Les Symboles de Pythagore

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Symboles de Pythagore

Message par Petitruc le Dim 12 Juin - 21:40

Lug a écrit:Lun Jan 11, 2016 4:23 pm

Je ne sais pas, ma nevada, si tu suis un peu les dialogues du «maître» et de l’élève, sur le blog de l’académie d’Hermès, mais j’y , pardon le «maître» y explique en long en large et en travers la double nature humaine et ses différents aspects.

Les aspects de la nature animale sont essentiellement ceux de l’apparence de sa forme et des pensées égotiques qu’elle engendre, tandis que ce qui fonde sa nature humaine (pré-dévique) repose sur des qualités subjectives abstraites de pensées justes en vertus.

Ceci est un grossier résumé de ce qui est développé subtilement dans les dialogues pré-cités.

Petitruc

Messages : 447
Points : 477
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Symboles de Pythagore

Message par Petitruc le Dim 12 Juin - 21:41

nevada a écrit:Mar Jan 12, 2016 4:36 pm

nevada a écrit:Merci mon Lug  sunny  sunny  sunny

Ces symboles de Pythagore sont comme les explications du Maître, dans les dialogues du "maître" et de l'"élève", une véritable source d’enseignement pour le quêteur de vérité que représente l’Initié.

Au travers des explications du Maître et les symboles de Pythagore, il me semble que nous pouvons relever des similitudes. L’emploi de l’impératif nous montre bien qu’il s’agit de préceptes qu'il convient de suivre sans compromis.

Après une lecture des premiers dialogues du "maître" et de l'"élève", « N’essuye pas un siège avec une torche» prend plusieurs sens:
Ne te débarrasse pas précipitamment de tes savoirs en te contentant de les remplacer par des pseudo-connaissances non éprouvées.
Méfie-toi de ton ego qui n’attend qu’une inattention de ta part pour ressurgir et reprendre les rênes de ton royaume.
N’attends pas un résultat et ne crois pas que tu es parvenu au sommet de la montagne.
Laisse toujours un doute sur la certitude de ta foi.

Sous-entendu, redouble d’effort en gardant constamment le cap à l’esprit, ne te précipite pas, et favorise la continuité.

Ce symbole nous laisse entrevoir le lien subtil, et délicat que seul le discernement de tous les instants, ,permet d’établir entre la Raison et la Foi, par le truchement d’une pensée juste en vertus. Il s’articule autour du « repentir sincère » qui nécessite un véritable travail sur soi (introspection), et nous montre qu’il n’y a qu’une seule façon de s’adonner au bien, en étant : " juste de pensée, juste de parole, juste d’action"



Dernière édition par Petitruc le Dim 12 Juin - 21:43, édité 1 fois

Petitruc

Messages : 447
Points : 477
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Symboles de Pythagore

Message par Petitruc le Dim 12 Juin - 21:42

nevada a écrit:Sam Jan 16, 2016 3:40 pm

Avant que de passer au symbole suivant, je vous propose de synthétiser les travaux en cours.

Tout d’abord il me semble important de reconnaître une continuité dans les symboles de Pythagore, qui, indéniablement, se suivent en s’appuyant les uns sur les autres et en mettant progressivement à la lumière de grandes valeurs qui lui sont chères.

Aussi pour ce symbole « n’essuie pas un siège avec une torche » nous pourrons nous appuyer sur le symbole précédent « n’urine pas tourné vers le soleil », qui, comme nous l’a indiqué notre Lug, révélait la double nature humaine, animal et divine.

Nous avons vu dans le siège, une assise pouvant représenter la conscience dans une immobilité, figée dans sa forme, de par sa position sur le sol.

Il semble subtil de considérer la torche comme le feu purificateur, mais sans oublier que ce dernier ne peut pas venir se substituer au siège de par sa nature intrinsèquement opposée.

Aussi nous serons face à une conscience qui, si elle veut se purifier, devra suivre un protocole bien précis, dans une voie ascendante, et certainement pas en étant essuyée par une torche, un peu comme si on se contentait de poser un pansement sur une plaie sans avoir pris soin de la nettoyer au préalable.

Autrement dit, et je m’appuierai sur Jamblique, dans ce symbole ce qui est vivement conseillé, « c’est de ne pas mêler ni associer les propriétés de la sagesse à celles de l’animalité », mais de véritablement procéder à un travail d'épuration.

Petitruc

Messages : 447
Points : 477
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Symboles de Pythagore

Message par Petitruc le Dim 12 Juin - 21:44

AleXelA a écrit:Dim Jan 17, 2016 3:15 pm

Bonjour ma Nevada,

On peut y voir également en plus de ce qui a été proposé précédemment, que le siège est un symbole d’autorité (Saint siège, la chair(e) universitaire, le trône de fer) dont la conscience devra savoir acquérir par l’équilibre de ses 4 pieds (vertus) de manière raisonnable pour s’y assoir sans se casser la figure. On peut y voir également la symboliques des 4 éléments qui nous indique que le siège se place dans le monde du Destin.
Figé, solide et limitation de la pensée dans la Raison, peut être peut on parler de certitude dans l’aspect naturel de la partei animal humaine.

La torche est ce qui éclaire de sa lumière, guide et fait avancer la conscience dans la nuit ou révèle le fond du puit pour retrouver ce qu’elle a perdu, permettant l’espoir de parcourir le bon sens du chemin. La torche éclaire d’un feu mouvant de la Foi. La lumière n’est pas tangible donc on peut y voir l’influence du monde de la Providence.
Peut être peut on parler de remise en cause de ses certitudes permettant l’ouverture vers un potentiel élargissement du rayonnement lumineux de sa conscience par le doute, dans l’aspect naturel dévique.

Qui s’assoit sur la chaise si ce n’est l’Homme conscient de ces 2 natures d’animal raisonneur et de Lumiere Divine ayant retrouvé son autorité et sa liberté par le sceptre de pouvoir de sa volonté. La Conscience a ce privilège de pouvoir être le médian entre le Destin et la Providence qui ne peuvent se confondre, pour pouvoir ainsi trouver l’harmonie entre ces deux natures par l’analogie des contraires.

Sur l’interprétation de la sentence il me vient 3 idées :
Que la Foi en l’image de la torche ne doit pas servir à conforter la certitude, le siège, sous peine d’éteindre la flamme à vouloir l’essuyer en l'approchant trop près, mais au contraire d’essayer d’élargir son champs de vision en tenant la torche à bonne distance pour éclairer le siège des 4 Vertus dans son ensemble et ainsi prendre conscience de son équilibre stable pour faire évoluer la conscience dans une ouverture plus grande de ce qui est.

Pythagore formule une négation pour indiquer une inutilité ou un avertissement.
Que de tenter de confondre les 2 natures (Providence/Foi -Destin/raison) est inutile car impossible au risque de mettre le feu au siège et de le réduire au chaos.

Là où essuyer semble être une action de nettoyage, voir de purification comme évoqué précédemment.
Que d’utiliser le feu de la torche pour purifier uniquement la matière est inutile puisque qu’elle n’est pas un principe immuable et est condamné à disparaitre.

Lun Jan 18, 2016 8:42 pm

Dans la continuité de ma proposition :
On retrouve les symboles de la torche et du siège dans la représentation du Baphomet de Eliphas Lévi, l'arcane 15 du Sépher de Moise.
Peut être peut on y voir dans ce que nous dit Pythagore, le Solve et Coagula sur le plan de la conscience dans le Destin, ou la Foi sera le solvant d’une certitude rigide pour en extraire l’essence et la coaguler dans des certitudes de plus en plus fines pour devenir Conscience, confirmant à mon sens la notion des aspects des 2 Natures que sont la certitude et de doute.

On retrouve également les symboles du siège et de la torche dans l’arcane 4 de l’Empereur du Sépher de Moise. La torche est représentée par le bâton dans une main qui est le symbole de l’élément feu et des puissances invisibles du ternaire divin, ainsi que le globe terrestre du quaternaire de la matière dans l’autre.

Petitruc

Messages : 447
Points : 477
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Symboles de Pythagore

Message par Petitruc le Dim 12 Juin - 21:46

Isa a écrit:Mer Mar 30, 2016 9:44 pm

N'essuie pas un siège avec une torche
"N'essuie pas"
N'efface pas, l'action de balayer d'un revers de main, ne rejette pas, faire disparaître quelque chose d'une manière décidée sans la moindre hésitation
et/ou nettoyer une impureté
"Un siège"
Etat de résistance, où l’on s’assoit, l'immobilisme, la prison de certitudes des esprits cartésiens, la raison matérialiste rigide des scientifiques par exemple qui campent sur leurs positions en rejetant tout ce qui n'entre pas dans leur base de données et ce qui dépasse leur entendement.
Un siège c'est aussi la position que l'on peut prendre lorsque l'on atteint les limites de notre réflexion

Selon le sens que l’on donne à la torche on arrive à deux sens totalement differents
Si Pythagore considère la torche comme la Lumière, les Connaissances qui peuvent se transmettre
Il s'agirait plutôt comme il a été dit précédemment, de ne pas jeter ses perles aux pourceaux, une profanation, avec ici en guise de pourceaux l’étroitesse d’esprit des Consciences trop terre-à-terre.
Ne pas abaisser la torche, au niveau de ceux qui se complaisent dans leur prison de certitudes, ni argumenter inutilement sachant que la Providence se reçoit par adhésion volontaire et selon ses mérites

Mais ici la tournure de phrase nous montre que la torche n'est pas la notre, ce serait un peu comme "la lampe" du symbole n°24

Donc il peut s'agir aussi d'une Lumière rustique artificielle extérieure à soi, avec un éclairage de faible portée contrairement au rayonnement du Soleil
La foi superstitieuse avec un aspect péjoratif, la foi aveugle
Le pole opposé à la raison..


Commentaires du Grand Œuvre Citations d'Eliphas Levi 6 a écrit:La Foi et la Raison ne peuvent jamais se confondre, car si l'une a le doute pour lui permettre de franchir les frontières qui bornent la connaissance de la Raison, cette dernière se tient fermement enclose dans les limites de ses certitudes qui servent de barreaux à sa prison. Être certain de sa Foi, sans l'ombre d'un doute, c'est en faire une certitude, qui, si elle repose sur la Raison n'a plus rien à voir avec la Foi. Si elle repose sur une Foi sans Raison, c'est alors une Foi aveugle ficelée dans la camisole d’un dogme rigide et forcément intolérant.

Pour pouvoir effacer un état de siège, une résistance due à un raisonnement matérialiste il ne faut pas confronter la torche directectement au siège ce qui risquerait de creer un conflit non productif ou la domination d'un pole sur l'autre au lieu de faire l'analogie des contraires avec le doute pour élément médiateur allant trouver le juste milieu, le point harmonique entre les deux extrêmes
Comme lorsque les croyances religieuses veulent s'imposent en rejetant tout ce qui est en opposition à leurs certitudes non éprouvées
Ou lorsque la raison matérialiste des scientifiques devient un dogme en s'enfermant dans un système de croyances limitées par ce qui est observable selon leurs criteres pour arriver à un raisonnement creux et absurde

La Foi éclairée par la raison est ce qui permet de sortir de l'enclos de ses certitudes pour avoir un champ d'expérimentation plus grand

Pour revenir au sens du symbole:
"Ce n'est pas avec une foi superstitieuse que tu parviendras à "balayer" un raisonnement trop concret. Ce qui serait inadapté, comme aller d'un extrême à l'autre".

Petitruc

Messages : 447
Points : 477
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Symboles de Pythagore

Message par Petitruc le Dim 12 Juin - 21:47

Chris a écrit:Jeu Mar 17, 2016 12:42 pm

Élève un coq mais ne le sacrifie pas : il est consacré à la lune et au soleil.
Je vais tenter une approche de ce symbole.
Le coq représente le mercure l'Esprit le Spiritus,l'élever pourrait peut-être dire le cultiver. Le sacrifice représente le crime le vice qui engendre la mort,la mort appartient à la sphère temporelle et est une pensée de basse tonalité vibratoire. Il est consacré à la lune et au soleil pourrait peut-être dire,le soleil et la lune représente le positif et le négatif la polarisation et le monde des principes,je dirais donc que le coq l'Esprit est consacré à la sphère intemporelle,donc je traduis ce symbole comme ceci.

Cultive ton corps spirituel avec des pensées juste en Vertus de haute tonalité vibratoire et impérissable de la sphère intemporel,
Mais ne le pollue pas avec des pensées vicieuses de basse tonalité vibratoire et périssable de la sphère temporel.

Petitruc

Messages : 447
Points : 477
Date d'inscription : 07/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Symboles de Pythagore

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum