volonté de bien qui sont les principaux déterminants de toute élévation spirituelle et de libération des Consciences. Il faut juste, comme l'indique l'axiome de la Table d'Émeraude, séparer la terre du feu, le subtil de l'épais. Ou, comme le préconise la Genèse du Sépher de Moïse, savoir discerner le Bien du Mal, en consommant ce fruit mystérieux de l'arbre de la Connaissance.

Enfin, petite précision sans laquelle tout ceci manquerait terriblement d'amplitude, toutes les Religions auxquelles je viens de faire référence ne sont pas des créations originales, mais des rejetons très abâtardis de ce qui était à l'origine le corpus des Enseignements de la Sagesse immémoriale. Avant d'être appauvrie par une longue dégénérescence, cette ancienne Religion universelle a donné à l'humanité des richesses spirituelles dont le rayonnement a été à l'origine des plus grandioses civilisations, avec lesquelles aucune de ses descendances n'a jamais pu rivaliser en splendeur, universalité et élévation. Ces Enseignements de la Sagesse Immémoriale nous sont en partie parvenus en Occident par le paganisme, dont les persécutions catholiques ont condamné leurs transmetteurs à dissimuler ces Enseignements libérateurs sous le voile de l'occultisme et de l'Hermétisme. En Orient les vecteurs de ces Enseignements sont les Védas, les Puranas et les épopées épiques du Mahâbhârata et du Râmâyana, dont les récits poétiques en langage analogique, doivent être décryptés selon les sens Parlant, Cachant et Signifiant, car ils sont eux aussi hermétiques.

Kanzi

Messages : 846
Points : 982
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : En exil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Kanzi le Ven 17 Fév - 7:24

Le Maître a écrit:
Maître, je m'interroge sur ce que peut bien être une Foi sans religion ?

Excellente interrogation, qui en soulève bien d'autres... à savoir premièrement : qu'est-ce que la Foi au juste ?
Faut-il nécessairement l'intervention d'une religion pour avoir la Foi et est-elle limitée et dépendante d' icelle ?
Peut-elle être autre chose qu'un rapport à la religion, peut-on la dissocier ?  
Il me semble que trop souvent, on apparente la croyance à de la Foi. Mais qu'est-ce qui  différencie l'une de l'autre ?
Ne penses-tu pas que le fait de vivre en lui-même est un acte de foi ?
Pouvoir se lever chaque jour pour accomplir sa tâche, et être soutenu par un organisme dont tu ne connais pas tout les rouages et fonctionnements, n'est-ce pas avoir foi en la Nature qui opère en chacun de nous ?
Ok c'est une foi aveugle parce qu'inconsciente, tu la portes en toi sans savoir qu'elle te porte aussi dans tout tes actes.
Donc ce petit exemple pour te démontrer que la Foi peut s'exprimer sans connotations religieuse.
Bon c'est vrai après c'est comme pour tout, tu sais ou tu sais pas, tu as conscience ou pas... de facultés que tu utilises sans le savoir.


Dernière édition par Kanzi le Ven 17 Fév - 8:47, édité 1 fois

Kanzi

Messages : 846
Points : 982
Date d'inscription : 06/06/2016
Localisation : En exil

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Nurash le Ven 17 Fév - 8:33

L'élève a écrit:Maître, je m'interroge sur ce que peut bien être une Foi sans religion ?

Ton interrogation prouve que jusqu'à maintenant pour toi Foi et religion étaient amalgamées. Il est heureux que tu remettes ce postulat en cause.
La Foi mon disciple, c'est avoir la conviction qu'un état de Conscience supérieur à celui qui est le tiens à présent existe. La Foi est ainsi un mouvement vers l'évolution. S'il est plus simple de garder la Foi en groupe, comme dans le cadre d'une religion, la Foi est avant tout une faculté personnelle et tu dois trouver la tienne propre si tu souhaites devenir autonome.
A l’opposé de la Foi nous avons les certitudes sclérosantes que la matière est la seule chose qui nous est perceptible, et ces croyances dureront tant que nous ne les remettons pas en cause. La conséquence de cet absence de Foi sera tristesse et dépression qui arriveront inéluctablement lorsque tu passeras de vie à trépas. Tu perds alors toutes les formes d'attachement que tu avais : amis, famille, bien etc... La Foi consiste dans ce cas à croire que nous disposons d'une Conscience immortelle qui est le reflet de notre part Divine.
la Foi n'est pas uniquement du domaine du religieux, il existe une Foi scientifique. En effet si un chercheur ne croit pas possible la découverte de quelque chose qu'il ignore, comment peut-il jamais espérer le trouver ?
La Foi c'est, d'une manière générale, la conviction que ce que tu captes par intuition est possible.

Nurash

Messages : 298
Points : 330
Date d'inscription : 09/06/2016
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par modeste le Ven 17 Fév - 14:02

Dialogue 15 :la bonne Foi et la Raison,
Les religions .6.

Maître, je m'interroge sur ce que peut bien être une Foi sans religion ?

Eliphas Levi livre1;8 a écrit:La foi, et, par conséquent l’espérance et l’amour sont si libres que l’homme, loin de pouvoir les imposer aux autres, ne se les impose pas à soi-même.
Comme nous le dit si bien Eliphas Levi,
La Foi, cette extraordinaire faculté qui permet à un être de s’extirper de sa prison de certitudes,
et dépasser les simples apparences des trois plans de manifestation physiques,
ne peut se décréter ni s’imposer, mais doit se travailler…

Cette Vertu Théologale ne s’acquière pas simplement en récitant des prières ou des crédos,
mais elle ne peut se développer que dans le cadre de la mise en pratique d’une pensée juste en vertus,
suivi obligatoirement de paroles et ou actions de même nature.
avatar
modeste

Messages : 534
Points : 564
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Domino le Ven 17 Fév - 16:54

L'élève a écrit:Maître, je m'interroge sur ce que peut bien être une Foi sans religion ?


On peut toujours s'interroger sur la validité de nos convictions qu'elles soient partagées ou pas.
Et pour cela tout ton champ d'expérimentation (ta vie) est à disposition pour te montrer le bien fondé ou non de ta Foi. La première démonstration que chacun peut faire à ses dépends n'est pas la Foi mais son absence. Ce qui, bien que n'évitant pas la case souffrance, amène au même résultat.
Expérimente les désirs d'une vie égoïste, agis constamment par pur intérêt, ne te préoccupe pas de savoir si tu rends service à autrui ou même si tu lui est totalement néfaste et tu feras l’expérience par toi même, sans aucune nécessité d'une religion de la calamité engendrée et de l'inévitable malaise que tu ne pourras manquer de ressentir ainsi que l'absolue certitude d'avoir mal agi. Si ce processus existe dans un sens il existe aussi dans l'autre.
Lorsqu'une réelle volonté de bien est mise en route, il arrive un moment ou le manuel n'est plus nécessaire. Parce qu'au plus profond de toi tu sais que ta Foi est éclairée sans aucun besoin d'une religion pour venir le confirmer.
avatar
Domino

Messages : 944
Points : 1036
Date d'inscription : 06/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Lilbudha le Ven 17 Fév - 19:06

L'élève a écrit:Maître, je m'interroge sur ce que peut bien être une Foi sans religion ?
Une Foi qui ne serait pas limitée par le carcan dogmatique religieux est, par nature, libre.
Toutefois, comme tu le sais, la liberté ne peut exister sans des Lois qui viennent en réglementer l'usage.
Quelles sont ces Lois nouvelles ou plutôt étrangères à la religion qui viendraient, non limiter la Foi, mais lui offrir un terrain de jeu aussi vaste que l'infini ? Bingo! les Lois Providentielles, à ne pas confondre avec les lois causales qui viennent, elles, en limiter l'usage par des doutes raisonnables. Ces doutes raisonnables représentent le pôle opposé à la Foi qui, selon la Loi de synthèse, ont aussi leur utilité pour la Conscience qui cherche le Divin en Soi et devra constamment faire l'analogie des contraires par un subtil alignement et une stabilisation idoine.

Il ne s'agit pas de faire l'analogie des contraires quelques fois, puis de stagner, sorte de statu quo sclérosant pour la Conscience qui se contente alors du peu qu'elle a pu découvrir, il s'agit bien de garder le cap au nord, tout en élargissant le champ de ses perceptions subtiles, ce que peut offrir une Foi qui adhère sans faille aux Lois Providentielles. C'est pourquoi une Conscience qui serait dotée d'une Foi juste, libre, et éclairée, ne peut se contenter de la pensée des autres comme dans le cas de la religion ou plus largement des différentes philosophies, dogmes et enseignements de par le monde. Cette Foi doit avant tout reposer sur la Conscience de son utilisateur, son champ d'expérimentation, ses Connaissances... En clair : son individualité. Ses limitations actuelles ne sont alors plus que des portes qui restent à ouvrir et ses acquis, des portes donnant accès aux Lumières que lui prête généreusement les Étoiles.

Ce type de Foi n'est pas un feu follet évanescent qui flancherait à la première, à la seconde ou même à la trente cinq millièmes difficultés, au contraire, elle devient de plus en plus puissante au fur et à mesure des difficultés et autres doutes raisonnables ou irraisonnées pour en faire le bois de sa combustion, là est le secret de longue vie, là réside ce que peut-être une Foi sans religion : le moteur le plus puissant de la Conscience tout en étant le plus subtil à manœuvrer car l'analogie des contraires se fait sur le fil du rasoir du pont de Shira.

Alors, tu te lances à l'aventure moussaillon ?
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 630
Points : 650
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Lilbudha le Jeu 23 Fév - 15:53

Lug a écrit:L'élève : Maître, je m'interroge sur ce que peut bien être une Foi sans religion ?

Le Maître : Commence déjà par remettre tes pensées dans le bon ordre. Ce ne sont pas les Religions qui créent la Foi, mais c'est cette Faculté supérieure qu'est la Foi qui crée les Religions (Foi aveugle), tant qu'elle n'est pas pleinement activée et opérationnelle par une Conscience spirituelle totalement éveillée.

La Foi est une des Facultés les plus élevées du corps spirituel, et c'est celle qui fonctionne avec les énergies les plus puissantes (l'Énergie vitale de l'Amour) et les plus subtiles (le Prana) de la Création. C'est pour cela qu'une Foi éclairée par la Raison possède les pouvoirs les plus puissants de la création, ceux de la Haute Magie.

La Raison ne fonctionne que dans les limites étroites des lois de causalité, au sein de la sphère temporelle, reposant sur une accumulation de savoirs hétérogènes et périssables. Tout ce qui n'est pas à l'intérieur des limites de l'intellectuellement raisonnable est rapidement catalogué comme loufoque, invraisemblable, délirant, burlesque, chimérique et saugrenu. Mais le problème de la Raison, qui ne fonctionne que sur les paradigmes étriqués de la causalité, c'est qu'elle parvient toujours par devenir stérile - en s'enroulant sur elle-même comme le fait l'énergie qu'elle utilise : la Kundalini -, à cause de ses certitudes sclérosantes la faisant devenir psycho rigide, pour finir par sombrer dans l'absurde des incohérences de son imperfection, le serpent qui se mord la queue. Pour franchir les limites du périmètre causal de la Raison, ce qui revient à vouloir partir à l'exploration de l'immensité de cette terra incognita qu'est l'ignorance d'une Conscience incarnée, il faut nécessairement se débarrasser d'une grande partie de ces certitudes et de presque tous les préjugés aliénants, en ouvrant à la Conscience les portes sur tous les champs du possible. Cette ouverture, qui implique d'accéder à l'énergie pranique, élargit considérablement son horizon, d'abord intellectuel, puis spirituel.

La Foi est une Faculté ne s'encombrant pas des boulets de certitudes concrètes, mais qui n'en néglige pas pour autant le doute. Or, ce doute, c'est ce que ne supporte pas la Raison qui ne se nourrit que de réalités tangibles certaines. Mais lorsque l'on fait le bilan de ce que la Foi apporte à la Raison, force est de constater que c'est grâce à elle que la Raison fait les plus grands sauts dans son évolution. Les plus grandes découvertes scientifiques sont d'abord le fruit d'une inspiration intuitive lumineuse, qui, dans un premier temps, parait si peu raisonnable que l'intellect raisonneur l'accueille comme improbable, tout en étant subjugué par ce séduisant délire ouvrant sur des perspectives surprenantes. Ce que la Foi est parvenue à percevoir de façon phénoménale, en quelques centièmes de secondes d'inspiration (genre Fiat lux), la Raison mettra des années à le formaliser, le comprendre, l'assimiler afin de lui permettre au final d'élargir le périmètre de ses limites et d'aérer son espace par trop confiné de cogitations circulaires laborieuses. Tu pourras constater par cet exemple que la Foi venant au secours de la Raison n'a aucun fondement religieux. C'est le fameux Eurêka d'Archimède. Ceci permet de mettre en évidence ce qu'est véritablement la Foi, c'est-à-dire une Faculté propre à la Conscience spirituelle humaine grâce à laquelle cette dernière va pouvoir s'affranchir des conditionnements propres à l'identification dans une forme physique dense, conditionnée par une normalité ambiante propre à cette forme.

Comme j'ai eu l'occasion de te l'expliquer dans une de mes précédentes réponses, dans ces dialogues, la Foi ne se limite pas à la seule croyance religieuse, mais s'utilise dans le plus insignifiant quotidien exigeant de pouvoir agir au présent en considérant un possible futur comme certain et fiable. Cette Faculté supérieure qu'est la Foi s'utilise donc beaucoup plus en dehors de l'aspect purement religieux, et ceci répond amplement à ta question. Exemples : le fait de dire à demain, relève plus de la Foi que de la Raison, tout comme de prendre un crédit sur 25 ou 30 ans pour acheter une maison, ou encore de cotiser pendant plusieurs dizaines d'années à une caisse de retraite. Ces exemples reposent tous sur le fait que nous serons là demain, ce qui n'est absolument pas assuré ; que nous pourrons payer le crédit de notre maison, pendant 25 ou 30 ans, ce sur quoi les banques ne parient pas en obligeant le contractant à souscrire une assurance chômage et décès ; ni que la masse des cotisations que nous versons dans un système de retraite servira effectivement à financer la nôtre. Tout ceci repose moins sur la Raison d'hypothèses statistiques que sur la Foi.

J'attire malgré tout ton attention sur ce processus régressif de la Foi dans le cadre d'une Religion. Lorsque cette Foi n'est pas constamment éclairée par la Raison et la redoutable mise à l'épreuve qu'implique une exigeante quête de vérité, elle produit une dégénérescence se manifestant par la Foi aveugle. Celle-ci n'étant plus sous le contrôle de Consciences pleinement éveillées par leurs Connaissances, elle finit par échapper aux ignorants qui s'en réclament et qui continuent de lui apporter en oblation leurs énergies, leurs offrandes, leurs superstitions, leurs peurs, leurs émotions et leurs sacrifices de toute nature (souvent humains et barbares), pour être contrôlé et utilisé par des asuras prédateurs venant parasiter cette énergie errante dont ils se repaissent pour pouvoir se manifester sous la forme d'un eggrégore. Tant que cet eggrégore sera copieusement alimenté par l'énergie fossile des fidèles incultes et asservis, les asuras l'utiliseront pour maintenir la forme d'une entité chimérique collective capable de venir défier les devas, y compris par la violence et la pire des barbaries.
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 630
Points : 650
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Le Moinetagnard le Jeu 23 Fév - 21:47

Maître, qu'est-ce que la Foi sans religion ?

Comment pourrais-je te répondre, mon enfant, puisque c'est par la Foi que tu vis en moi, et moi en toi. C'est par elle que nous sommes reliés, que nous sommes en relation. Hors la religion n'est rien d'autre que le nom donné à cette relation qui vivifie ce lien; ce lien qui unit celui qui a Foi et ce en quoi il a Foi, comme un sarment greffé sur un cep.

La Foi sans la religion est aussi stérile que la religion sans la Foi. Sans notre relation qui est ta religion, comment pourrais-je répondre à ta question?

La Foi pour un homme ne s'explique que selon en quoi il place sa Foi. S'il a Foi dans le fait qu'il est un dieu, même si ce n'est pas le cas, il pensera que la Foi est une de ses capacités propres. S'il a Foi dans le fait qu'il est un néant, même si ce n'est pas le cas, il pensera que sa Foi vient d'un tout autre. Dans tous les cas il y a une relation entre lui et sa Foi, donc religion.
La Foi modifie ton rapport au monde et rend sensible ce qu'il cache de ton reflet. C'est pour cela qu'il est plus prudent de demander la Foi et d'y découvrir ainsi l'humilité, que de la vouloir.

Pour toi, la Foi est une grâce de l'Esprit par qui nous sommes en liens. Connaître la nature de ce lien, c'est me connaître en vérité. C'est pourquoi l'homme religieux place sa Foi non dans un être, ni en ce qu'il croit être, mais dans la relation qui l'unit à la divinité choisie, et par laquelle il est fort de toute Ses Forces, selon l'intensité de sa Foi.

Il y a de grands mystères dans la Foi, celui qui n'a pas Foi dans les divins Mystères ne peut ni y prendre part, ni gouter aux rapports intimes qu'entretien le Créé avec l'Incréé. Heureux celui qui place son Espérance dans l'Arbre de Vie.

_________________
Imitation de J.-C. a écrit: Ne rien s'attribuer et penser favorablement des autres, c'est une grande sagesse et une grande perfection.
avatar
Le Moinetagnard

Messages : 108
Points : 118
Date d'inscription : 17/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur https://radiant.love

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Lilbudha le Ven 24 Fév - 3:42

Mon Moinetagnard, je ne partage pas ta vision des choses selon laquelle une Foi sans religion serait stérile, j'en appelle pour preuves ces grandes découvertes scientifiques qui ont dû faire appel à la Foi sans aucune forme de religiosité, ou encore la démarche très pure de notre cher Jung par exemple.

Je crois distinguer, dans ce que tu nommes religion, ce que j’appellerais plus volontiers spiritualité or l'homme spirituel n'a rien à voir avec l'homme religieux. Nous retombons sur cette histoire du doigt qui désigne la lune, le doigt étant la religion et la lune la spiritualité (la vie par l'esprit), avec toute la richesse que recèle cette métaphore concernant les natures bien différentes du doigt et de la lune.

De mon humble avis, dans ton précédent message, j'y vois une part de toi même qui s'accroche désespérément à l'eggregore religion, sûrement dans le but de continuer à survivre et cela probablement à tes dépends. Je te communique ce que je perçois sans volonté aucune de te convaincre, à toi de voir ce que tu en fais Smile
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 630
Points : 650
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Le Moinetagnard le Sam 25 Fév - 9:02

Lilbudha a écrit:Mon Moinetagnard, je ne partage pas ta vision des choses selon laquelle une Foi sans religion serait stérile, j'en appelle pour preuves ces grandes découvertes scientifiques qui ont dû faire appel à la Foi sans aucune forme de religiosité, ou encore la démarche très pure de notre cher Jung par exemple.

La Foi est une Vertu théologale, elle n’a rien à faire avec la sciences matérialistes qui elles ne se basent pas sur une Vertu mais sur des hypothèses intellectuelles ; et parfois ces hypothèses sont inspirées d’une intuition plus spirituelle.
Mais la Foi ce n’est pas de l’ordre de l’hypothèse car cette dernière relève de la croyance alors que la Foi, elle, relève de la confiance … et la confiance est toujours de l’ordre d’une relation (ou religion) , c’est à dire d’une expérience intime vécue dans l’invisible.

Je crois distinguer, dans ce que tu nommes religion, ce que j’appellerais plus volontiers spiritualité or l'homme spirituel n'a rien à voir avec l'homme religieux.

La religion est essentiellement relation, la relation qui unit l’Esprit et l’Ame, elle donc relève forcément du domaine spirtituel (c-a-d relatif à l’Esprit).


Je te communique ce que je perçois sans volonté aucune de te convaincre

Ah ! Tiens je me demande ce que ca aurait donné si tu avais eu la volonté de me convaincre… Very Happy

_________________
Imitation de J.-C. a écrit: Ne rien s'attribuer et penser favorablement des autres, c'est une grande sagesse et une grande perfection.
avatar
Le Moinetagnard

Messages : 108
Points : 118
Date d'inscription : 17/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur https://radiant.love

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Lilbudha le Sam 25 Fév - 10:41

J'imagine, mon Moinetagnard, que tu n'es pas en phase avec la réponse de notre Lug pour limiter ainsi la Foi et ne pas reconnaître en elle une faculté de la Conscience que l'on utilise de façon quotidienne ne serait-ce que pour planifier nos journées, établir nos échanges, etc...  

Formuler une hypothèse est, certes, du domaine de l'intellect, mais dès lors qu'on a l'intime conviction (intuition) que celle-ci est la bonne et qu'on lance des travaux en accord avec cette intuition, qui peut-être n'aboutiront à rien du point de vu de l'intellect seul, alors on met en action la Foi.

Quelle erreur tu laisses passer au travers de ton discours lorsque tu affirmes que la religion est forcément du domaine spirituel, n'y a-t'il pas suffisamment d'exemples pour nous prouver le contraire de par le passé et encore aujourd'hui, mon Moinetagnard ? La religion peut effectivement signifier relation, mais ça ne veut pas dire que d'emblée, c'est à l'Esprit qu'elle nous relie, mais bien plus communément à une série de dogmes, rituels et axiomes et dans la grande majorité des cas sauf exception confirmant la règle, à un eggregore.

Chassez le naturel et il revient au galop qui disait, les eggregores ont la peau dure et ne laissent pas s'échapper comme cela leurs ouailles que je me dis ! Wink
avatar
Lilbudha
Admin

Messages : 630
Points : 650
Date d'inscription : 09/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Le Moinetagnard le Dim 26 Fév - 9:28

J'imagine, mon Moinetagnard, que tu n'es pas en phase avec la réponse de notre Lug

Comme tu le dit : «  une Conscience qui serait dotée d'une Foi juste, libre, et éclairée, ne peut se contenter de la pensée des autres. »

Planifier nos journées, dire «  à demain » en se couchant, pour moi, ce n’est pas de la Foi, mais une des fonction de la raison intellectuelle connu de touts les scientifiques et qui se nomme la prédictibilité.

Quelle erreur tu laisses passer au travers de ton discours lorsque tu affirmes que la religion est forcément du domaine spirituel, n'y a-t'il pas suffisamment d'exemples pour nous prouver le contraire de par le passé et encore aujourd'hui, mon Moinetagnard ? La religion peut effectivement signifier relation, mais ça ne veut pas dire que d'emblée, c'est à l'Esprit qu'elle nous relie, mais bien plus communément à une série de dogmes, rituels et axiomes et dans la grande majorité des cas sauf exception confirmant la règle, à un eggregore.

La religion, en tant que relatino est pour moi, de ce qu’en j’en connais humblement, toujours bonne Maintenant si des actes nuisibles ont été commis en son nom, cela ne signifie pas que la religion est mauvaise, mais que les hommes le sont, parce qu’ils sont faillibles.

_________________
Imitation de J.-C. a écrit: Ne rien s'attribuer et penser favorablement des autres, c'est une grande sagesse et une grande perfection.
avatar
Le Moinetagnard

Messages : 108
Points : 118
Date d'inscription : 17/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur https://radiant.love

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Le Moinetagnard le Dim 26 Fév - 11:24

Pour compléter ma réponse,

Tu parles d’égrégores, mais dis-moi:  Qui oserait enlever une béquille à quelqu'un qui n'est pas capable de se ternir sur ses pieds? Qui oserait affirmer que ce dernier commet une erreur en s'appuyant sur des béquilles?

Dis-moi, donc, s'il ne possédait pas d'aides temporaires, comment pourrait-il ainsi claudiquer jusqu'au pied de son Maître afin qu' Il lui dise: "Lâche tes béquilles, ta Foi t'a sauvé".

Combien sont nombreux les orgueilleux qui, trop imbu de leurs forces, s'en libèrent avant l'heure choisie par la Providence, considérant ces aides provisoires comme absolument mauvaise, alors qu'elles leurs sont peut-être temporairement bonnes...à eux qui s'imaginent être, dans leur vanité, meilleurs qu'ils ne le sont au regard du Tout-Puissant.

_________________
Imitation de J.-C. a écrit: Ne rien s'attribuer et penser favorablement des autres, c'est une grande sagesse et une grande perfection.
avatar
Le Moinetagnard

Messages : 108
Points : 118
Date d'inscription : 17/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur https://radiant.love

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élève et le Maitre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum